Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La renaissance    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Des listes passées à la moulinette    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au moins 50 morts dans des combats près de Marib
Yémen
Publié dans L'Expression le 27 - 09 - 2021

Au moins 50 rebelles et membres des forces loyalistes ont été tués dans des combats au cours des dernières 48 heures dans la province yéménite de Marib, ont rapporté, hier, des sources militaires loyalistes. Marib est le dernier bastion du gouvernement dans le nord du Yémen, et les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran, tentent depuis des mois de s'en emparer.»43 combattants Houthis ont été tués au cours des dernières 48 heures, la plupart dans des frappes menées par la Coalition» dans l'ouest de la province de Marib, a indiqué une source militaire loyaliste.
Au moins sept combattants loyalistes ont péri dans ces combats, selon d'autres sources. Les Houthis qui ont intensifié depuis février leurs efforts pour s'emparer de Marib font rarement état de bilan de victimes dans les combats. Environ 400 combattants des deux camps ont péri en septembre durant lequel les combats se sont intensifiés à Marib.
Le contrôle de cette région riche en pétrole, située à environ 120 kilomètres de la capitale Sanaa, renforcerait la position de négociation des Houthis dans les pourparlers de paix. Le conflit au Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, a éclaté en 2014 après une offensive des Houthis venus de leur fief de Saada, dans le nord du pays et qui ont notamment pris le contrôle de la capitale Sanaa. Le pays est depuis devenu le théâtre du pire désastre humanitaire au monde selon l'ONU, avec des dizaines de milliers de morts d'après des ONG et une population au bord de la famine. Alors que l'ONU et Washington poussent à la fin de la guerre, les Houthis ont exigé la réouverture de l'aéroport de Sanaa, fermé sous blocus saoudien depuis 2016, avant tout cessez-le-feu ou négociations. L'ONU qui est parvenue à desserrer l'étau sur le port de Hodeida, indispensable à l'acheminement de l'aide alimentaire, poursuit sa médiation malgré une nette recrudescence des affrontements entre les deux camps.
Les efforts de l'ONU ces dernières années pour faire cesser le combats ont été vains. En juin dernier, l'ancien émissaire de l'ONU au Yémen Martin Griffiths avait dressé un constat d'échec au terme d'une mission de trois ans. Son successeur, le diplomate suédois Hans Grundberg, s'est rendu récemment à Oman, un pays qui joue un rôle de médiateur dans le conflit interyéménite. Il y a rencontré des responsables omanis et Houthis, dont le négociateur en chef rebelle Mohammed Abdelsalam.»Une paix durable peut être atteinte seulement à travers un règlement négocié pacifiquement», a dit M. Grundberg, selon un communiqué.»Il est impératif que tous les efforts soient déployés de façon à relancer un processus politique qui peut engendrer des solutions durables répondant aux attentes des femmes et hommes yéménites», a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.