L'Anie dévoile le taux final de participation    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Le procès en appel de Hamid Melzi reporté    Les salaires meilleurs dans le secteur public    Célébration dans un climat de trahison    Des routes fermées dans plusieurs wilayas    De nouvelles conditions fixées à Alger    172 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    L'angoissante nuit du dépouillement    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Trois morts à Téra, au Niger    Ferhat, une affaire à saisir    Une pluie de prétendants    Le feuilleton Haaland est relancé    Inter Milan : Direction l'Espagne pour Matias Vecino ?    «Le taux de participation est positif»    Ni perdant ni gagnant    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    Manteau blanc sur les montagnes    Chréa en robe de mariée    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    Benabderrahmane reçoit le ministre libyen de l'Intérieur    La JSK et la JSS battues    Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien: poursuivre le combat contre la normalisation    Des vents forts sur plusieurs wilayas à partir de dimanche après-midi    Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Sachez que...    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    Queiroz repêche Hedjazy    Souriez, nous allons tous mourir !    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    Chômage, prix et impératif civisme    Le culte fécond ou stérile du passé    L'enjeu des locales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Farid Ferragui: l'anniversaire!
Chanson kabyle
Publié dans L'Expression le 24 - 10 - 2021

Le grand chanteur kabyle Farid Ferragui célébrera, demain (25 octobre), son anniversaire. Durant toute sa vie, il n'a pas cessé de nourrir les coeurs déchirés et de ressusciter les âmes meurtries avec des chansons mélodieuses et mélancoliques dont il est le seul à détenir le secret. Farid Ferragui est l'une des voix algériennes les plus suaves. Il a aimé la chanson pratiquement dès son enfance. Il était, à l'époque, loin d'imaginer à quel point il allait marquer son temps et ses fans.
Dès son premier album sorti sur les étals, Farid Ferragui a réussi à pénétrer de fort belle manière dans la cour des grands. Il est né dans un petit village planté dans la nature, situé dans la région de Tizi Ghennif.
Le village s'appelle Taka. C'est dans ce hameau que Farid Ferragui a vu le jour le 25 octobre 1953.
La voix, c'est inné. Farid Ferragui l'avait. Mais il lui fallait trouver un style. Un genre propre à lui et qui allait convenir à sa voix triste. Fan invétéré d'un monstre sacré de la chanson orientale: Farid El Atrache, Ferragui s'en inspire sans le copier.
Une voix et une orchestration modeste
Son prénom d'artiste, il le tient, d'ailleurs, de Farid El Atrache. Mais Farid Ferragui décida, dès sa première chanson enregistrée, de donner la primauté à sa voix en optant en faveur d'une orchestration des plus modestes: le luth et la percussion.
Le résultat a été des plus surprenants. Avant même d'enregistrer sa première cassette intitulée «Ayul igevghan thulas», en 1981, Farid Ferragui avait déjà marqué les esprits de ses camarades à l'Ecole normale de Tizi Ouzou, au début des années soixante-dix. Il y était inscrit pour devenir instituteur plus tard et il passait plus de temps avec sa guitare qu'avec ses cahiers. C'est dire que l'amour qu'il avait pour la chanson était plus grand. Il fit, d'ailleurs, une brève carrière d'instituteur et de directeur avant de tout laisser tomber pour suivre son chemin dans le monde de la chanson. Il se mit à composer ses premières chansons qu'il fait éditer dans son premier album sorti en France.
Une fois l'album édité, Farid Ferragui lui-même n'en croyait pas ses yeux en constatant le succès qu'il avait obtenu.
Durant les années quatre-vingt, Farid Ferragui a produit des dizaines de chansons, ayant toutes marqué, de fort belle manière, des générations entières de fans, femmes et hommes, qu'on retrouve agglutinés devant les guichets à chaque fois qu'un concert est animé en Algérie ou ailleurs.
Le chanteur et le chantre de l'amour
Des albums comme Agouni n tayri, Ay imdebren, Akal d izuran, Udem n tleli et tant d'autres sont constitués de véritables chefs-d'oeuvre artistiques immortels. Même s'il est toujours considéré comme étant le chanteur et le chantre de l'amour, Farid Ferragui a, tout au long de son parcours, équilibré ses thèmes avec une infinité d'autres sujets dont ceux ayant trait à la société, à la politique, aux parents, à l'amitié, à l'injustice de la vie, et depuis quelque temps, à la spiritualité et à l'existentialisme de manière générale.
Le thème de l'amour, Farid Ferragui l'a décortiqué comme aucun autre artiste ne l'a fait. Sur un fond extrêmement mélancolique, Ferragui a dédié des dizaines de chansons à ce sujet qui a tourmenté tant d'âmes sensibles.
Ses chansons dans ce registre, surtout celles des années quatre-vingt, sont d'une beauté et d'une profondeur inouïes. Qui peut oublier des chansons comme Deg ul-iw mazal thelid, A yid, Asefru amezwaru, Khas lâakl-iw, Mebrouk isaâdam waqchich, Khas rouh zewdj akhiram, Ma dezi tefsut et tant d'autres et dans lesquelles Farid Ferragui triture le coeur?
Farid Ferragui a tous les ingrédients artistiques pour chanter l'amour impossible. Sa voix d'abord, qui reflète de manière parfaite les sentiments de détresse sentimentale qu'il décrit dans ses chansons. Puis son style mélancolique et son instrument de prédilection qui est le luth. Ce dernier pleure quand il est entre les mains de Farid Ferragui.
En entendant toutes les complaintes sincères contenues dans les poèmes d'amour qui font de Farid Ferragui aussi un poète sentimental hors pair. Joyeux anniversaire Farid! Ou plutôt Ali. C'est son vrai prénom. Celui donné par ses parents sur lesquels il a tant chanté avant qu'ils ne quittent ce monde. Et même après.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.