OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Man City : Mendy passe devant la justice    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Le Premier ministre reçu par le Président Erdogan à Konya en Turquie    Le Premier ministre assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux de la Solidarité islamique à Konya en Turquie    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    10 morts lors d'une attaque terroriste    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    Un plan d'urgence pour développer ces filières    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Batna: création de deux forêts récréatives    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: 6 ans de prison ferme contre Oussama Rezagui    Invasion militaire sioniste à Naplouse: 3 martyrs et plus de 40 blessés    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Boumerdès à l'heure d'été    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'oeuvre de Mohia revisitée
Salon du livre d'Ath Yanni
Publié dans L'Expression le 28 - 05 - 2022

L'événement culturel a été marqué par un très riche éventail de communications ayant trait à différents sujets et ayant été animées par des écrivains venus de plusieurs régions. Ce qui a sans doute marqué ce Salon du livre c'est surtout l'hommage rendu au célèbre dramaturge et poète Abdellah Mohia dit Mohand Ouyahia. Pour assurer cet hommage, il a été fait appel à l'un des spécialistes de la dramaturgie et de la poésie de Mohia, à savoir l'universitaire et auteur Saïd Chemakh, également militant de longue date des Commissions nationales du Mouvement culturel berbère (MCB) et élève direct de Salem Chaker, l'un des piliers de la recherche dans le domaine amazigh. Dans une intervention très riche et extrêmement fournie en détails, Saïd Chemakh a relaté le parcours d'Abdellah Mohia dans le domaine de l'adaptation théâtrale en kabyle. Un créneau qui était vierge à l'époque et que Mohia a réussi à investir corps et âme avec beaucoup de savoir-faire. Saïd Chemakh a également expliqué pourquoi Mohia avait opté pour l'enregistrement sur des supports cassettes et non pas dans des écrits. L'objectif étant de toucher un maximum de personnes, faut-il le rappeler. Il faut souligner qu'à l'époque, le nombre de personnes qui pouvaient lire en tamazight était très réduit pour les raisons que tout le monde connaît. Saïd Chemakh a expliqué que Mohia avait opté pour la traduction d'oeuvres d'auteurs (romanciers et dramaturges) connus dans les quatre coins du monde à l'instar de l'Italien Pirandello, prix Nobel de littérature, entre autres.
Le centre d'intérêt des universitaires
L'orateur a précisé que l'objectif de Mohia consistait en l'enrichissement de la culture kabyle qui avait tant besoin de ce genre d'initiatives. Abondant dans le même sens, l'universitaire et chercheur Amar Laoufi a révélé qu'en dépit de sa disparition physique en 2004, Mohia demeure au centre de l'intérêt de plusieurs universitaires. Plusieurs travaux universitaires sur l'oeuvre de Mohia ont été réalisés dans les différents départements de langue et culture amazighes.
La rencontre autour de la vie et de l'oeuvre de Mohia a été extrêmement attrayante et a permis d'assouvir la curiosité de l'assistance, Mohia étant l'un des hommes de culture amazighophones ayant le plus marqué plusieurs générations. De nombreuses autres conférences ont eu lieu ainsi que des tables-rondes à l'instar de celle animée par les auteurs Djamel Laceb, Hacène Halouane et Hamid Bilek, ayant à leur actif des romans en tamazight et des recueils de contes. Ces derniers ont décortiqué le thème inhérent au patrimoine amazigh. De son côté Hocine Haroun a animé une intervention pour parler de son roman émouvant intitulé «La relique».
Une participation exceptionnelle des femmes
Le programme du même salon s'est poursuivi en outre avec une conférence sur «L'Algérie des temps préhistoriques, un patrimoine méconnu» présentée par Ginette Aumassip. Hier, de nombreuses autres interventions devaient avoir lieu comme la présentation du roman «Le prodige» de Tarik Ait Menguellet et «Marée basse» de Adib Benazzi. D'autres conférences sont au menu et doivent être animées par les écrivains Djawad Rostom Touati, Idir Hachi, Mocrani Hamdane... Pour aujourd'hui, dernier jour du Salon du livre d'Ath Yanni, on prévoit les interventions des écrivaines Salima Mimoun et Ferroudja Ousmer. Il faut préciser que l'écrivain poète et journaliste Arezki Metref est présent à ce salon. Il a, notamment animé un atelier d'écriture. D'autres ateliers de chants et de contes ont été au menu. Il y a lieu de préciser également, qu'il y a eu une présence d'un nombre record d'écrivains à ce rendez-vous culturel. La présence des femmes ayant publié des romans et des livres relevant d'autres genres est aussi à mettre en relief. En effet, la participation des femmes à ce salon a été exceptionnelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.