Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une femme et deux enfants tués dans un bombardement sur Marib
Yémen
Publié dans L'Expression le 05 - 10 - 2021


Une femme et deux enfants ont été tués dimanche, dans des tirs des missiles sur la ville de Marib, dernier bastion loyaliste dans le nord du Yémen en guerre, ont affirmé des sources militaires accusant les rebelles Houthis d'être responsables de l'attaque. Au moins trente personnes, dont six femmes et cinq enfants, ont été blessées par la chute de deux missiles sur une zone résidentielle de la ville, ont indiqué ces sources gouvernementales. Le bilan a été confirmé de source médicale. Les rebelles Houthis ont intensifié leur campagne pour s'emparer de la ville de Marib qu'ils tentent de conquérir depuis février aux forces pro gouvernementales, soutenues par une coalition militaire emmenée par l'Arabie saoudite. Ces dernières semaines, les combats ont fait des centaines de morts parmi les combattants des deux camps. Un missile est tombé sur la résidence du chef d'état-major, le général Saghir ben Aziz, et le second a frappé des maisons avoisinantes habitées par des civils, ont ajouté les sources militaires, an accusant les rebelles Houthis. «Viser des femmes et des enfants est l'oeuvre de lâches», a réagi sur Facebook le chef d'état-major. La prise de Marib, chef-lieu de la province du même nom riche en pétrole et géographiquement stratégique, donnerait aux rebelles le pouvoir sur tout le nord du Yémen, qu'ils contrôlent déjà largement. La guerre au Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, a éclaté en 2014 avec la prise de la capitale Sanaa (nord) par les rebelles. Elle a provoqué la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU, qui met souvent en garde contre un risque de famine à grande échelle. D'après les organisations internationales, des dizaines de milliers de personnes ont péri dans le conflit et des millions ont é

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.