Contrôle commercial: Plus de 145.000 affaires devant la justice en 2021    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP): Plus de 2.500 bénéficiaires titularisés dans leurs postes d'emploi    Diplomatie olympique    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    Suite à un «raz-de-marée» de contaminations dans les universités: Suspension des cours en présentiel jusqu'au 29 janvier    Affaire de l'escroquerie d'étudiants algériens: 11 mis en cause placés en détention    Covid-19 : une urgence nationale    «Dhakhira» Implosée    L'UA adopte le «plan Tebboune»    Pas avant le ramadhan    L'ANP trône sur le Maghreb    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Les Verts se projettent sur le Qatar    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Le nouveau challenge de Nasri    N'est pas influenceur qui veut!    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Bouslimani affiche ses intentions    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Mohamed Chafaa n'est plus    Algérie : Le Roy explique le fiasco    Oran: décès du moudjahid et chef d'entreprise Cherif Athmane    Diplomate sahraoui: l'occupant marocain essuie un nouveau revers    Crise malienne: l'Union africaine salue et soutient l'initiative du Président Tebboune    19 joueurs de l'EN ont quitté Douala pour rejoindre leurs clubs    Abderrezak Sebgag: "L'élimination de la sélection algérienne ne diminue en rien de sa valeur"    Maroc : craintes d'une aggravation de l'endettement des ménages    Libye: début de réunification de la banque centrale    Le décret exécutif fixant les missions de la CRTF publié dans le Journal officiel    Le wali d'Alger prend des mesures préventives contre la propagation du Coronavirus    Covid-19 : l'affluence sur le dépistage pourrait briser la chaîne de transmission du virus    L'Hôpital militaire universitaire d'Oran unique à l'échelle nationale et arabe à pratiquer la chirurgie mini invasive    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Khalida Toumi, une femme à bout...    503 dossiers de candidature déposés    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Il y a soixante huit ans naissait la Révolution algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ce que veulent les syndicats de la santé
Journée de protestation nationale le 7 décembre
Publié dans L'Expression le 01 - 12 - 2021

La Coalition nationale des syndicats de la santé (Cnss) est née. Cette nouvelle structure fédérative est constituée de huit syndicats du secteur de la santé. C'est une première dans l'histoire des syndicats autonomes en Algérie. La création de la coalition en question est imposée par «les préoccupations majeures qui frappent les professionnels de la santé», a expliqué le docteur Mohamed Yousfi, cocoordinateur de la naissante structure syndicale, (Cnss). Les représentants de la coalition syndicale ont été tous unanimes sur l'urgence «d'asseoir les jalons d'un dialogue sérieux et concret en raison de la crise profonde et de la situation particulière que traverse le secteur de la santé», a attesté le cocoordinateur, le docteur Salah Laouar. Plusieurs revendications et préoccupations ont été soulevées par les huit syndicats de la santé. Les problèmes socioprofessionnels viennent en première position, de par ce que vivent les professionnels du secteur de la santé comme une situation critique en la matière.
Le Cnss exige une augmentation substantielle des salaires pour faire «face à l'importante érosion du pouvoir d'achat et à une inflation non maîtrisée», précisent les coordinateurs de la coalition nationale des syndicats de la santé.
Les syndicalistes de la Cnss demandent l'application des mesures annoncées par le président de la République en «faveur des travailleurs avec revalorisation substantielle du point indiciaire et l'accélération de la révision des statuts particuliers des différents corps de la santé des régimes indemnitaires y afférent», martèlent-ils.
D'autres revendications ont été énumérées par la Cnss, à savoir l'accélération de la mise en place de l'assurance globale (100%), l'application de la bonification de l'âge de départ à la retraite en fonction des années travaillées dans la Covid-19 et du capital décès au profit des travailleurs décédés dans l'exercice de leur fonction. À cela s'ajoute la demande de verserment de la 4e tranche de la «prime Covid pour les travailleurs qui ne l'ont pas encore reçue et des 5e, 6e, 7e, et 8e tranche dans les plus brefs délais et de mettre les mécanismes nécessaires pour le versement régulier de cette prime», a souligné, le cocoordinateur, le docteur Salah Laouar.
A titre de rappel, toutes ces revendications relèvent des mesures annoncées par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Mais celles-ci n'arrivent pas à être concrétisées par le ministère de tutelle. Pourquoi le ministre tarde-il à se prononcer sur des mesures émanant du président de la République? Les responsables syndicaux de la nouvelle fédération de la santé s'interrogent sur le rejet de la tutelle d'accélérer le processus du règlement, la concrétisation et la satisfaction des revendications socioprofessionnelles des travailleurs de la santé. À ce propos, les huit syndicats formant la coalition nationale ont souligné qu'ils boycottent les Assises nationales sur la santé.
Outre le boycott, la Cnss a décidé d'une journée de protestation, le mardi 7 décembre prochain à travers le territoire national. Cette décision est justifiée, selon les représentants de la Cnss, dans la mesure où la tutelle tergiverse et ne veut pas matérialiser d'une manière concrète les mesures du président de la République, quant au règlement définitif des revendications socioprofessionnelles des professionnels de la santé.
Les huit syndicats ont annoncé la création de la Fédération nationale des syndicats de la santé. Ils ont précisé que «le dossier sera déposé prochainement».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.