Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les travailleurs de la santé courroucés
Ils organisent, demain, une journée de protestation
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2021

La Coalition nationale des syndicats de santé (Cnss) va observer, demain, une Journée nationale de protestation. Le 7 décembre sera un moment significatif pour la Cnss pour interpeller le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid quant à l'urgence de répondre aux revendications légitimes du secteur de la santé en général.
La décision de porter les revendications du corps de la santé publique dans la rue, n'est pas une décision formulée par les protagonistes de la Coalition nationale des syndicats de la santé.
Le choix de la journée de protestation est venu après moult propositions faites par les représentants de la Cnss à l'adresse de la tutelle. Mais le ministère de la Santé a, selon le cocoordinateur de la Cnss, Salah Laouar, «opté pour une politique de deux poids, deux mesures appliquée par la tutelle envers différents corps de la santé, en ignorant les préoccupations des professionnels représentés dans la Cnss», a-t-il martelé.
Le même interlocuteur a souligné que «les professionnels représentés dans la Cnss se retrouvent étrangers dans leur propre ministère. La Coalition nationale des syndicats de la santé a déjà demandé une audience auprès du ministre pour expliquer les motifs du boycott des prochaines assisses sur la santé, mais aussi pour faire des propositions, or leur requête est restée sans réponse», a-t-il rappelé.
Quand des comportements de ce genre persistent et qui s'érigent comme modus opérandi au niveau de la tutelle, c'est tout à fait normal que le dialogue se transforme en une forme de rapport de force. C'est ce qui a poussé les huit syndicats de la coalition d'opter pour une journée de protestation nationale.
Le ministère tourne le dos aux revendications légitimes des travailleurs de la santé, il rejette les propositions énumérées par les protagonistes de la coalition syndicale. Mais plus que ça, la tutelle ne veut pas appliquer les mesures annoncées par le président de la République.
Cette situation d'entêtement affichée par la tutelle ne fera qu'exacerber le bras de fer entre le ministère et les représentants syndicaux de la santé publique.
La coalition a fait savoir que le choix d'une journée de protestation nationale au lieu de plusieurs jours, est un signe de responsabilité et une manière idoine pour alerter l'opinion et les pouvoirs publics sur leurs préoccupations socioprofessionnelles.
Les huit syndicats qui se sont organisés dans une Fédération nationale de la santé ont exigé «l'accélération de la mise en place de l'assurance globale (100%), l'application de la bonification de l'âge de départ à la retraite en fonction des années travaillées au titre de la Covid-19 et du capital-décès au profit de travailleurs décédés dans l'exercice de leurs fonctions, l'accélération du versement de la 4e tranche de la «prime Covid» pour les travailleurs qui ne l'ont pas reçue et le versement des 5e, 6e, 7e et 8e tranches dans les plus brefs délais ainsi
que la révision des statuts particuliers», ont rappelé les représentants de la Coalition nationale des syndicats de la santé.
Ce qu'il faut rappeler, c'est que la coalition est consciente de l'enjeu que traverse le pays, elle entérine les décisions et les mesures décidées par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Elle ne demande que la mise en applications desdites mesures et que le dialogue reprenne en bonne et due forme sur des bases solides et réelles et non pas comme une sorte de cafouillage sans résultats palpables quant à la satisfaction des revendications légitimes des travailleurs de la santé. L'appel à une journée de protestation nationale le 7 décembre du mois en cours a été lancé depuis une semaine. Mais la tutelle n'a pas jugé utile de trouver une solution aux propositions des huit syndicats structurés dans la nouvelle coalition. Seul le dialogue est à même d'endiguer les situations d'impasse et le climat de froid qui caractérise les rapports entre la tutelle et ses partenaires sociaux.
La négociation et le dialogue pour dissiper les clivages et pour transcender les conflits sont des instruments efficaces dont les textes de lois inhérents à l'activité syndicale font allusion avec insistance.
La tutelle est sommée d'ouvrir les canaux de dialogue avec ses partenaires sociaux pour éviter l'exacerbation des conflits sociaux et leur radicalisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.