Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La renaissance    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique
Infrastructures pour les jeux méditerranéens Oran-2022
Publié dans L'Expression le 22 - 09 - 2021


Une nouvelle dynamique sera impulsée aux différents chantiers des infrastructures sportives en cours de réalisation à Oran, en prévision de la 19e édition des Jeux méditerranéens (JM) que va abriter la ville, l'été prochain, suite à la réunion intersectorielle tenue, récemment, au niveau du ministère des Finances. Confrontés depuis quelque temps à certaines contraintes d'ordre technique et surtout financier, le complexe sportif olympique et le Village méditerranéen, deux importants équipements dédiés aux JM, devraient «bientôt» passer à la vitesse supérieure en matière de réalisation, assure-t-on du côté du Comité d'organisation local (COJM) que dirige l'ancien nageur algérien, Salim Iles. «Il n'y a pas lieu de trop s'inquiéter au sujet de l'avancement des travaux des différentes infrastructures sportives concernées par les JM. Certaines contraintes ont été signalées, mais avec la mobilisation des pouvoirs publics pour y remédier, tout devrait rentrer dans l'ordre», a assuré à l'APS, le président de la commission ad-hoc, chargée du suivi des infrastructures sportives au niveau du COJM, Sofiane Benchekor. En fait, l'intérêt particulier accordé par la plus haute autorité du pays, représentée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au dossier des JM représente un gage d'assurance pour le COJM, a encore ajouté la même source. Deux directions locales sont chargées des dossiers des infrastructures sportives dédiées au rendez-vous méditerranéen à Oran, à savoir la direction des équipements publics (DEP) et celle de la jeunesse et des sports (DJS). C'est vers la première instance que les yeux sont le plus braqués, étant donné qu'il s'agit du maître d'ouvrage du complexe sportif olympique dont va bénéficier, prochainement, la capitale de l'Ouest à l'occasion de ces Jeux. Ce nouveau souffle donné aux différents chantiers du complexe qui comporte, entre autres, un stade de football (40 000 places), une salle omnisports (6 000 places), un stade d'athlétisme (4 000 places) et un centre nautique de 3 piscines dont deux olympiques, a été freiné, souvent, par des contraintes d'ordre technique et financier. La crise sanitaire mondiale a eu également son impact sur l'évolution des travaux, obligeant les services concernés à revoir à chaque fois le calendrier de la livraison des différentes unités de ce complexe. Mais à l'approche de la tenue des JM, prévus du 25 juin au 5 juillet, la sonnette d'alarme a été tirée. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abderezak Sebgag, est venu dissiper ces craintes, en soulignant que le gouvernement accordait une grande priorité à cet événement méditerranéen. Cet intérêt du gouvernement a été traduit, justement par l'installation par le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane du Comité de suivi pour la prise en charge de la levée de tous les obstacles relatifs aux JM, formé des secteurs de la jeunesse et des sports, du ministère de l'Habitat et du wali de la wilaya d'Oran.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.