L'Anie dévoile le taux final de participation    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Le procès en appel de Hamid Melzi reporté    Les salaires meilleurs dans le secteur public    Célébration dans un climat de trahison    Des routes fermées dans plusieurs wilayas    De nouvelles conditions fixées à Alger    172 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    L'angoissante nuit du dépouillement    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Trois morts à Téra, au Niger    Ferhat, une affaire à saisir    Une pluie de prétendants    Le feuilleton Haaland est relancé    Inter Milan : Direction l'Espagne pour Matias Vecino ?    «Le taux de participation est positif»    Ni perdant ni gagnant    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    Manteau blanc sur les montagnes    Chréa en robe de mariée    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    Benabderrahmane reçoit le ministre libyen de l'Intérieur    La JSK et la JSS battues    Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien: poursuivre le combat contre la normalisation    Des vents forts sur plusieurs wilayas à partir de dimanche après-midi    Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Sachez que...    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    Queiroz repêche Hedjazy    Souriez, nous allons tous mourir !    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    Chômage, prix et impératif civisme    Le culte fécond ou stérile du passé    L'enjeu des locales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les marchés de gros seront délocalisés
Commerce
Publié dans L'Expression le 24 - 10 - 2021

Les règles semblent se mettre en place pour la régulation des marchés de gros, à travers les dernières dispositions du ministère du Commerce, qui lance un programme de délocalisation des marchés de gros des zones urbaines. Un premier pas vers une organisation essentiellement orientée sur l'établissement d'un état des lieux, des besoins, et des spécificités de chaque région du territoire national, afin d'y adapter les services et les accompagnements nécessaires pour l'émergence d'un tissu d'établissements à même de contenir et d'organiser la distribution de la production nationale.
À cet effet, Kamel Rezig a fait savoir que « cette démarche, visant à faire sortir les marchés de gros des zones urbaines, se concrétisera à travers l'établissement de marchés modernes qui disposent du raccordement au réseau d'autoroutes, d'hôtels, de restaurants, de centres de services, de postes, de police et d'organismes de gardiennage spécialisés qui seront liés par contrat à la société Magros ». Il faut dire que le rôle des collectivités locales, dans cette nouvelle stratégie de gestion, s'avère des plus importants dans la mesure où elles contribueront, par l' étude et la recherche de possibilités et de solutions, à dégager les assiettes foncières nécessaires pour ce programme et à travers une contribution pour l'établissement d'une cartographie des producteurs et des commerçants. Ces derniers devront également s'adapter aux nouvelles dispositions juridiques, qui imposeront un changement de registre du commerce pour ceux qui ne veulent pas se délocaliser, pour se reconvertir en détaillants. Il est clair que l'ultime objectif de cette opération est de désengorger les villes et les zones résidentielles des commerces de gros, pour les loger dans des zones qui leur confèrent un statut spécifique, leur permettant d'assurer l'activité de tous les acteurs du secteur.
C'est dans cette reconfiguration que peuvent s'installer de nouveaux mécanismes de lutte contre la spéculation et l'anarchie qui régnaient depuis des décennies. Et ce dans la mesure où la mise en place d'une telle organisation apportera une visibilité certaine sur l'identité de tous les intervenants du secteur, ce qui rendra l'existence des réseaux d'intermédiaires presque impossible. Dans le détail, il s'agit, selon le ministère, de la réalisation de « cinq marchés régionaux de gros, dont le premier a été inauguré dans la wilaya de Ouargla par la société de réalisation et gestion des marchés de gros, Magros, et le 2e dans la wilaya de Bechar. Quant au 3e marché, il connaît un taux de réalisation avancé à Tiaret, en collaboration avec la wilaya. Le 4e marché régional est prévu à Khenchela ou à Batna, tandis que le
5e sera réalisé dans la commune d'El Kharrouba, à Boumerdès et abritera, à l'horizon 2024, tous les marchés de gros qui se trouvent dans les zones urbaines dans la région du Centre (Alger et les wilayas limitrophes) ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.