Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Grand prix Assia-Djebar du roman: 29 titres retenus par le jury    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Le RND affiche son total soutien    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le DG de l'ALECSO salue la proposition de l'Algérie concernant le plan arabe d'éducation en temps de crises    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie représentée
32ème édition des Journées cinématographiques de Carthage
Publié dans L'Expression le 28 - 10 - 2021

Contrairement à l'année dernière, les Journées cinématographiques de Carthage auront certainement à accueillir leurs invités, alors que l'année dernière l'édition se passait en cercle fermé en raison de l'épidémie de la Covid-19.
Les choses seront, néanmoins bien sous contrôle. La 32ème édition du festival qui aura lieu entre le 30 octobre au 6 novembre prochain, avec toujours comme directeur Ridha Behi, connaîtra quelques nouveautés. Après les «JCC dans les prisons» et les «JCC dans les régions», la 32ème édition innove avec les «JCC dans les casernes». Deux récompenses au nom du feu Lina Ben Mhenni, figure de proue de la révolution tunisienne, et du cinéaste libanais Sadek Sabbah, ont été créées.
«Les JCC promeuvent davantage leur rayonnement régional avec, outre la projection des films, l'invitation des cinéphiles venus des régions, pour bénéficier de l'expérience organisationnelle du festival.» comme l'indique le dossier de presse de l'événement qui indique qu' au total, les JCC 2021 sont composées de 11 sections. 750 films arabes et africains concourent dans cette édition, parmi eux, 200 longs métrages, 550 courts métrages.
Le nombre de films tunisiens inscrits s'élève à 18 longs métrages. Parmi eux, neuf documentaires et neuf fictions. 36 courts métrages (cinq documentaires et 31 fictions) seront projetés.
«Vivons!»
45 pays participent à la 32ème édition des JCC dont 28 pays africains et 17 pays arabes. Un nombre important de films a été enregistré pour cette édition.
Les JCC gardent ainsi leur rôle pionnier sur la scène cinématographique arabe et africaine. Pour choisir entre ces nombreuses oeuvres, le directeur artistique Ben Ouanès a expliqué, lors du dernier point de presse, que «l'un des critères est le degré d'inventivité et d'esthétisme dans les formes de narration cinématographique.
La forme doit ainsi joindre le fond pour enfanter des oeuvres de qualité qui reflètent les tourments du Monde arabe et africain.
Le deuxième critère est que le film soit destiné au public des JCC. Les JCC ne misent pas sur le star système en vigueur dans certains festivals, mais sur le public. «La star, c'est le public!», a martelé le directeur artistique des JCC. Ce public est cinéphile et exigeant d'où l'écartement de films commerciaux.
Le troisième critère dans la sélection des films est qu'ils puissent engendrer des voies d'échanges et de communications entre le cinéaste et le public.»
À noter que le film «Lingui: les liens sacrés» du cinéaste tchadien Mahamat-Saleh Haroun a été choisi pour faire l'ouverture du festival.. Les JCC maintiennent leurs traditionnelles sections, à l'instar de «Regard sur le cinéma tunisien», «Cinéma du monde», ou encore l'invitation de deux pays, l'un du Nord: la Belgique et un autre du Sud: la Libye. «À l'occasion du sommet de la francophonie qui aura lieu cette année en Tunisie, un focus sur le film francophone aura lieu.
Les enjeux majeurs du cinéma actuel seront sur la table des discussions lors de nombreux ateliers qui seront organisés. Les ateliers seront des canaux pour débattre, mais aussi pour proposer des perspectives, a insisté le directeur artistique.»peut-on lire aussi dans le dossier de presse de cette édition qui sera placée sous le thème «Rêvons, vivons». Dans la catégorie du long-métrage de fiction, 12 films concourront pour le Tanit d'or (Grand Prix des JCC), dont trois films tunisiens, «Insurrection» de Jilani Saâdi, «Une histoire d'amour et de désir» de Leyla Bouzid et «Papillon d'or» de Abdelhamid Bouchnak. Deux films égyptiens sont sélectionnés dans cette compétition, «Feathers» d'Omar El Zohairy et «Amira» de Mohamed Diab.
Des premières mondiales
Le réalisateur marocain Nabil Ayouch, un grand habitué des JCC, sera présent avec son film «Haut et Fort».Un film algérien vient créer la surprise. En effet, parmi les films en compétition pour le Tanit d'or, on citera, également, «Argu» réalisé par Omar Belkacemi, qui sera en compétition aux côtés du film libanais «Seuls les Vents» de Karim Kassem, ainsi que le film somalien «La femme du fossoyeur» de Khadar Ayderus Ahmed, et le film «Public Toilet Africa» du réalisateur ghanéen, Kofi Ofosu-Yeboah. Dans la catégorie du documentaire cette fois, l'Algérie est absente. On la retrouve dans la section courts métrages avec un court métrage intitulé «M9weda» de Souad Douibi et «Fatale Orientale» de Fatma Holy.
À noter que le film «Héliopolis» de Jaâfar Gacem qui vient d'être sélectionné pour représenter l'Algérie aux Oscars 2022, sera projeté lors d'une séance spéciale. Comme on le constate, cette année, la programmation qui vient d'être dévoilée, comprendra des films en premières mondiales, des films en premières arabes et africaines, en plus de films parmi les plus importants produits en 2020 et 2021.
Parmi ces films ayant reçu des Prix dans de prestigieux festivals, on citera «Titane» (2021) de Julia Ducournau la Palme d'or du festival de Cannes de cette année, ou encore «Plumes/Feathers» (2021) de Omar El Zohairy, qui a remporté le Grand Prix de la Semaine de la critique et le Prix Fipresci de la Critique internationale, également à la dernière édition du festival de Cannes. À noter que «Plumes» a fait récemment l'objet d'une énorme polémique lors de sa première projection en Egypte au festival du film d'El Gouna, où il a remporté l'Etoile d'El Gouna du Meilleur film arabe de fiction.
Le film avait été critiqué par les médias chevronnés égyptiens arguant qu'il donnait «une mauvaise image de l'Egypte» De fortes perturbations ont émaillé les derniers jours de ce festival, poussant son directeur artistique, l'excellent réalisateur Amir Ramsès à démissionner lors de cette 5eme édition qui a vu, en outre, décerner à notre réalisatrice Sofia Djama, le Grand Prix du meilleur projet de long métrage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.