Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La petite contestation qui monte...
Manifestation contre la présence française au Tchad
Publié dans L'Expression le 15 - 05 - 2022

Comme une tache d'huile, la contestation de la présence militaire française se propage à travers le Sahel. Après avoir secoué le Mali, puis le Burkina Faso, la contestation qui cible en priorité la force Barkhane a maintenant gagné le Tchad où a eu lieu, hier, une manifestation à N'Djamena de plusieurs centaines de Tchadiens, aux cris de «La France, dégage!», «Non à la colonisation».
Les manifestants qui reprochent à l'armée française d'être un soutien de la junte militaire ont brûlé au moins deux drapeaux de l'ancienne puissance coloniale et vandalisé plusieurs stations-service Total, «symbole» de la France coloniale, arrachant des pompes et emportant certains produits exposés. Initiée par la plate-forme d'opposition Wakit Tamma, la manifestation a pourtant été autorisée par les dirigeants tchadiens qui l'ont encadrée par un important dispositif sécuritaire afin d'éviter les dépassements. Depuis le 20 avril 2021 et la mort sur le front anti-rebelles de l'ancien homme fort du Tchad, le président Idriss Déby Itno, au pouvoir absolu durant une trentaine d'années, son fils Mahamat Déby Itno dirige le pays «en transition», à la tête d'un conclave de 15 généraux qui promettent avec lui «des élections libres et démocratiques» dans un délai de 18 mois. Mahamat Déby Itno a ainsi lancé un Dialogue national inclusif avec l'ensemble de l'opposition et même les groupes rebelles, pour la plupart ancré au sud de la Libye voisine. C ette initiative a reçu la bénédiction de l'ONU, de la France, de l'UE et même de l'UA dont le président de la Commission n'est autre que le Tchadien Moussa Faki, par ailleurs à l'origine de l'octroi à l'Etat hébreu du statut de membre observateur en fin de compte désavoué lors du dernier sommet de l'organisation panafricaine. Cet encouragement tranche singulièrement avec les sanctions brutales imposées aux autres pays tels que le Mali, le Burkina et la Guinée auxquels la Cédéao, mais aussi les instances précitées reprochent sévèrement de traîner des pieds pour se conformer aux exigences d'un retour rapide des civils au pouvoir. Il est vrai que le Tchad a pour lui le rôle important de son armée dans la lutte contre les groupes terroristes au Sahel, qu'il s'agisse de Boko Haram et de l'Iswap, côté nigérian, ou de l'EIGS et d'Aqmi, côté des Trois-frontières. Mais comme dans les pays de cette zone violemment attaquée par les groupes terroristes, le Tchad voit désormais des lycéens et collégiens de plus en plus nombreux contester véhément le rôle des soldats français. Chantant en choeur «la France dehors», ils disent manifester contre un jeu qui vise à leur imposer la continuité du système Déby, c'est- à- dire une souffrance continuelle depuis l'indépendance de leur pays. Le coordinateur de Wakit Tamma, Me Max Loalngar, souligne que «la France installe des dictateurs sur notre tête. Nous demandons juste que notre peuple soit respecté». Paris a réagi en prônant le «dialogue» et en proposant «une aide» mais la situation n'est pas pour autant apaisée, Wakit Tamma s'étant retiré du dialogue avec «un régime illégitime».
À l'opposé du Tchad, la Guinée vient d'opter pour une transition de...trois ans, de quoi donner des angoisses à la Cédéao et aux instances qui sanctionnent à tour de bras sans prendre en compte le fait que seuls les peuples paient le tribut de telles mesures, au demeurant inefficaces.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.