Erratum    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Une voix d'outre-tombe    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    La continuité des coups d'Etat    Elira qui élira bien le dernier...    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«L'Algérie est une puissance régionale»
Le président Tebboune l'affirme haut et fort
Publié dans L'Expression le 26 - 09 - 2021

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que l'Algérie est aux yeux des pays du monde «une force de paix et une puissance régionale» au vu des défis qu'elle a eu à faire face et qu'elle a su relever avec brio. Une reconnaissance que certains Algériens, se désole le chef de l'Etat, tente d'occulter. «L'Algérie est une force de frappe et le monde ne l'ignore pas, contrairement à certains Algériens», a-t-il déclaré. «Il y a ceux qui ne croient qu'aux capacités des autres. A longueur de journée, ils tentent de nanifier leur pays, critiquent. La critique constructive est positive, permet de passer à d'autres étapes, mais ne dévalorisez pas votre pays», a souligné le chef de l'Etat, tout en mettant en garde contre les tentatives de «minimiser» son rôle pionnier par le biais de «prescriptions édictées en coulisses» dans le but de déstabiliser le pays. Le président Tebboune a souligné, dans son intervention à l'ouverture des travaux de la réunion gouvernement-walis, la nécessité pour les Algériens d'être «persuadés que leur pays est une puissance régionale». «L'Algérie est une puissance qui a permis d'apporter des équilibres dans la région. Une puissance qui apporte la paix. Un pays qui produit 250 000 universitaires chaque année. Il n'est plus possible de douter des capacités de sa jeunesse», a-t-il insisté en évoquant les start-up et les microentreprises. «Ces gens ont un problème de dignité nationale» a-t-il regretté. Dans ce cadre, le chef de l'Etat a mis en garde contre les rumeurs qui prolifèrent dans les réseaux sociaux autour de différents secteurs et exploitent la conjoncture actuelle pour semer la «terreur» dans l'esprit des citoyens en diffusant des fake news et des vidéos truquées. Mais, regrette le chef de l'Etat, cette campagne n'émane pas seulement de l'extérieur, car des parties de l'intérieur ont également entrepris des actions similaires, allusion à peine voilée au mouvements Rachad et Mak, classés par les autorités publiques en tant qu'organisations terroristes.
«Nous ne pardonnerons jamais aux relayeurs de rumeurs, ni d'ailleurs aux pyromanes», a menacé le chef de l'Etat. Evoquant l'Algérie dans son environnement direct, Abdelmadjid Tebboune a révélé 97 sites Web de pays voisins, à l'exception de la Tunisie, attaquent l'Algérie. Une campagne cybercriminelle qui tente de déstabiliser l'Algérie. Au volet international, la diplomatie algérienne a recouvert «sa véritable place», en amorçant une nouvelle ère, comme en témoignent les différents points marqués sur la scène internationale. Discrète mais efficace, la diplomatie algérienne a fait montre d'un certain activisme sur la scène internationale, depuis le 33ème sommet de l'Union Africaine jusqu'au sommet d'Alger réunissant les protagonistes du conflit libyen. Pour ce faire, le gouvernement algérien a même orchestré un impressionnant ballet diplomatique. Aux responsables d'Europe, d'Afrique et du Moyen-Orient qui se sont succédé à Alger, le président Abdelmadjid Tebboune et son staff ministériel ont présenté leur vision des conflits et leurs solutions. En effet, l'Algérie a réaffirmé haut et fort ses positions aussi bien pour le dossier libyen et le Mali, la question du Sahara occidental, ou encore le conflit syrien. De la crise du barrage éthiopien de la Renaissance, à la Tunisie en passant par la Libye, la voix de l'Algérie est écoutée.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.