Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le naufrage islamiste
La mouvance a accusé ses premières secousses aux Législatives avant de sombrer aux dernières locales
Publié dans L'Expression le 02 - 12 - 2021

Les résultats définitifs des élections locales du 27 novembre dernier ont scellé le sort de l'islam politique en Algérie. Les partis de cette mouvance ont subi un échec cuisant. Nul n'attendait que les résultats obtenus par lesdits partis seraient à ce point faibles. Certes, la prestation lors des élections législatives n'était pas un exploit pour cette mouvance, mais les locales ont montré que les partis islamistes ont beaucoup perdu en popularité. Quelles sont les causes de cette débâcle sans précédent? S'agit-il d'un sursaut de conscience ou juste une question de nuance? Les Algériens ont suivi de près l'évolution des partis islamistes durant leur parcours politique depuis l'ouverture démocratique d'octobre à nos jours. La chose la plus remarquable dans ce parcours, c'est bien l'entrisme et le double discours qui ont sous-tendu une approche «participationniste», sans vraiment une opinion publique qui a fini par découvrir la vacuité des convictions moralisatrices affichées par les leaders de la famille islamiste. Laquelle a laissé, au fil des élections, poindre son «péché mignon» qui n'est autre qu'une recherche du pouvoir.
Pour ce faire, les chefs de la mouvance ont souvent eu recours à une attitude «adaptative» dans la formulation de leurs propositions politiques. Ils ont tiré beaucoup de privilèges émanant de leur participation dans les rouages de l'Etat, mais aussi leur projet théocratique visant la mise en place d'un Etat fondé sur «la chari'a». Un double objectif qui marque la contradiction des élites islamistes. Elles ont fini par perdre le soutien des électeurs et le «respect» de ceux qui leur ont mis le pied à l'étrier. Mais il faut dire que pendant un temps, cette duplicité leur a permis d'exister et d'avoir de l'«aura» sur l'échiquier politique national. Mais, comme cette mouvance ne sied pas à une logique politique claire et homogène, elle recourt souvent à la politique de l'autruche, c'est-à-dire une politique opportuniste où le langage n'est jamais clair. Le MSP et le FJD, principaux phares de la mouvance intégriste en Algérie, ont de tout temps cultivé l'amalgame à propos de leur projet de société. Ils se disent nationalistes quand la tendance est au nationalisme, et islamistes lorsque la montée des mouvements islamistes dans le Monde arabe se fait sentir. Ils font de la politique dans le cadre de la participation dans les gouvernements successifs juste pour se maintenir et profiter de la rente qui leur permet de préparer le contexte idoine pour déclencher leur offensive dans la perspective d'asseoir leur projet théocratique.
Cette tactique s'est faite disloquer par les évolutions politiques dans le Monde arabe en général et en Algérie en particulier. Les partis islamistes qui étaient au sein du pouvoir pendant trois décennies, ont vite essayé de se désengager de leur responsabilité en voulant se positionner dans le camp de l'opposition «printaniste» qui a envahi la Tunisie, l'Egypte,la Libye et la Syrie. Une manière de surfer sur la vague des «printemps arabes» créés par les officines étrangères. Depuis, les partis islamistes en Algérie, n'ont pu avoir une place prépondérante sur l'échiquier politique national. La raison, c'est bien leur duplicité et opportunisme de changer facilement leur discours et leur tactique.
C'est cette approche opportuniste que les Algériens viennent de disqualifier lors des dernières législatives et surtout lors des locales du 27 novembre dernier. Les élections locales ont permis de montrer le véritable poids des partis islamistes «participationnistes» dont la position reposait sur une tactique opportuniste loin des considérations relevant de l'éthique politique. Les partis islamistes paient leur position caractérisée par l'hypocrisie politique et le double langage.
La nouvelle reconfiguration de la carte politique nationale sera constituée de forces traditionnelles dites nationalo-conservatrices en l'absence de la variante islamiste qui présentait son rôle aux Algériens comme étant une oeuvre de sauvegarde de la patrie, alors que la notion de la patrie n'est autre que la Oumma islamiya qui transcende les frontières nationales des Etats-nationaux. Ce qui est sûr,est le fait que les partis islamistes vivent un sale temps. Le temps du désenchantement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.