Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand la grenouille joue au Boeuf
L'ex-président Marzouki, critique en chef de la «dictature» en Tunisie
Publié dans L'Expression le 19 - 10 - 2021


Qu'est-ce qui fait courir Moncef Marzouki, l'ex- président tunisien entre 2011 et 2014? Malgré le score dérisoire obtenu à la présidentielle de 2019, il cherche, depuis deux semaines, à s'imposer comme le principal détracteur du chef de l'Etat Kaïs Saïed, au motif que celui-ci s'est adjugé les pleins pouvoirs le 25 juillet dernier. Sorti de sa réserve, il anime depuis Paris où il réside une campagne contre l'actuel maître de Carthage, assumant le rôle en principe dévolu à la formation islamiste Ennahdha, empêtrée dans une contestation interne qui a vu une centaine de cadres claquer la porte. Et Marzouki de hanter les réseaux sociaux, ainsi que la chaîne Al Djazeera, appelant à la destitution de Kaïs Saïed qu'il traite de «putschiste» et de «dictateur» tout en lui reprochant d'avoir «trahi la Constitution». L'homme à l'image brouillée, du haut de ses 76 ans, ne fait pourtant plus illusion et son «combat antérieur pour la démocratie» s'est dilué dans ses accointances sonnantes et trébuchantes avec Ennahdha, les Frères musulmans dont il est un commis dévoué, la Turquie et le Qatar où ses nombreux séjours ont toujours été fructueux. Marzouki, dans un costume d'opposant à la politique de Kaïs Saïed, est tombé dans le ridicule, appelant, voici quelques jours, la France et d'autres puissances occidentales à mettre en quarantaine économique et politique la Tunisie, à boycotter le sommet de la Francophonie prévu à Djerba fin novembre et reporté à 2022, et à ne pas soutenir un «régime dictatorial». Outrés, des diplomates ont demandé à ce que lui soit retiré le passeport diplomatique tunisien, le cataloguant «traître» et «ennemi de la Tunisie». Riposte du concerné, «le dictateur se confond avec la patrie», tout comme Ben Ali, et il cherche à importer en Tunisie le modèle de «l'Egypte d'al Sissi». Les masques tombent, ainsi, et Marzouki affiche clairement son ancrage dans la mouvance controversée des Frères musulmans, pensant devenir la voix la plus audible de l'opposition tunisienne et, par-là même, le prochain recours du processus politique. Parti en retraite au lendemain de la gifle électorale de la présidentielle de 2019, avec un score de 3%, voilà un Marzouki qui ressurgit opportunément avec la conviction qu'il peut encore incarner le messie aux yeux du peuple tunisien dont le récent désaveu infligé à Ennahdha ne lui sert pas de leçon. Grisé par son ambition, il sert de faire valoir à Ennahdha qui se garde d'entrer en conflit ouvert avec le président Kaïs Saïed et profite de sa mise en scène, en attendant un come-back. Instable et servile, selon les partis tunisiens, toutes tendances confondues, et triste «tartour» (marionnette) aux yeux du peuple tunisien dont il est la risée pour cause de servilité pseudo islamiste, Marzouki a réussi un seul exploit, celui d'énerver, durant sa présidence provisoire, le peuple tunisien et les pays frères et amis. Autant dire que sa danse du ventre actuelle est tout simplement pitoyable.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.