Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La renaissance    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les paradoxes d'une rentrée
Pluie, soif, vote, pénuries, procès, métro, cartables, pandémie...
Publié dans L'Expression le 22 - 09 - 2021

C'est parti, la rentrée sociale est entamée. Mais la pré-campagne électorale reste timide.
Les candidats autant que les électeurs restent prudents; il n'y a ni précipitation, ni déclarations tonitruantes, comme on a l'habitude de le faire. On y va à pas feutrés, comme si on avait peur d'éveiller les lecteurs plongés dans un long somme.
La rentrée des classes est, par contre, très irritante en raison d'abord des frais, du coût des fournitures scolaires qui a grimpé de manière vertigineuse. Il y a aussi le casse-tête causé par la pandémie. Ainsi, les élèves sont soumis à des contraintes inimaginables (selon le programme de l'année dernière), comme les horaires divisés puis espacés dans le temps, au point où les parents perdent le nord. Mais ceux qui ont le plus sué, ce sont les enseignants qui ont vécu un calvaire en raison d'un emploi du temps hallucinant.
La charge de travail a été monstre, surtout dans le primaire. On s'attend à des améliorations, suite à l'ouverture des recrutements de personnels qui vont alléger la charge.
La rentrée sociale intervient, cette année, avec la soif, parce que depuis juin dernier, les robinets ne coulent plus, surtout dans le Grand Alger, en raison de l'avarie ou du vieillissement des stations de dessalement de l'eau de mer ou encore à cause de la société française Suez qui n'a pas su gérer les conduites d'eau potable.
En guise de consolation, la pluie est tombée en averse, hier, comme pour annoncer une saison clémente pour les agriculteurs et les consommateurs. Pareil pour le métro, qui a été mis à l'arrêt à cause de la pandémie mais qui n'a plus redémarré.
La pandémie et les pénuries pour cause d'importations coûteuses, ont eu, également, des retombées majeures sur les dépenses des foyers. Car il faut relever qu'en sus de la dévalorisation du dinar, il y a eu des frais supplémentaires imprévisibles relatifs aux mesures sanitaires, comme les bavettes, le gel, les frais de contrôle sanitaire, etc. auxquels les bourses des ménages n'étaient pas préparées. Il y a aussi le retour des procès des oligarques qui avaient usurpé les biens et les richesses du pays.
Le gouvernement en place a présenté un programme ambitieux pour cette rentrée, touchant un peu à tous les domaines, avec l'intention de briser la glace parce que la phase de transition ou d'immobilisme a trop duré. Depuis le 22 février 2019, les initiatives politiques ont été très limitées. Puis la pandémie est venue pour y ajouter son poids déstabilisateur.
Maintenant, il semble que l'orage est passé et que le temps des bonnes initiatives est venu. Selon les chiffres annoncés,
le gouvernement a financé 24 000 projets, soit un montant de 310 milliards de DA, entre 2020 et 2021 pour le programme de développement des «zones d'ombre». Il s'agirait du financement de 24 216 opérations, dont 13 135 ont été achevées dans 1 343 communes. Ces opérations concernent l'alimentation en eau potable, le raccordement aux réseaux d'électricité, du gaz, d'assainissement des eaux usées, etc. Ce programme a déjà été approuvé par l'APN, rappelle-t-on, et est proposé à l'appréciation du Sénat.
La rentrée sociale n'est pas de tout repos, car ce ne sont là que quelques indices qui concernent l'ensemble de la population, pour dire que la rentrée sociale, en temps de canicule exceptionnelle et de pénurie d'eau, interpelle l'ensemble de la communauté afin de s'impliquer pour sortir de l'impasse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.