Goudjil se réunit avec la délégation parlementaire devant participer aux travaux de la 145e Assemblée de l'UIP    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Un cas psychiatrique!    Défis africains de la COP 27    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Est-ce le déclic?    Deux Palestiniens tués par les sionistes près de Ramallah    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Belatoui espère un véritable départ    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des historiens nous en parlent
60e anniversaire de la fête de la Victoire et de l'Indépendance
Publié dans L'Expression le 15 - 03 - 2022

Il y aura 60 ans, dans quelques jours, l'Algérie et la France signaient la fin d'une guerre qui a marqué le XXe siècle. Débutée une nuit du 1er novembre 1954, elle fut l'épilogue d'une très longue série de soulèvements des Algériens contre un système colonial d'une sauvagerie sans pareille. Instaurée par une poignée d'individus, sans foi ni loi, qui ont vu dans l'invasion de l'Algérie une occasion en or de s'enrichir, la colonisation de peuplement s'est octroyé le soutien de plusieurs gouvernements français. Ces derniers ont mis l'armée au service des colonisateurs et lui ont donné carte blanche. Il s'ensuivit la politique de la terre brûlée. Les enfumades, les viols, les expropriations. Les Algériens résistèrent, tout le temps qu'avait duré l'avancée des troupes françaises. Ils perdirent de nombreuses batailles et plusieurs guerres, mais n'abdiquèrent pas. Le système colonial a tout fait pour leur fermer les portes de l'émancipation et du savoir. Relégués politiquement au deuxième collège, digne de la plus horrible des politiques ségrégationnistes, les Algériens n'avaient pas droit à l'instruction. Au centenaire de la colonisation, les colons pensaient en avoir fini avec un peuple, conquis et réduit à l'état de serviteurs des seigneurs, en réalité un ramassis de brigands et de criminels contre l'humanité. La colonisation, c'était d'abord une entreprise génocidaire.
Ces rappels sont nécessaires pour installer le débat sur la présence française en Algérie. Il n'est pas question d'aller dans le sens d'une quelconque nuance. La réconciliation mémorielle entre la France et l'Algérie d'aujourd'hui ne doit pas signifier déchirer la page, mais juste la tourner. Ce n'est pas aux Algériens, qui se sont battus pour leur indépendance, de repenser leur passé. Il est glorieux et arrosé par le sang de 5 millions 630 mille martyrs. Les Algériens assument totalement leur passé, leurs révoltes successives, leur révolution et l'option militaire retenue par le Conseil révolutionnaire pour l'unité et l'action. Sortis victorieux de la guerre d'indépendance, les Algériens n'entretiennent aucune haine à l'endroit de la France, mais du système colonial seulement. Celui-ci a été vaincu et n'existe que dans la tête de quelques nostalgiques, d'ailleurs rejeté par l'écrasante majorité du peuple français qui a voté l'autodétermination de l'Algérie à 74,9% lors du référendum du 8 janvier 1961. Les Français ont confirmé leur accord pour l'indépendance de l'Algérie, le 8 avril 1962 en l'approuvant à plus de 80%. La haine de l'Algérie, ce n'est donc pas le citoyen qui l'entretient, mais les descendants d'une caste de racistes qui auraient aimé que les choses ne changent pas en Algérie. Qu'ils demeurent les maîtres du pays. Mais leur grande terreur est de voir la société française ouvrir définitivement les yeux sur la réalité de la colonisation de l'Algérie.
Cela pour dire, que la bataille de la mémoire doit être menée en France plus qu'en Algérie. Et en ces jours anniversaire de la signature des accords d'Evian entre l'Algérie et la France, le 18 mars 1962, mettant fin à la guerre d'Algérie, le quotidien L'Expression ouvre ses colonnes à des historiens algériens et français, ainsi qu'à des témoins, afin qu'ils s'expriment sur cet évènement. Nous avons entamé dès avant-hier notre série d'entretiens avec des historiens et intellectuels algériens, français et suisses. L'excellent travail réalisé par l'historien Amar Mohand-Amer, directeur de la direction socio-anthropologie de l'Histoire et de la Mémoire (HIST. MEM), du CRASC d'Oran et notre journaliste-écrivain Kamel Lakhdar Chaouche, se poursuivra au- delà du 19 mars et jusqu'au 5 juillet prochain. Nous célébrerons ces deux fêtes, de la Victoire et de l'Indépendance, avec nos amis français qui comprennent le sens de la lutte pour l'indépendance et l'horreur qu'a été la colonisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.