Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le plaidoyer du DG de l'institut Pasteur
Pass sanitaire et obligation vaccinale pour le personnel soignant
Publié dans L'Expression le 07 - 12 - 2021


Le pass sanitaire bientôt généralisé en Algérie. Une mesure qui se précise de jour en jour. Après l'annonce du gouvernement de son élargissement pour les activités culturelles, les spécialistes ont appelé à le rendre obligatoire pour tous les lieux publics à forte concentration humaine. Hier, c'est le directeur de l'institut Pasteur Algérie (IPA), le professeur Fawzi Derrar, d'appuyer cette «requête». «Le passeport sanitaire pour l'accès à certains secteurs, institutions et commerce, s'impose de fait, au vu de la situation épidémiologique actuelle et le faible taux de vaccination», a-t-il lâché, hier, sur les ondes de la Radio nationale, chaîne 3, où il était L'invité de la rédaction. «Les études scientifiques ont démontré que les risques de contamination sont plus élevés dans les lieux publics clos», a souligné cet expert. Il n'y a donc pas mille solutions pour éviter de faire de ces lieux publics des «clusters» de contamination: soit les fermer ou restreindre leur accès aux personnes vaccinées. Du fait que les vaccins soient disponibles dans le pays en grandes quantités, il est donc logique d'y imposer le pass sanitaire. D'ailleurs, le directeur de l'IPA soutient que la vaccination est la seule solution pour éviter que la 4e vague ne devienne un grand désastre sanitaire. «Nous devons impérativement augmenter le taux de vaccination dans le pays, pour faire face à cette nouvelle vague», a-t-il insisté. Le professeur Derrar rappelle que le rebond épidémique intervient dans un moment de grand relâchement des mesures barrières coïncidant avec la saison hivernale, où les rassemblements dans les lieux fermés sont nombreux. «Ce qui offre une atmosphère propice à la propagation de la pandémie», souligne-t-il. Pour lui donc, le pass sanitaire va, non seulement permettre de couper les chaînes de transmission, mais aussi pousser les citoyens à se faire vacciner. Le même responsable a plaidé pour rendre la vaccination obligatoire pour le personnel hospitalier. «Il est devenu de plus en plus nécessaire, d'imposer la vaccination aux travailleurs du secteur de la santé», a-t-il soutenu. Il faut dire que, même le personnel soignant se montre très réticent pour la vaccination. Le mois de novembre dernier, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, révélait que «moins de 20% des personnels du secteur de la santé sont vaccinés». Une bien mauvaise nouvelle au moment où le pays est en train de faire face à un «tsunami» qui s'annonce plus dévastateur que les trois premiers. Surtout que l'Algérie doit aussi faire face à l'arrivée de nouveaux variants, à l'image de l'Omicron, qui risque de compliquer encore plus la situation. Cela même si le premier responsable de l'institut Pasteur d'Algérie estime qu'il est encore trop- tôt pour s'inquiéter par rapport à ce nouveau «mutant». «Il n'y a pour le moment aucun cas du variant Omicron détecté en Algérie. Même les données sur la dangerosité de ce «mutant» ne sont pas encore claires», a-t-il fait savoir. «Dans les pays déjà touchés, le pic de l'épidémie de ce variant ne sera atteint qu'à la fin du mois de mars, début février. Ce n'est donc pas notre priorité pour le moment», a-t-il ajouté. Pour le professeur Derrar, la grande menace à laquelle fait face l'Algérie, demeure le «Delta», qui représente plus de 90% des contaminations. Cela ne veut pas dire que l'Omicron n'est pas pris au sérieux. «Nous devons renforcer les contrôles aux frontières pour éviter que ce variant ne soit importé», a-t-il précisé, assurant que la «guerre» doit se poursuivre, en respectant les gestes barrières et, en se rendant en masse, aux centres de vaccination. «Les personnes vaccinées depuis plus de 6 mois doivent également faire la 3e dose pour une immunité optimale», a-t-il rétorqué, assurant qu'il est préférable que cette 3e dose se face d'un vaccin différent des deux premiers. «Ne croyez pas aux rumeurs qui circulent autour des vaccins. Il y a assez de reculs sur la question. Il est prouvé scientifiquement qu'ils ne provoquent aucune acuité», a conclu ce scientifique, avec ce qui sonne comme un appel à la raison...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.