Tribunal de Sidi M'hamed: 3 ans de prison ferme pour l'ancien directeur de Cabinet du Premier ministère, Sellal acquitté    Coupe arabe Fifa: 16 pays dans les starting-blocks pour séduire un trophée très convoité    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    Le FLN résiste et le MSP s'installe    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le CIJM fait appel à Tebboune, au Premier ministre et au MJS    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Les avocats obtiennent gain de cause    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un langage et des paradoxes...
Célébration des 100 ans de Georges Brassens
Publié dans L'Expression le 18 - 10 - 2021

Cet hommage a été rendu par le spécialiste de Georges Brassens, l'auteur Renaud Nattiez, qui, durant une conférence de près de deux heures a décortiqué avec brio les différentes chansons phares du répertoire du chanteur tout en nous invitant à travers elles de faire mieux connaissance avec la personnalité de l'homme assez complexe qu'il était.
Renaud Nattiez qui est l'auteur du dictionnaire du langage chez Georges Brassens, mais aussi chez Hergé dans sa bande dessinée Tintin, aura su, en effet, «relater la vie et l'oeuvre de Brassens à travers un corpus de chansons qu'il a sélectionné avec minutie. Il était accompagné musicalement par Karim Aounallah, musicien, chanteur, ingénieur en informatique, passionné de guitare, qui a appris à chanter en autodidacte. «Malgré une disparition il y a 40 ans, on continue à écouter Brassens, il est l'objet de sujets d'examen, est étudié dans les écoles, donne son nom à des collèges et des lycées. Et à Sète, dans sa ville natale, depuis juin à décembre, il y a toute une série de manifestations, expos, conférences-débats qui célèbrent sa mémoire», a indiqué le conférencier.
Un artiste atemporel
Et d'évoquer une certaine «critique controversée» quand on dit que Brassens est démodé. «On dit souvent que son langage est d'un ancien temps, un peu désuet, que les jeunes d'aujourd'hui ne peuvent pas l'apprécier, parce qu'ils ne comprennent pas facilement et assez vite ses paroles....Bien que lui-même aime se référer au Moyen Ae, il admirait François Villon, aimait la littérature classique, est-ce que cela veut dire qu'il est passéiste pour autant? Moi je dirai qu'il est atemporel et il est hors des modes. C'est parce qu'il est hors des modes qu'il ne se démode pas»,estime l'intervenant. Et de préciser que Brassens «n'est pas un chansonnier qui colle à l'actualité comme Jean Ferrat ou Léo Ferré... il se réfère rarement aux personnalités de son époque.». Il fera remarquer: «Dans mon Dictionnaire du langage, c'est une façon originale de l'appréhender, mais j'ai écrit aussi un livre, l'année dernière, qui s'appelle Brassens et Tintin où je compare les deux univers. Car il y a une correspondance entre eux....Ils sont éternels car hors des modes.»,Le spécialise de Brassens entamera aussi son analyse de ses chansons par «Mourir pour des idées», chanson riche de 1972? la plus récente, car datant de neuf ans avant son décès. «On arrive à un stade de sa vie où il s'est modéré dans ses prises de positon. L'engagement chez lui pose débat. Avant, il avait un engagement assez important en politique puisqu'il écrivait dans à un journal anarchiste en 45, 46 juste après la guerre. Des articles assez virulents. Progressivement cet engagement politique s'est estompé.».
L'engagement et son évolution
Et d'estimer: «Mourir pour des idées est l'illustration de cette progression comme une chanson de boulevard sur le temps qui passe.
Mourir pour des idées met en relief une certaine forme de scepticisme très fort de relativisme et une façon de dire que rien ne vaut la vie.
La vie est au-dessus de tout. (...) Brassens était contre toute forme d'engament qu'il considère comme un embrigadement, il n'a jamais voté, il est aussi opposé à toute forme d'engament privé dans sa vie (jamais eu d'enfant, le monde ne lui plaisait pas)». Et de souligner que Brassens refuse de se plier à l'insinuation du mariage ou de la religion comme il est mentionné dans la chanson «La demande de mariage», même s'il a eu deux grands amours dans sa vie...
À propos du tempérament de l'artiste sur scène, le conférencier signalera que Brassens était un homme sobre dans le sens où il était sur scène «minimaliste, ne parlant jamais à
son public...». Et d'ajouter: «Certains trouvent qu'il était misogyne avec les femmes. D'autres pas...».
Un homme sobre et humaniste
Ceci, dit il, «iil ne faut pas idolâtrer non plus Brassens car il y a des dizaines de chansons qui sont clairement misogynes et qui auraient du mal à passer maintenant..».
Evoquant la chanson de l'Auvergnat, il dira qu'elle est «emblématique et reflète le caractère extrêmement complexe du répertoire de Brassens.». Et d'estimer: «Cette chanson va le réconcilier un peu avec un public bien- pensant, certains même parmi le public chrétien catholique qui considérait La chanson pour l'Auvergnat comme étant une chanson chrétienne si on la prend à la lettre».
Outre le fait que Brassens porte un grand intérêt aux gens humbles, «on pourrait caractériser sa pensée par un humanisme d'inspiration chrétienne» soulignera Renaud Nattiez qui estimera que le nom propre qui revient souvent dans ses chansons est souvent Dieu. «Ce n'est pas Dieu qui est sa préoccupation majeure, mais plutôt l'au-delà et la question sur: y a-t-il autre chose après la mort?». Et d'évoquer aussi le sujet de la mort, notamment dans la chanson «Oncle Archibald», ajoutant qu'Il y a 46 chansons où il aborde le thème de la mort. Le conférencier fera remarquer que «Brassens fréquentait aussi beaucoup les cimetières et leur cérémonie. Il nargue la mort. Est-ce pour l'exorciser?»
La mort prend souvent l'image d'une femme... Revenant à nouveau sur sa personnalité assez complexe finalement, Renaud Nattiez estimera qu' «Autant il a été provocateur en étant jeune, autant on le qualifie aujourd'hui de chanteur consensuel. On entend peu de critiques extrêmement sévères et il est admis par la gauche comme par la droite». Et d'estimer: «On a tendance à dire qu'il a perdu de sa force provocatrice et par plaire à tout le monde! Je pense que Georges Brassens est un chanteur oxymore; un chanteur de la complexité et des paradoxes!». Un artiste en tout cas qui continue à fasciner et de susciter autant d'interrogations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.