Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les dernières cartouches des imposteurs
Cyberattaques, fake news et manipulation, à quelques semaines des élections locales
Publié dans L'Expression le 27 - 10 - 2021

La scène politique nationale se distingue par une certaine léthargie qui précède, paradoxalement, les rendez-vous électoraux. Très occupés à dresser leurs listes, avec ce que cela suppose comme démarches auprès des citoyens-électeurs pour les parrainages et le casse-tête juridique pour la validation de leurs listes électorales, les partis politiques vivent dans leur bulle et ne contribuent pas à la vie de la société. La hausse des prix des produits de première nécessité, les nouvelles dispositions du projet de loi de finances, le débat mémoriel entre l'Algérie et l'ancienne puissance coloniale et au sein même de la société, sont autant de sujets laissés à l'appréciation des réseaux sociaux, gangrenés par l'intox et la manipulation. L'échéance électorale du 27 décembre prochain, dernière pierre de l'édifice institutionnel que le président de la République s'est engagé à renouveler ne parvient pas à trouver sa place dans un brouhaha ambiant qui voit les cyber-mercenaires rémunérés par des puissances étrangères multiplier de férocité contre l'Algérie. Les fausses nouvelles balancées sur Internet ont pour seul objectif de brouiller l'image de l'Algérie et annuler l'effort que fournit l'Etat tant au plan politique que social. L'intox sur la prétendue pénurie d'huile distillée récemment sur les réseaux sociaux, après les coups presque réussis de la farine et de la semoule illustrent, si besoin, l'acharnement permanent sur la société, avec l'objectif de créer des situations de désordre social. On retiendra dans la longue liste des tentatives de créer le chaos dans le pays la criminelle série d'incendies qui a provoqué 90 morts sur une importante bande forestière du nord du pays. Il y a eu, également, le lâche assassinat du jeune Djamel Bensmaïl. Tous les ingrédients étaient réunis pour provoquer une explosion de la société. Cet affreux épisode qui a succédé à une tentative de noyauter une campagne citoyenne pour faire parvenir de l'oxygène aux malades de la Covid-19 devait être, pour les initiateurs des incendies, le coup de grâce pour abattre l'Algérie. Mais la formidable réaction du peuple algérien avait fait échouer cette stratégie. La réaction n'était pas seulement populaire. Les arrestations de membres des deux organisations terroristes, le MAK et Rachad, derrière ces tentatives criminelles, confirme la détermination de l'Etat d'en finir une bonne fois pour toutes avec les ennemis de l'unité nationale.
Les batailles de l'oxygène et des incendies ont été remportées de haute lutte. Et on en veut pour preuve tous les générateurs d'oxygène dont ont bénéficié plusieurs hôpitaux bien après la fin de la crise, ainsi que les opérations de reboisement qui touchent l'ensemble des massifs forestiers incendiés. Cela pour dire que sur le terrain, l'Algérie sait se battre grâce à ses enfants. Mais dans le cyberespace, la guerre n'est pas finie pour autant. Les rumeurs les plus insensées continuent à circuler et les mercenaires planqués outre-Méditerranée tentent de donner de la lutte contre la subversion, l'image de harcèlement de militants démocrates. On les voit gonfler de petites manifestations qu'ils organisent dans des capitales par le biais de posts sur les réseaux sociaux, donnant aux ennemis de l'Algérie l'opportunité d'injecter leur venin. On les a même vus tenter de détourner l'attention de l'opinion sur l'anniversaire du massacre du 17 octobre 2019 en forçant le trait sur ce qu'ils appellent «un régime totalitaire». Pas un mot de travers à l'endroit de la France ou du Maroc, mais ils imaginent toutes les tares et les collent à l'Algérie. Jusqu'aux dernières intempéries qui leur ont inspiré une émission sur une radio Web intitulée L'Algérie, la puissance noyée, en référence aux dernières intempéries. Il y a même un chef de parti qui, toute honte bue, a partagé sur Facebook, une photo avec un commentaire stupide. C'est donc dans ce climat plutôt détestable que vont se tenir les prochaines élections locales.
Ces mercenaires du Web affûtent sans doute leurs armes pour les discréditer, comme ils ont tenté de le faire avec les élections législatives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.