Le Président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGTA    Industrie pharmaceutique: appel à organiser "El Djazaïr Healthcare" dans d'autres pays africains    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Cnapeste toujours sur le pied de guerre
Il annonce une nouvelle grève les 5 et 6 décembre
Publié dans L'Expression le 02 - 12 - 2021

Les enseignants grévistes affiliés au Cnapeste ne jurent que par la grève. Ils attendent «la mise en oeuvre, par le gouvernement et le ministre, des orientations et des promesses présidentielles».
Le Cnapeste refuse, en effet, de jouer la carte de l'apaisement. Ce syndicat a entériné sa décision de poursuivre la série de grèves cycliques entamées depuis déjà cinq semaines. «Le recours à la grève intervient après l'échec des négociations avec la tutelle», affirme Messaoud Boudiba, son porte-parole. Ce dernier, contacté, hier après-midi, par L'Expression, a fait savoir que «la décision de maintenir notre mouvement de débrayage national les 5 et 6 décembre a été prise, après avoir constaté que le dialogue engagé lundi dernier avec le ministère de l'Education nationale s'est avéré infructueux».
Cela avant d'ajouter que «les protestataires ont été plus que patients. Le Cnapeste n'a pas l'intention de geler son débrayage, jusqu'à la satisfactions des revendications légitimes».
Boudiba a ajouté que «les grévistes réclament une revalorisation salariale. C'est l'une des décisions susceptibles d'apaiser leur colère».
Ladite rencontre intervient dans le cadre de la mise en oeuvre des instructions du président de la République, qui avait ordonné d'ouvrir le dialogue avec les différents partenaires sociaux, en vue d'améliorer la situation socioprofessionnelle des affiliés au secteur et de réviser le statut de l'enseignant.
Cette démarche est refusée par le Cnapeste qui propose «la réouverture du dossier sur le régime indemnitaire». Et d'ajouter qu'«il y a urgence de répondre favorablement à la revendication principale des travailleurs, qui est la protection de leur pouvoir d'achat».
Leur adhésion au mouvement de grève cyclique du Cnapeste, qui intervient en pleine période d'examens, n'est pas forte, mais elle est là. C'est un signe révélateur d'un malaise qui touche se secteur «névralgique».
Ledit débrayage s'est, en effet, poursuivi, hier. Son mot d'ordre a été diversement suivi, à travers le territoire national.
«Le taux de suivi de l'appel à la grève est de 60 à 85% dans les lycées, de 30 à 70% dans les collèges et varie de 3 à 20% dans les écoles primaires», dira Boudiba.
En réalité, ce mouvement de grève n'a pas eu l'effet escompté, au niveau des établissements scolaires du pays, selon les chiffres communiqués par la tutelle et les constats établis sur le terrain par nos correspondants. Contacté, hier, dans l'après-midi, par L'Expression, Nacereddine Benhabouche, chargé de communication auprès du ministère de l'Education nationale, a déclaré que «le taux de suivi de la grève lancée par le Cnapeste, a été, en effet, estimé à 1,4%, au niveau national». «Le taux de suivi de l'appel à la grève lancé par ce syndicat», a-t-il poursuivi, «est de 0,1% dans le cycle primaire et ne dépasse pas les 0,6% dans le cycle moyen; il est estimé à 5,8% dans le secondaire.
La grève a perturbé partiellement et encore une fois le déroulement des examens du cycle secondaire. Néanmoins, peu d'éléments laissent paraître un suivi important à la capitale et dans d'autres régions du pays. La seconde et dernière journée de la grève à laquelle a appelé le Cnapeste a encore enregistré un taux de suivi mitigé à Alger, tel que nous l'avons constaté de visu, lors d'une virée effectuée à certains établissements scolaires situés dans plusieurs communes de la capitale.
En dehors de ceux exerçant dans les lycées, les enseignants étaient nombreux à rester «insensibles» à l'appel à la grève lancé par cette organisation syndicale. Une situation qui est la même dans plusieurs wilayas du pays, comme confirmé par nos correspondants, par exemple à Oran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.