«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les talibans prennent Mazar-i-Sharif et menacent Kaboul
Afghanistan
Publié dans L'Expression le 16 - 08 - 2021

Les talibans se sont emparés samedi soir de Mazar-i-Sharif, accroissant encore leur emprise sur le pays et menaçant Kaboul, où Joe Biden a décidé de renforcer le dispositif militaire américain. Le président afghan Ashraf Ghani a promis de poursuivre le combat contre les insurgés qui continuent à se rapprocher de la capitale presque encerclée, où les habitants ne cachent pas leur angoisse de l'avenir. Face à l'effondrement de l'armée afghane, le président américain Joe Biden a porté à 5.000 soldats le déploiement militaire à l'aéroport de Kaboul pour évacuer les diplomates américains et des civils afghans ayant coopéré avec les Etats-Unis qui craignent pour leur vie, menaçant des talibans de réponse «rapide et forte» en cas d'attaque contre des intérêts américains. Les talibans «paradent sur leurs véhicules et leurs motos, tirant en l'air pour célébrer» la prise de la ville, a raconté samedi soir un habitant de Mazar-i-Sharif, Atiqullah Ghayor, qui vit près de la célèbre mosquée bleue.,Il a précisé que les talibans étaient entrés «sans vraiment rencontrer de résistance» dans la quatrième ville la plus peuplée du pays (500.000 habitants), après le retrait des forces afghanes. Un récit corroboré par d'autres habitants de la ville. «Les combattants (talibans) se sont emparés de Mazar-i-Sharif. Tous les bâtiments officiels (...) sont sous leur contrôle», ont affirmé les insurgés dans un communiqué. Le maréchal Abdul Rashid Dostom, ancien vice-président afghan, et Atta Mohammad Noor, ex-gouverneur de Balkh, qui avaient pris la tête de forces locales de résistance aux talibans à Mazar-i-Sharif, ont trouvé refuge en Ouzbékistan voisin, selon un proche du second, précisant que leurs forces s'étaient retirées à une soixantaine de km de la ville. Elles ont été victimes d'une trahison de l'armée afghane, a par la suite affirmé Atta Mohammad Noor sur Twitter. «J'ai beaucoup d'histoires non dites que je partagerai en temps voulu», a-t-il ajouté, précisant se trouver à présent dans un «endroit sûr». Plus tôt samedi, le président Ghani avait qualifié de «priorité numéro un» la «remobilisation de nos forces de sécurité et de défense». Il n'a en revanche fait aucune allusion à une possible démission, anticipée ou souhaitée par certains.
La situation militaire est critique pour le pouvoir en place. En à peine plus d'une semaine, les talibans ont pris le contrôle de presque tout le nord, l'ouest et le sud de l'Afghanistan et sont arrivés aux portes de Kaboul. Samedi, ils avaient déjà pris la province de Kunar, dans l'Est, et pourraient bientôt approcher de Kaboul par le nord, le sud et l'est. Outre Kaboul, Jalalabad, la grande ville de l'est de 280.000 habitants, est la seule ville majeure encore contrôlée par le gouvernement. Au sein des habitants de Kaboul et les dizaines de milliers de personnes qui ont fui leur foyer ces dernières semaines pour se réfugier dans la capitale, la peur prédomine. Les rues dela capitale étaient normalement animées samedi, mais de longues queues étaient observées à la sortie des banques. Beaucoup d'Afghans - les femmes en particulier -, habitués à la liberté acquise ces 20 dernières années, craignent un retour au pouvoir des talibans, qui prônent une version ultra-rigoriste de la loi islamique. Des bruits de tirs ont par ailleurs été entendus en provenance de la prison de Pule-Charkhi en périphérie de Kaboul, ont affirmé des habitants de la zone, laissant craindre une possible mutinerie.
Un ballet d'hélicoptères a survolé samedi Kaboul, entre l'aéroport et le l'ambassade américaine, gigantesque complexe situé dans la «zone verte» ultrafortifiée, au centre de la capitale. Les premiers contingents de Marines sont arrivés pour sécuriser les évacuations du personnel diplomatique, ainsi que d'Afghans ayant travaillé pour les Etats-Unis et craignant des représailles des talibans. Le Pentagone évalue à quelque 30.000 le nombre de personnes à évacuer au total. L'ambassade américaine a ordonné à son personnel de détruire les documents sensibles et symboles américains qui pourraient être utilisés par les talibans «à des fins de propagande». Londres a parallèlement annoncé le redéploiement de 600 militaires pour aider les ressortissants britanniques à partir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.