Une nouvelle nécropole exhumée à Aqua Tibilitana    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Erratum    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    La continuité des coups d'Etat    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kaïs Saïed écarte le Parlement
En réponse aux attentes du peuple tunisien
Publié dans L'Expression le 27 - 07 - 2021

Réagissant aux manifestations qui ont secoué, dimanche, les villes tunisiennes, malgré une situation sanitaire qualifiée de «catastrophique» par les autorités elles-mêmes, le président tunisien Kaïs Saïed a décidé de geler les travaux du Parlement pour une période de trente jours, tout en s'adjugeant le pouvoir exécutif. Des mesures que le parti islamiste Ennahdha de Rached Ghannouchi, première force politique au sein de l'Assemblée des Représentants du peuple (ARP) a dénoncées en les qualifiant de «coup d'Etat». Parmi les revendications exprimées dans la rue, notamment dans la grande avenue Bourguiba, à Tunis, malgré l'impressionnant dispositif sécuritaire pour empêcher la marche prévue, il y a celles d'une dissolution du Parlement et d'une profonde réforme des institutions, avec la création, sans cesse reportée, d'une Cour constitutionnelle. Des attentes exprimées à plusieurs reprises, au cours des derniers mois, par le chef de l'Etat lui-même, confronté au gouvernement de Hichem Mechichi, soutenu par Ennahdha, au nom de la lutte contre la corruption. Ni coup de théâtre ni dérive autoritaire, l'initiative du chef de l'Etat tunisien était dans l'air depuis plusieurs mois et elle intervient comme une réponse appropriée aux réclamations de la population, dans les grandes villes et jusque dans les zones reculées du pays. Exaspérée par les manoeuvres souterraines des partis et par la forte dégradation de la situation économique et sociale, la population tunisienne a été mise à rude épreuve par la menace du Covid-19, dans sa version Delta, a investi les rues pour clamer son indignation face à un immobilisme et une gestion approximative des besoins du pays, le président du Parlement, Rached Ghannouchi, et le président Saïed campant chacun sur des positions d'intransigeance et de référence à la Constitution de 2014 dont le moins qu'on puisse dire est qu'il s'agit d'un texte de compromis pour des dirigeants et des conditions de l'époque.
Selon cette Constitution, la Tunisie dispose d'un système parlementaire mixte, dans lequel le président n'a d'autres prérogatives que la diplomatie et la sécurité. Or, le président du Parlement n'a pas hésité, à plusieurs occasions, à effectuer des interventions remarquées sur ce terrain, lors de voyages au Qatar et en Turquie dont les attaches avec les Frères musulmans sont bien connues. «Selon la Constitution, j'ai pris des décisions que nécessite la situation afin de sauver la Tunisie, l'Etat et le peuple tunisien», a déclaré Kaïs Saïed, au sortir d'une réunion d'urgence, au Palais de Carthage, avec des responsables des forces de sécurité.«Nous traversons des moments très délicats dans l'histoire de la Tunisie», a-t-il indiqué sans la moindre évocation du bras de fer qui l'oppose, depuis des mois, au principal parti parlementaire, Ennahdha.
«Ce n'est ni une suspension de la Constitution ni une sortie de la légitimité constitutionnelle, nous travaillons dans le cadre de la loi», a-t-il insisté. Pour Ennahdha, il s'agirait d'«un coup d'Etat contre la révolution et contre la Constitution», et le parti prévient, dans un communiqué, sur sa page Facebook, que ses «partisans (...) ainsi que le peuple tunisien défendront la révolution». Hier, des heurts ont eu devant le siège de l'ARP, au Bardo, opposant les partisans de Ghannouchi aux manifestants, le chef d'Ennahdha et ses députés ayant observé un sit-in face aux portes closes du Parlement ceinturé par les forces de l'ordre.
Avec l'arrivée, en novembre 2019, d'un Parlement fragmenté et d'un président de la République farouchement opposé aux partis politiques, il était évident que le bras de fer prendrait, tôt ou tard, une telle tournure, d'autant que le peuple tunisien a montré sa défiance et son ras-le-bol envers les formations politiques dans leur ensemble. Face à une Tunisie plongée dans de multiples crises politiques plus ou moins insolubles, le président Kaïs Saïed qui a mené, en 2019, campagne sur le thème d'une Révolution par le droit et d'un changement radical du système devait fatalement procéder au gel des activités de l'ARP et démettre de ses fonctions le Premier ministre Hichem Mechichi. Le président de la République «se chargera du pouvoir exécutif avec l'aide d'un gouvernement dont le président sera désigné par le chef de l'Etat», a-t-il assuré, à l'adresse d'un peuple tunisien visiblement soulagé.
«La Constitution ne permet pas la dissolution du Parlement mais elle permet la gel de ses activités», a expliqué Saïed, s'appuyant sur l'article 80 qui autorise une telle décision en cas de «péril imminent» et décrétant la levée de l'immunité parlementaire pour l'ensemble des députés. Avec environ 18.000 morts pour 12 millions d'habitants, pour cause de Covid, la Tunisie subit une véritable tragédie dont les échos ont jalonné les nombreuses manifestations qui réclamaient le départ de Mechichi et leur cinglante hostilité envers Ennahdha, appelant le président Saïed, secondé par l'armée, à «la dissolution du Parlement».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.