Ancelotti : "le Barça-Real Madrid a toujours existé et existera toujours"    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'article 184 du code électoral largement contesté    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    Le jeu malsain de Riyad    Sarkozy au TPI, ça tarde    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Défis et espoir    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    Washington lâche Rabat    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pourquoi sont-ils nécessaires?
Vaccins et pass sanitaire
Publié dans L'Expression le 08 - 09 - 2021

Retrouver une vie normale ou... presque! C'est l'obsession de toute l'humanité depuis maintenant presque deux ans. La pandémie de la Covid-19 a plongé le monde dans un cauchemar qui ne veut pas finir. Des millions de vies ont été fauchées, les économies sont en berne et les populations sont au bord de la dépression. Confinement, couvre-feu, vague...sont des termes qui ont traumatisé les plus coriaces. Comment en finir alors avec cet enfer? Les scientifiques sont presque tous unanimes: la solution est dans la vaccination. L'institut Pasteur de France vient renforcer cette thèse à travers une étude qu'il a rendue publique, lundi dernier. Les chercheurs de ce très sérieux institut assurent que la vaccination et le pass sanitaire sont efficaces pour contenir l'épidémie. Selon les chercheurs, les pays ne pourraient plus avoir à recourir au confinement et au couvre-feu, pour réduire les transmissions de coronavirus. «Il suffirait d'appliquer les gestes barrières, le port du masque, un certain degré de distanciation sociale, le tester -tracer-isoler et le pass sanitaire», écrivent-ils.
Les auteurs de cette étude qui ont pris comme échantillon la population française insistent sur l'importance d'une grande couverture vaccinale. «Les personnes non vaccinées contribuent, de façon importante, à la pression sur les hôpitaux», attestent -ils. «Dans notre scénario de référence, les personnes non vaccinées de plus de 60 ans représentent 3% de la population, mais 43% des hospitalisations», soulignent les mêmes scientifiques. Ils sont également formels sur le danger des non-vaccinées. «Ils contribuent, de façon disproportionnée, à la transmission du virus», avertissent-ils, non sans vanter les bienfaits du pass sanitaire. «Il s'agit d'une mesure de contrôle ciblant cette population (non-vaccinée), qui pourrait maximiser le contrôle de l'épidémie, tout en minimisant l'impact sociétal par rapport à des mesures non ciblées», attestent-ils. Cette étude concerne, certes, la France, mais est valable pour nous, puisqu'il s'agit du même virus qui frappe le monde entier.
La vaccination de masse est donc une nécessité absolue. L'Algérie, qui compte plus de 8 millions de personnes vaccinées, vient de lancer une semaine spéciale pour accélérer au plus vite l'immunisation de sa population, l'objectif étant d'atteindre une couverture de 70% de la population avant la fin de l'année, c'est-à-dire plus de 20 millions de personnes, ce qui devrait lui permettre d'atteindre la fameuse «immunité collective».
Les Algériens, qui viennent de vivre un nouvel été à «huis clos» et une troisième vague dévastatrice, ont l'opportunité de construire une «digue» qui nous permettra de sortir de cet abîme. Ils doivent, pour cela, aller se faire vacciner en masse. C'est le seul moyen d'éviter une 4e vague, plus dévastatrice que les précédentes, ainsi qu'un retour aux mesures draconiennes que sont le confinement et le couvre-feu.
Le gouvernement, qui a desserré l'étau sur la population, en cette fin d'été, pourrait passer à la vitesse supérieure, afin d'inciter les citoyens à se faire vacciner. Cela passera certainement par l'obligation du passeport sanitaire pour accéder aux lieux publics. Une mesure, longtemps réclamée par les professionnels de la santé, qui se précise de jour en jour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.