L'Algérie, "un carrefour pour les investisseurs" à la faveur de la nouvelle loi sur l'investissement    Echange d'expériences entre l'Algérie et le Danemark en matière de développement de projets des énergies renouvelables    Sétif : les 3/4 des médicaments présents sur le marché algérien sont de fabrication nationale    Drame de Melilla : la ministre espagnole du Travail exige des "clarifications"    Le Président Tebboune reçoit le recteur de la Mosquée de Paris    JM/ Boxe : Khelif et Bouloudinats en demi-finale, Mordjane et Benlaribi passent en quarts    Pourquoi le modèle autoritaire algérien, au contraire du modèle autoritaire chinois, n'a pas conduit au développement ?    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Ecole militaire polytechnique de Bordj El-Bahri : Sortie de la 49e promotion d'officiers ingénieurs    Séisme d'Oran: une commission technique inspecte les habitations touchées    Ports de pêche: lancement d'une opération nationale pour le dégagement de 351 épaves de bateaux    JM/ Tennis: l'Algérienne Benaissa qualifiée au second tour    Conseil de Sécurité: consultations sur la situation en Libye    JM: les Algériens de la lutte gréco-romaine visent le métal suprême    JM: coup d'envoi du festival national de la chanson raï    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Amélie Oudéa-Castéra, ministre française des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques au «Le Quotidien d'Oran»: «Bâtir de véritables traits d'union avec l'Algérie»    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    Bureaucratie, administrateurs et administrés    Les derniers bénéficiaires de la formule «à points»: Relogement de 2.137 familles à Ain El Beida et El Barki le 05 juillet    Douanes: Des quantités considérables de drogues et de psychotropes saisies    Consommation des eaux des citernes mobiles: Les mises en grade des médecins et des bureaux d'hygiène    Un nouvel ordre mondial plus juste    Tlemcen: Des contractuels titularisés revendiquent leurs salaires et leurs rappels    Parée de couleurs méditerranéennes: Oran a placé la barre très haut    Le Président Tebboune reçoit le jeune Mathieu Hill, un ami de l'Algérie    Confirmée, Elisabeth Borne doit former un gouvernement    Nouvelles attaques contre l'occupant marocain à Farsia et Houza    Les exportations en hausse    Derouaz et Tizzano donnent le ''la''    Les lauréats connus    Faut-il croire Benbahmed?    Le 5 Juillet se prépare activement    Algérie, terre des grands défis    Les algériens entrent en lice    La «stabilité régionale» au coeur de l'entretien    La bataille d'Iamorène    Ghardaïa accueillera l'événement    De l'art dans les rues d'oran    ANP: sortie de trois promotions à l'Ecole supérieure navale de Tamanfoust    Melilla: 18 migrants meurent après l'usage de la force par la police marocaine    Des députés et des sénateurs exclus du parti    Rachad dans de sales draps!    Le plaidoyer de Soufiane Djilali    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La dernière trouvaille du Makhzen
Il a réinventé l'esclavage envers les migrants subsahariens
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2022


De l'enfer du Sahel aux griffes du Makhzen. Terrible sort que celui réservé par la soldatesque de Sa Majesté le roi Mohammed VI. Hantés par la peur de la famine et de la misère sociale, des milliers de migrants africains subsahariens, tentent, au péril de leur vie, de forcer le destin pour rejoindre clandestinement l'Eldorado européen. Mais la traversée du sol marocain, leur est souvent fatale. Une fois «chez le roi», il reçoivent un accueil des plus indignes et des plus dégradants. Des témoignages de plusieurs ONG affirment que ces «damnés de la terre» deviennent les esclaves des temps modernes, une fois pris dans la nasse de l'armée esclavagiste du roi Mohammed VI. «Il faut que le monde sache ce que subissent ces citoyens africains et ce que réserve l'armée marocaine aux migrants qui tentent d'atteindre l'Europe via le royaume du mal et de la honte», s'insurge un membre d'une ONG choqué par le rapport qu'il venait de recevoir au sujet des migrants subsahariens. Le même membre de cette ONG affirme tenir ces informations et ces témoignages de la part des rares migrants qui ont réussi de rejoindre l'autre rive, après avoir échappé aux sévices des soldats du roi. «Aujourd'hui, ces migrants implorent une intervention internationale pour mettre fin à leur calvaire», crie-t-il à la face du monde. Parqués dans des centres de concentration dans des conditions de vie ahurissantes, ils deviennent des proies à la merci de monstres marocains. Les soldats du Makhzen «ont fait de leurs otages, des esclaves qui sont utilisés pour les sales besognes», rapportent la même ONG, se basant toujours sur des témoignages de rescapés qui se trouvent, aujourd'hui, clandestins en Europe. Plus graves, ajoutent les mêmes sources, «certains de ces migrants sont vendus au poids, quant aux femmes, elles sont utilisées comme objet sexuel puis cédées à des réseaux internationaux de prostitution». Les soldats marocains s'acquittent bien de leur sombre tâche: ils transportent dans des conditions horribles ces migrants à ces camps de «concentration», puis opèrent le tri. Ils séparent les femmes de leurs familles pour être entassées dans un campement de fortune où elles subissent toutes sortes de sévices sexuels. «Les soldats et les officiers de l'armée marocaine font de ces personnes des sans-droits échangeables au même titre qu'un animal domestique», ajoutent les mêmes témoignages. Les organisations de protection des migrants et celles des droits de l'homme sont désormais interpellées avec ce statut d'esclave qui vient de refaire surface en 2022 sur un continent qui a aboli, depuis bien longtemps, cette vile pratique. Chez le roi, ces migrants n'ont aucun droit. Ils ne bénéficient d'aucune protection et se retrouvent à la merci de tous les abus et de toutes les violences possibles. Ils vivent dans la plus grande précarité, victimes de violences et de discriminations. Le royaume au bord du précipice vient ainsi de réinventer l'esclavage sur le continent. C'est la dernière trouvaille du Makhzen après avoir fait transformer le Maroc en haut lieu de la drogue, de la débauche et du tourisme sexuel. La chair fraîche dans un Riad de la médina, au bord de la piscine d'un palace, ou dans une villa au coeur de la palmeraie, sont une pratique dont use et abuse le Makhzen pour son lobbying en France et ailleurs en Europe.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.