Man City : Doublé de Mahrez face à Bruges (Vidéo)    Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    L'Anie impose un black-out autour des listes    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La pénurie en eau potable était évitable
Barrages de Sidi Khelifa et Tizi N'Tleta
Publié dans L'Expression le 23 - 09 - 2021

Deux barrages qui auraient pu éviter à la wilaya de Tizi Ouzou et à bon nombre d'autres, de souffrir du manque d'eau engendré suite à la sécheresse. Deux barrages qui auraient pu éviter la pression sur le seul barrage de Taksebt qui est, à présent, à sec ou presque. Le projet de réalisation du barrage de Sidi Khelifa, à Azeffoun, a été ressuscité en 2018, lorsque le chantier a été attribué à l'ex-Etrhb et à l'entreprise turque Gunzayin. Pour sa part, le projet de réalisation du barrage de Souk N'Tleta, à Tadmaït, est une longue histoire, très longue même. Jusqu'à présent, ces deux infrastructures se débattent dans des retards qui ont abouti à la crise que connaît aujourd'hui la wilaya de Tizi Ouzou en matière d'eau.
Pour rappel, le barrage de Sidi Khelifa, d'une capacité de 24 millions de mètres cubes, qui se trouve en chantier à Azeffoun, a vu les travaux de sa réalisation fixés à 40 mois pour une enveloppe financière estimée à 8,7 milliards de dinars. Cet ouvrage devait assurer de l'eau pour l'irrigation et la consommation pour les populations des communes du littoral ainsi que d'autres situées dans le versant nord et nord-est. Mais hélas, jusqu'à hier, les populations de cette région continuaient de souffrir de la soif. Pour sa part, le barrage de Souk N'Tleta a une très longue histoire. Inscrit au début des années 80, mais, 40 années plus tard, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, le projet n'a pas encore le jour.
Doté d'une hauteur de 95 m pour une capacité de stockage de 90 millions de m3 d'eau d'irrigation et d'eau potable, le barrage est situé sur le lit de l'oued Bougdoura, dans la commune de Tadmaït et alimentera, une fois réceptionné, plusieurs communes de la wilaya, à l'instar des communes du côté sud comme Aït Yahia Moussa, M'kira, Tizi Gheniff, où la population souffre toujours d'un très grand manque en eau potable.
En fait, les retards accusés par ces deux infrastructures ne sont pas les seules et uniques causes de ce déficit en eau. Les communes souffrent des effets de la sécheresse parce que, aussi, le réseau est vétuste. Le constat est tellement désolant que même les services concernés reconnaissaient, depuis longtemps, que le volume physique des pertes en eau est évalué à plus de 40%. Ce qui signifie que la moitié de l'eau pompée, depuis longtemps, s'en va vers les rivières et non vers les robinets. Ces pertes, causées notamment par les fuites qui ne sont, dans la plupart du temps, réparées que des jours plus tard, font que les capacités du barrage et des forages sont épuisées à une vitesse anormale. Ce qui a engendré le manque d'eau qui pénalise actuellement les populations. Comme quoi, la sécheresse n'est pas totalement la raison mais plutôt un facteur qui révèle au grand jour une mauvaise gestion qui dure depuis bien longtemps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.