CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Souiller votre propre sang?
Publié dans L'Expression le 21 - 09 - 2021

Ce triste et poignant témoignage s'est déroulé dans la vaste salle d'audience de la cour de Tizi-Ouzou où étaient jugés 14 accusés dans une brutale et malheureuse histoire d'un sanglant et lâche rapt d' un homme d'affaires connu et apprécié dans la région. Une région où le défunt M'hand, rendait mille et un services sans contre- partie! Parmi les accusés, il y en avait un, qui n'était pas bien du tout, à cause de son néfaste rôle dans l'affreuse opération, qui a suivi le rapt! Un père de famille qui a été pris en flagrant délit par les ser-
vices de sécurité, accusé de complicité de rapt pour avoir «loué» son domicile aux ravisseurs assassins, durant tout le temps qu'avait duré le kidnapping. À un moment donné de l' interrogatoire, Farida Bouamrane, la vaillante présidente du tribunal criminel posa la bonne question relative au prix de la location de son domicile aux bandits et eut une réponse édifiante, quand le gus annonça la somme déboursée pour un petit domicile: «N' est-ce pas un peu trop pour une location d' un deux pièces-cuisine seulement?» cracha, entre les dents, la magistrate qui va être carrément «avalée» par la réplique du vieil et démonté accusé:
- A dire vrai, le prix n' était pas seulement celui de la location, mais aussi pour mes filles qui devaient tenir une chaude compagnie aux accusés, au moment de leur repos! Il y eut un léger brouhaha qui envahit momentanément la salle, à telle enseigne qu'un proche de l'accusé, quitta précipitamment la salle et la cour pour son chez-soi, couvert probablement de honte! Le tout prononcé par l'accusé qui venait de reconnaître sur un ton normal, comme s'il discutait d'un repas de famille, la location de ses filles à des bandits sans foi, ni loi! Et il n' y avait dans l' intonation, ni regret, ni sanglot, ni encore moins de larmes...
-- C'est terrible! Reprend la juge, dont le vif long regard, lancé en direction de l'accusé, traduisait, outre le dégoût contre de telles pratiques, l'appréhension de Bouamrane, la magistrate sur le devenir de ces filles, laissées au féroce appétit des prédateurs, avides amateurs de chair fraîche, alors que le père est à l'ombre, pour 18 mois d'emprisonnement ferme, pour «complicité de rapt»! Et la présidente du tribunal criminel de presque s'énerver en posant l'ultime question: «Vous n'aviez pas pensé, un seul instant, qu'en procédant ainsi, que vous alliez souiller votre propre sang? C'est terrible et terrifiant!» lança Farida Bouamrane, la juge, avant de mettre le dossier en examen, devant une assistance mal remise de l'info de l'accusé dont elle ne gardera que la location de ses filles à des bandits-assassins d'un bienfaiteur!!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.