Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La nuit du pétard
Célébration assourdissante du Mawlid Ennabaoui à Béjaïa
Publié dans L'Expression le 20 - 10 - 2021

Comme dans toutes les régions d'Algérie, la célébration du «Mouloud», l'anniversaire de la naissance du prophète Mohamed (Qsssl), s'est singularisée, cette année, à Béjaïa, par une activité commerciale intense, la veille, et une nuit de pétards assourdissants. La nuit du Mawlid Ennabaoui a été exceptionnellement festive.
Si, dans les villages, la tradition s'est maintenue, dans les villes, la célébration s'est singularisée par une fièvre acheteuse jamais connue dans le passé à l'occasion de cette fête traditionnelle, en passe de détrôner, en la matière, les autres fêtes religieuses.
La veille, les commerces informels ont poussé comme des champignons, proposant divers articles aux consommateurs, qui, dans un élan festif, ne comptent plus leurs sous. Sur les boulevards, dans les marchés, les pétards, les jouets et autres accessoires de circonstance étaient les plus en vue sur les étals et les plus vendus.
Le beau temps aidant, les familles sont sorties pour dépenser sans compter. Signe d'une aisance financière? On est tenté de le croire. Finalement, le pouvoir d'achat n'est pas aussi faible qu'on veut le faire croire puisqu'on arrive à s'offrir des produits éphémères, qui ne durent que le temps d'une journée festive.
À Béjaïa, la célébration a été festive à plus d'un titre. Si, d'un côté, beaucoup d'observateurs voient en cela un signe de l'évolution des mentalités religieuses, qui se démarquent, pour ainsi dire, de la mouvance salafiste, qui interdit tout geste festif durant le Mawlid Ennabaoui, d'autres s'interrogent sur le regain des activités informelles sous l'oeil vigilant des services de sécurité. Veut-on décompresser un peu la tension sociale en se faisant aussi laxiste que possible? C'est probablement le cas, lorsqu'on sait que le pétard, interdit, a fait ravage toute la nuit après avoir dominé les achats de l'après-midi.
Ainsi, le commerce du pétard s'est trouvé florissant à l'occasion, offrant à de nom-
breux jeunes revendeurs, dans les rues, la possibilité de gagner quelques sous dans cet environnement de crise de l'emploi. Il s'agit d'une situation qui se reproduit à chaque célébration des fêtes religieuses. Et c'est le tintamarre des explosions de pétards à chaque coin de rue et durant toute la nuit. Cela a fortement «pété» toute la nuit, fait remarquer le commerçant du coin, qui remet déjà le reste des pétards invendus sur son étal. «Ils ont tout fait péter, hier, alors ils vont revenir forcément», fait-il remarquer de par son expérience.
Cette année, on n'a pas beaucoup entendu parler de circoncision des enfants à l'occasion du «Mouloud». Ce qui se faisait par groupe, comme il a été observé dans le passé, n'était pas de mise cette année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.