Relance industrielle: un pas vers le redressement des processus erronés    Abbas se dit optimiste de l'organisation du prochain Sommet arabe à Alger    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les néo-harkis reviennent cette semaine
Ils ont appelé à l'intervention internationale contre l'Algérie
Publié dans L'Expression le 18 - 10 - 2021

Un colloque a été organisé par une ONG qui s'intitule «Riposte Internationale» et la députée du Parti communiste français (PCF), Marie-George Buffet. Ce colloque se voulait comme une occasion pour aborder «la situation politique et des droits humains en Algérie, à l'Assemblée nationale française», selon les dires de ses organisateurs.
Mais le vrai contenu et les tenants de cette rencontre dans l'enceinte de l'Assemblée nationale française, n'était autre que la volonté effrénée de ces «invités» de choix pour exiger et appeler «l'Etat français à diligenter une enquête internationale et intervenir en bonne et due forme pour renverser le gouvernement en place». (sic).
Ce sont des déclarations émanant depersonnes cooptés par des réseaux et des officines étrangères et néocolonialistes. Leurs accointances avec des organisations étrangères dont l'agenda «printaniste» et interventionniste ne souffre d'aucun soupçon.
D'ailleurs, le qualificatif donné à ces personnes, qui sont présentées comme protagonistes de la scène populaire en Algérie suscite l'hilarité et des attitudes burlesques de la part de la majorité des Algériens qui les qualifient juste comme «traîtres à la nation».
Il s'agit de Salah Dabouz, Pierre Audin, Ilyas Lahouazi, Ali Ait Djoudi, Hacene Hirèche, Idir Ounnoughene, Athmane Bessalem, Abdelaziz Ould Ali, Faiz Moon, Youcef Amazigh, Madjid Benchikh et Rachid Malaoui. Il n'y a pas que ces sinistres noms, il y en a d'autres dont la vassalité est criarde et sans ambages à l'égard de leur mère patrie, la France.
Le colloque de la honte et de la lâcheté a servi comme réceptacle pour les nouveaux supplétifs et des légionnaires dont l'objectif est de voir le scénario libyen se réaliser en terre algérienne pour en finir avec la haine qu'ils vouent à la patrie et sa souveraineté.
Les sherpas du néocolonialisme et des visées interventionnistes en Algérie ont essayé de faire dans le profil bas devant les caméras, des visages émaciés, les yeux sombres. Pour ainsi dire, la traîtrise les dominait d'une manière manifeste.
Les interventions quémandées par les instruments du néocolonialisme et les mercenaires à la solde des puissances étrangères et de l'impérialisme, ont été caractérisées par des lamentations jusqu'à courber l'échine pour solliciter leur mère patrie de faire quelque chose pour «déloger le régime algérien et le renverser», toute honte bue.
On entendait les anciens patriotes qui ont vécu la période coloniale comment ils décrivaient le personnage du harki et les supplétifs de l'administration coloniale. Mais cette fois, on les a vus de nos propres yeux comment ils se sont comportés devant une sherpa nommée Marie-George Buffet, une députée communiste gagnée par la «cause» hideuse des séparatistes du MAK et tutti quanti.
Les Malaoui et les Benchikh et autres, se présentent par leur qualité de «démocrates», une démocratie épaulée par l'Otrn et ses succédanés.
L'exemple d'une démocratie interventionniste est incarné par le sbire des officines étrangères, Hacene Hirèche. Ce porteur d'eau de l'impérialisme et du néocolonialisme est allé jusqu'à dire que «On compte beaucoup sur le soutien de nos amis français contre le régime algérien avant. Sans porter l'affaire algérienne sur la scène internationale la répression ne va pas s'arrêter», a-t-il tonné.
Un autre dont le caractère d'«érudition» en droit international public est censé lui apprendre les fondamentaux inhérents à la souveraineté des pays et l'inviolabilité de leurs indépendances. Il s'appelle Madjid Benchikh, présenté comme professeur émérite et doyen de la faculté d'Alger. Il est allé jusqu'à dire que «La souveraineté qui est envisagée par l'Etat algérien n'est pas la bonne. Elle est anachronique, c'est une souveraineté selon laquelle un Etat peut, sur son territoire faire tout ce qu'il veut. Cette souveraineté c'est ce qu'on enseignait dans nos facultés sur ce qui se passait au XIXème siècle. Mais tous les enseignants ajoutaient que cette souveraineté n'existe plus. Elle est mise en échec d'abord par la Charte des Nations unies parce qu'il y a le droit des peuples à disposer d'eux- mêmes», le summum de la trahison au nom d'un éclectisme sciemment entretenu pour justifier les thèses interventionnistes et d'ingérence dans les affaires internes des Etats.
Il faut dire que tous ceux et toutes celles qui étaient présents à ce colloque de la trahison, ont sollicité leur mère patrie, la France, a accélérer la cadence de la pression contre le gouvernement algérien et pousser la dynamique jusqu'à l'intervention pure et simple.
D'ailleurs, la sherpa du PCF, la députée Marie-George Buffet, a compris le message de la cinquième colonne qui était invitée dans l'enceinte de l'Assemblée nationale française en soulignant que «à l'initiative de l'ONG Riposte Internationale et de la députée Marie-George Buffet, un colloque s'est tenu à l'Ässemblée nationale avec les acteurs et actrices du mouvement du peuple algérien pour la démocratie, pour renverser un pouvoir autoritaire».
Tout est dit, pas besoin d'interprétation et de lecture en filigrane ou entre les lignes.
La lâcheté et la trahison n'ont pas besoin de masque ou d'interprète. Il suffit de voir les visages hideux et mortifères de ces quidams précités pour avoir une idée obscène et putride de la notion de la trahison à outrance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.