Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La vie d'après» en route
Anis Djaâd signe un premier long métrage
Publié dans L'Expression le 28 - 10 - 2021


Après trois courts métrages à succès, «Le hublot», «Passage à niveau» et «Voyage de Keltoum», le réalisateur Anis Djaâd revient sur le devant de la scène cinématographique avec la sortie prochaine de son premier long métrage de fiction intitulé «La vie d'après» et qui a déjà entamé sa tournée des festivals. Dans un entretien accordé, Anis Djaâd revient sur les conditions de tournage de ce film sélectionné au festival international du film d'Amiens. Il estime avoir eu la chance de «finaliser le tournage à Mostaganem et ses environs deux mois avant que la pandémie ne se déclare en Algérie». La phase de montage et de post-production en France a été, quant à elle, plus «laborieuse» vu le contexte sanitaire qui a failli compromettre la sortie du film. Le réalisateur salue la «détermination et le professionnalisme» de l'équipe du film qui a réussi à terminer le tournage, en extérieur et en bord de mer, «avant même les délais et sans recourir à une quelconque rallonge budgétaire auprès du ministère de la Culture et des Arts». «La vie d'après» relate l'histoire de Hadjer et de son fils qui tentent de se reconstruire une vie et de se reconstruire eux-mêmes après le lâche assassinat de son époux par un groupe terroriste. Elle se retrouve en proie à toutes les difficultés de la vie amplifiées par son nouveau statut social et sa condition modeste dans son village reculé de l'Ouest du pays. Encore une fois, Anis Djaâd, auteur des scénarios de toutes ses oeuvres, revient dans un registre de néoréalisme social qu'il a choisi depuis son premier film en se positionnant comme «observateur de sa société et qui prend toujours le temps de développer ses sujets avec le recul approprié» en se refusant de faire «un cinéma d'urgence». Après avoir pris le pouls de la jeunesse désoeuvrée dans «Le hublot», plongé dans l'univers marginalisé du gardien d'un «Passage à niveau» et partagé le drame d'une immigrée ne pouvant pas offrir son dernier voyage au pays à la dépouille de sa soeur Keltoum, Anis Djaâd dit chercher à «atteindre un cinéma humain qui crée le débat et l'échange au lieu d'un cinéma qui s'acharne à dénoncer en s'appuyant sur la bêtise du cliché». Pour lui, choisir le néoréalisme social comme genre cinématographique c'est «dire les vrais maux dont souffre sa société avec tout l'apaisement adéquat et sans jamais vouloir en faire un fonds de commerce». Depuis quelques années Anis Djaâd travaille également en France où il a acquis une expérience qui «change la vision de n'importe quel auteur» en participant aux ateliers d'écriture Meditalents. Ce capital, il dit être «prêt à le partager avec les jeunes cinéastes» en Algérie et avoir «mis en place un dispositif de formation pour les jeunes» avec l'équipe du Centre algérien pour le développement du cinéma (Cadc). Mais cette première expérience pédagogique n'a pas encore vu le jour. En plus de la sortie de son film, prévue pour la fin du mois de novembre prochain, Anis Djaâd annonce un nouveau projet, «Terre de vengeance», développé dans l'atelier Meditalents et qui a été «retenu par la Bourse d'aide au développement du festival Cinemed parmi 14 projets d'auteurs de la Méditerranée». Il précise que ce projet a également été «tout naturellement déposé au Fdatic (Fonds de développement de l'art et de l'industrie cinématographique). Journaliste, scénariste et réalisateur, Anis Djaâd est également l'auteur de deux romans, «L'odeur du violon» et «Matins parisiens».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.