Energie et Mines : Arkab reçoit une délégation parlementaire vietnamienne    L'APS célèbre le 61e anniversaire de sa création    L'Algérie honorée à Bamako pour son rôle en faveur de la paix et la réconciliation au Mali    Une délégation parlementaire algérienne prend part à la 46e EUCOCO à Berlin    Ligue 1/ CS Constantine : l'entraineur Madoui remobilise ses joueurs avant d'affronter la JS Saoura    Tribunal de Sidi M'hamed : 12 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Sellal et Bedoui    ONU: une ONG appelle à la démission d'une responsable marocaine pour enfreinte aux normes de conduite    Tribunal de Dar El Beida: les terroristes Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme    Sport : les nouveaux textes juridiques devront instaurer une nouvelle dynamique au sein des associations sportives    Foot/ CHAN-2022 (préparation): le Sénégal et la Mauritanie au menu de la sélection A' en amical    Lutte contre le Sida: le gouvernement mobilisé pour assurer des soins gratuits aux malades    La ministre de la Solidarité nationale donne le coup d'envoi d'une caravane de sensibilisation sur la prévention de la grippe saisonnière    Enseignement supérieur: 16 plateformes numériques créées pour moderniser le secteur    L'inscription du Raï par l'Unesco, "un acte décisif de reconnaissance par le monde"    300 à 350 sous-traitants disponibles pour approvisionner les constructeurs automobile    Tissemsilt: le programme de développement se charge des préoccupations de la population    Festival de la production théâtrale féminine: "Chajarat El maouz" remporte le prix "Keltoum"    Ligue 2 (8e journée): Des chocs à la pelle    La fin de l'Etat jacobin ?    Le badge de l'Emir du Qatar    Les études d'aménagement achevées: 140 millions DA pour trois nouvelles mini-zones d'activités    Un recul réconfortant    En perspective de la distribution de 5.300 logements ce mois de décembre: Des instructions pour accélérer l'affichage des listes des bénéficiaires    Rue Mohamed Boudiaf (ex-rue de Mostaganem): Une tentative de squat d'une terrasse avortée    Tiaret: Une nouvelle organisation de soutien aux agriculteurs    Sûreté de wilaya: 129 officiers de police prêtent serment    ALGERIE (NS) UNDERGROUND !    L'Ukraine appelle les pays de l'Otan à accélérer l'envoi des aides    «On a tous intérêt à ce que le Burkina reste debout»    «Nous combattons les idées toxiques»    L'ambassadeur russe dit tout    Une technologie de pointe à l'accent algérien    La Tunisie appelle la communauté internationale à protéger le peuple palestinien    Seul un diagnostic précoce...    Le CRB aux commandes    Brèves    Belatoui sur la sellette    Appel à ancrer la lecture au sein des générations    Tournage du film «Hami Essahra» sur le chahid Si El Houas    Un génie forgé dans la douleur    Tebboune reçoit une délégation du Conseil du renouveau économique algérien    Sétif: encourager les initiatives pour l'écriture et la documentation de l'archive sportive    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Ligue 2 - GC Mascara : Belloumi et Yesaad en renfort    Quel avenir pour l'Europe ?    Décès du Général à la retraite Mohamed Betchine    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    Les PME sont-elles hors la loi?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une saga diplomatico-judiciaire
Huawei, Meng Wanzhou et les deux Michael
Publié dans L'Expression le 26 - 09 - 2021

Le 1er décembre 2018, Meng Wanzhou est arrêtée à la demande des autorités américaines lors d'une escale à l'aéroport de Vancouver. La directrice financière de Huawei et fille du fondateur du géant chinois des télécoms est accusée d'avoir menti pour contourner les sanctions américaines contre l'Iran.
Ce délit est passible de plus de 30 ans de prison aux Etats-Unis, pays vers lequel elle est menacée d'extradition. Le 11 décembre, un juge ordonne sa libération contre une caution de 10 millions de dollars canadiens (6,5 millions d'euros). Elle est autorisée à vivre dans une de ses villas à Vancouver, mais doit porter un bracelet électronique. La Chine menace Ottawa de «graves conséquences» si sa ressortissante n'est pas libérée.
Le 13 décembre 2018, la Chine confirme avoir pris des «mesures coercitives» contre deux Canadiens, arrêtés trois jours plus tôt, qu'elle soupçonne «d'activités menaçant sa sécurité nationale». Il s'agit de Michael Kovrig, ancien diplomate auparavant en poste à Pékin, et du consultant et homme d'affaires Michael Spavor, spécialiste de la Corée du Nord. Ces mesures apparaissent à bon nombre d'observateurs comme une riposte à la détention de Mme Meng.
Le 17 mai 2019, la Chine place formellement en état d'arrestation MM. Kovrig et Spavor, plus de cinq mois après leur interpellation. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau qualifie la mesure «d'inacceptable». Le 22 août, les Etats-Unis montent au créneau: le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo évoque une «détention arbitraire». En mai 2020, un tribunal au Canada se prononce pour la poursuite de la procédure judiciaire à l'encontre de Meng Wanzhou en vue d'une extradition vers les Etats-Unis.
Cette décision douche les espoirs d'un réchauffement des relations entre le Canada et la Chine. Un mois plus tard, la justice chinoise inculpe formellement MM. Kovrig et Spavor pour «espionnage» et «divulgation de secrets d'Etat». Dans un procès à huis clos, Michael Spavor est condamné en août 2021 à une peine de 11 ans d'emprisonnement, un verdict jugé «absolument inacceptable» par Ottawa. Aucune décision n'avait été annoncée dans le cas de M. Kovrig.
Vendredi, le gouvernement américain propose devant un tribunal de New York de «reporter» jusqu'à la fin 2022 les poursuites engagées contre Meng Wanzhou, un accord entériné par la justice. Dans cet accord, Mme Meng reconnaît avoir fait «de fausses déclarations» et «dissimulé la vérité» au cadre de HSBC sur les «activités de Huawei en Iran», selon le ministère de la Justice.
Dans la foulée, une juge canadienne clôture la procédure d'extradition lors d'une courte audience devant la Cour suprême à Vancouver et ordonne la remise en liberté de Mme Meng, qui décolle pour la Chine quelques heures après. Justin Trudeau annonce peu de temps après que MM. Kovrig et Spavor avaient «quitté l'espace aérien chinois, en route pour la maison».
En Chine, le fait que Mme Meng a reconnu les faits a été effacé d'internet. Les médias d'Etat n'ont pas mentionné la libération des deux Canadiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.