Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les travailleurs de la santé courroucés
Ils organisent, demain, une journée de protestation
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2021

La Coalition nationale des syndicats de santé (Cnss) va observer, demain, une Journée nationale de protestation. Le 7 décembre sera un moment significatif pour la Cnss pour interpeller le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid quant à l'urgence de répondre aux revendications légitimes du secteur de la santé en général.
La décision de porter les revendications du corps de la santé publique dans la rue, n'est pas une décision formulée par les protagonistes de la Coalition nationale des syndicats de la santé.
Le choix de la journée de protestation est venu après moult propositions faites par les représentants de la Cnss à l'adresse de la tutelle. Mais le ministère de la Santé a, selon le cocoordinateur de la Cnss, Salah Laouar, «opté pour une politique de deux poids, deux mesures appliquée par la tutelle envers différents corps de la santé, en ignorant les préoccupations des professionnels représentés dans la Cnss», a-t-il martelé.
Le même interlocuteur a souligné que «les professionnels représentés dans la Cnss se retrouvent étrangers dans leur propre ministère. La Coalition nationale des syndicats de la santé a déjà demandé une audience auprès du ministre pour expliquer les motifs du boycott des prochaines assisses sur la santé, mais aussi pour faire des propositions, or leur requête est restée sans réponse», a-t-il rappelé.
Quand des comportements de ce genre persistent et qui s'érigent comme modus opérandi au niveau de la tutelle, c'est tout à fait normal que le dialogue se transforme en une forme de rapport de force. C'est ce qui a poussé les huit syndicats de la coalition d'opter pour une journée de protestation nationale.
Le ministère tourne le dos aux revendications légitimes des travailleurs de la santé, il rejette les propositions énumérées par les protagonistes de la coalition syndicale. Mais plus que ça, la tutelle ne veut pas appliquer les mesures annoncées par le président de la République.
Cette situation d'entêtement affichée par la tutelle ne fera qu'exacerber le bras de fer entre le ministère et les représentants syndicaux de la santé publique.
La coalition a fait savoir que le choix d'une journée de protestation nationale au lieu de plusieurs jours, est un signe de responsabilité et une manière idoine pour alerter l'opinion et les pouvoirs publics sur leurs préoccupations socioprofessionnelles.
Les huit syndicats qui se sont organisés dans une Fédération nationale de la santé ont exigé «l'accélération de la mise en place de l'assurance globale (100%), l'application de la bonification de l'âge de départ à la retraite en fonction des années travaillées au titre de la Covid-19 et du capital-décès au profit de travailleurs décédés dans l'exercice de leurs fonctions, l'accélération du versement de la 4e tranche de la «prime Covid» pour les travailleurs qui ne l'ont pas reçue et le versement des 5e, 6e, 7e et 8e tranches dans les plus brefs délais ainsi
que la révision des statuts particuliers», ont rappelé les représentants de la Coalition nationale des syndicats de la santé.
Ce qu'il faut rappeler, c'est que la coalition est consciente de l'enjeu que traverse le pays, elle entérine les décisions et les mesures décidées par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Elle ne demande que la mise en applications desdites mesures et que le dialogue reprenne en bonne et due forme sur des bases solides et réelles et non pas comme une sorte de cafouillage sans résultats palpables quant à la satisfaction des revendications légitimes des travailleurs de la santé. L'appel à une journée de protestation nationale le 7 décembre du mois en cours a été lancé depuis une semaine. Mais la tutelle n'a pas jugé utile de trouver une solution aux propositions des huit syndicats structurés dans la nouvelle coalition. Seul le dialogue est à même d'endiguer les situations d'impasse et le climat de froid qui caractérise les rapports entre la tutelle et ses partenaires sociaux.
La négociation et le dialogue pour dissiper les clivages et pour transcender les conflits sont des instruments efficaces dont les textes de lois inhérents à l'activité syndicale font allusion avec insistance.
La tutelle est sommée d'ouvrir les canaux de dialogue avec ses partenaires sociaux pour éviter l'exacerbation des conflits sociaux et leur radicalisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.