Le Président Tebboune tient une réunion au siège du MDN    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    CAN-2021 (Gr.E) Algérie : les "Verts" à l'heure des calculs    JM-2022: les championnats d'Afrique de judo fixés du 26 au 29 mai à Oran    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    A l'écoute de la CAN    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Nouvelles infrastructures éducatives    Equipe nationale: Une faillite collective    Groupe C : Ghana-Comores, aujourd'hui 17h00 - Les Cœlacanthes veulent décrocher les étoiles    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



28 jours pour sauver la Libye
Le Conseil de sécurité réaffirme son soutien aux élections
Publié dans L'Expression le 27 - 11 - 2021

Les rebondissements se multiplient en Libye, à moins d'un mois de la tenue des scrutins du 24 décembre et de la fin janvier 2022. C'est ainsi que l'émissaire de l'ONU, Jan Kubis, qui a annoncé la veille de la présentation de son rapport mensuel au Conseil de sécurité sa démission lui a déclaré être prêt à demeurer à son poste, le temps de la tenue de ces élections générales cruciales fin 2021 et début 2022. De son côté, la Haute Commission Electorale Nationale (HCEN) a annoncé le rejet de 25 des 98 candidatures dont les plus en vue concernent le maréchal Khalifa Haftar, qui contrôle de facto l'Est et une partie du sud du pays, l'influent ex-ministre de l'Intérieur, Fathi Bachagha, et le chef du gouvernement intérimaire, Abdelhamid Dbeibah. Elle avait indiqué mardi, au lendemain de la clôture du dépôt des candidatures, que 98 candidats, dont deux femmes, ont déposé leur dossier pour la présidentielle. Si ceux des trois personnalités citées ont été validés, la HNEC a annoncé mercredi le rejet des candidatures de Seif al Islam El Gueddafhi, de l'ex-secrétaire et argentier du défunt dirigeant, Bachir Saleh, et de l'un de ses anciens porte-parole, Khaled Kaïm parmi les 25 postulants exclus.
La HNEC a expliqué avoir écarté ces candidatures en fonction de plusieurs textes de loi ainsi que de notes établies par le procureur général, le chef de la brigade criminelle de la police et le président de la Direction des passeports et de la nationalité. Elle a également affirmé que lesdits candidats «ne remplissent pas les conditions requises et n'ont pas versé tous les documents nécessaires».
S'agissant de Seif al-Islam El Gueddhafi, la HNEC a évoqué des articles de la loi électorale stipulant que tout candidat «ne doit pas avoir été condamné pour un crime déshonorant» et doit produire un extrait du casier judiciaire vierge. Fait prisonnier par les milices de Zenten en novembre 2011, Seil al Islam, 49 ans, avait été condamné à mort lors d'un procès expéditif en 2015 puis les milices de Zenten qui ont refusé de le livrer à la CPI l'ont libéré en 2017. Il s'est alors réfugié à Sebha, dans le sud du pays où prédomine l'importante tribu des Gueddadfha. En réaction à son exclusion, les dignitaires de plusieurs villes libyennes et notamment Sebha ont appelé au boycott de la présidentielle alors que plusieurs bureaux de vote ont été fermés dans l'ouest (Tripolitaine) sous la pression des milices hostiles à la candidature des représentants du régime déchu.
Mercredi dernier, le Conseil de sécurité des Nations unies s'est penché sur le dossier libyen pour exhorter l'ensemble des forces en présence à oeuvrer en faveur d'«un transfert de pouvoir pacifique» et réaffirmer son soutien au processus électoral ainsi que son engagement fort envers la souveraineté, l'indépendance, l'intégrité territoriale et l'unité nationale du pays, conformément à la résolution 2570/21.
Dans l'attente d'une formalisation du calendrier électoral, le Conseil de sécurité condamne toutes les manoeu-vres qui cherchent à saborder le processus onusien de sortie de crise, convaincu que seules des élections libres, équitables et crédibles peuvent assurer au peuple libyen des institutions représentatives et unifiées. Aussi, il demande à toutes les parties concernées par l'enjeu de «respecter les résultats» des élections, dans un esprit de dialogue et de réconciliation nationale. Faute de quoi, «tous les individus ou entités qui menacent la paix, la stabilité ou la sécurité de la Libye, obstruent ou sapent la réussite de sa transition politique, y compris les élections, peuvent subir des sanctions», a averti le Conseil de sécurité de l'ONU. Sera-t-il seulement entendu? La question est posée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.