réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«C'est criminel!»
Le président Tebboune très remonté contre les entraves que subit le secteur industriel
Publié dans L'Expression le 05 - 12 - 2021

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a déploré, hier, à l'occasion de l'inauguration de la Conférence nationale sur la relance industrielle, la détérioration du tissu industriel national, qui «s'est rétréci et dont il ne reste que peu aujourd'hui, à cause de différents problèmes», a-t-il dit. Tebboune n'a pas pris de gants en abordant la situation du secteur de l'industrie, tantôt s'insurgeant contre les blocages et les lenteurs, tantôt exhortant les troupes à aller de l'avant.
à ce sujet, il fera état d'entraves «criminelles» à l'encontre de projets d'investissements industriels. «Certains ont dans l'idée qu'ils pourraient attenter à l'ordre et à la stabilité du pays, en tentant de maintenir le statu quo sur le plan économique et social... mais ils se trompent lourdement», s'insurgera-t-il, mettant en garde contre toute tentative dans ce sens, visant à empêcher la relance des projets. Tebboune s'est dit satisfait du déblocage, qui a eu lieu dans l'affaire des 402 projets d'investissements à l'arrêt dans différentes wilayas du pays. «Grâce à des instructions strictes, 57 des 402 projets d'investissements ont été débloqués dans un temps record... Les blocages sont dus à des détails insignifiants et bureaucratiques, pour la plupart», confiera-t-il, avant de préciser que pour d'autres projets «il y a des arrière-pensées politiques et des blocages volontaires».
Il a estimé que «le secteur de l'industrie n'a pas profité de l'aisance financière passée... Nous avons vu la prolifération de fausses activités industrielles, la fuite des capitaux vers l'étranger, la corruption et autres fléaux...». Estimant que «ce n'est pas une fatalité», il appellera les présents et les participants à cette rencontre, à adhérer à cet effort de redressement national. «La situation peut être redressée, après que la justice aura dit son mot au sujet de ces affaires... Nous pouvons réajuster et assainir la situation sur le plan de la lutte contre la corruption et les malversations. Mais aussi pour redéployer l'activité industrielle», a insisté le président de la République.
«Acte antinational»
Tout au long de son discours, on sentait la colère du président monter crescendo, fustigeant les tenants du statu quo ambiant et le laxisme de l'administration et de certains responsables locaux. Un réquisitoire contre cette Algérie qui n'avance pas, et qui tente de mettre les bâtons dans les roues. Il citera l'exemple d'un investisseur qu'on a bloqué pour une histoire d'un mètre dépassé dans les bornes initiales, alors qu'il prévoit la création de plus de 80 postes de travail. Ou encore l'histoire de ce jeune de Sidi El Bachir à Oran, qui a créé un projet d'élevage ovins dans un hangar abandonné. Les responsables locaux l'ont sommé de quitter les lieux, car la bâtisse devait être démolie. Tebboune s'est dit en colère contre de pareils réflexes, face à «des initiatives qu'il faut encourager, plutôt». «Comment pouvez-vous exclure un jeune intègre qui a créé lui-même sa propre activité, sans lui proposer une alternative», s'insurgera-t-il encore, avant de qualifier pareils actes de «crimes contre l'économie nationale et d'acte antinational».
Certains amateurs de sensations fortes ou en quête de buzz, trouveront certainement à redire, mais ce qu'il faut retenir dans ce réquisitoire, c'est cette guerre déclarée contre le laxisme, l'incompétence, la négligence, le laisser-aller, l'indifférence et la fainéantise. Criminaliser de tels actes, revient à souligner l'importance cruciale d'adhérer à cet effort soutenu de relance de l'économie nationale. D'où le slogan de la conférence «Together to take up the challenge». Le président de la République fera état de l'institution d'un bureau spécial pour les blocages des projets d'investissements au niveau de la médiation de la République. «Je suis en train de travailler en étroite collaboration avec le médiateur sur ces affaires...», confiera-t-il. Pour le reste des projets, le président a révélé que «le gouvernement s'attelle à lever toutes les contraintes, avant la fin du mois en cours». Au sujet de l'investissement, il révélera que «l'Andi à fin novembre écoulé, a levé le gel sur 356 projets d'un ensemble de 581 inscrits». Il révélera également que tous ces efforts devront favoriser la création imminente de 75 000 postes d'emploi.
L'UE, un partenaire incontournable
Au sujet du foncier industriel, il annoncera la décision de création de l'Agence nationale du foncier industriel (Anfi) au début de l'année 2022. Il précisera, par ailleurs, que «les zones industrielles seront du seul ressort exclusif de l'agence Anfi et du ministère de l'Industrie, tandis que les zones d'activités seront aux mains des walis et P /APC». Sur le plan du financement des activités industrielles, il exhortera les cadres centraux et les responsables locaux à plus de rigueur dans l'accompagnement, le suivi, le contrôle et l'évaluation des activités productives. «Il faut faire la promotion du développement local, je ne veux pas de faux prétextes et d'arguments fallacieux», s'exclamera-t-il encore, en précisant: «Nous sommes là pour défendre ceux qui travaillent, pas ceux qui émettent des appréhensions.».
à ce sujet, le président a affiché son ambition de porter la quote-part de l'activité industrielle au PIB à 10% ou 15%. «10%, cela est possible. Mais il nous faut accomplir une révolution industrielle pour dépasser ce seuil», dira-t-il. Il a également exhorté les investisseurs à investir le domaine de l'industrie de la pièce détachée, avec une moyenne de 10 à 15 usines. Il a rappelé, par ailleurs, avoir donné des instructions, en vue de financer jusqu'à 90% les industries de transformations... mais force est de constater que rien n'a été fait. Revenant sur les accords commerciaux avec l'UE, il estimera «qu'il faut préserver nos relations avec les pays européens... Seulement, il faut fortifier notre production nationale, afin de se préparer à la levée des barrières tarifaires...qu'est-ce qu'on va exporter sinon?», s'exclamera-t-il. Tout en lançant «un appel solennel à l'adhésion à l'effort de sursaut national, et à ouvrir les portes aux compétences nationales et celles établies à l'étranger», le président annoncera la tenue d'autres rencontres d'évaluation périodiques de l'ensemble des activités. Notons enfin, que la rencontre a été agrémentée par une cérémonie de récompenses et de distinctions de l'ordre «El Achir», en l'honneur de sommités, de start-up, de gestionnaires émérites, Belkacem Habba, l'illustre génie algérien et Tewfik Hakkar, P-DG de Sonatrach.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.