L'Opep+ marque le coup : baisse drastique de 2 millions B/J pour novembre    Adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Lamamra examine avec son homologue portugais le renforement des relations bilatérales    Processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    L'UNRWA dénonce Israël    Mise en garde contre les dangers des produits pyrotechniques    Intempéries à Bordj Bou Arreridj : biens endommagés et mort de plus de 400 bêtes    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le projet prend forme    Nouvelles agressions marocaines    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaine dans différents secteurs    Les félicitations du président    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Un missile balistique a survolé le Japon    Le Maroc enchaîne les revers    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Participation record des écrivains
Cloture du Salon du livre d'Ath Yanni
Publié dans L'Expression le 30 - 05 - 2022

Des auteurs, femmes et hommes, qui écrivent aussi bien en tamazight qu'en arabe et en français. C'est, d'ailleurs, le point le plus saillant de cette deuxième édition d'un Salon du livre qui se veut un rendez-vous culturel annuel et constant, venu enrichir, de fort belle manière, une région qui a tant besoin de ce genre d'activités culturelles pour une multitude de raisons. D'abord parce qu'il s'agit d'une localité qui a donné naissance à des sommités culturelles algériennes comme Mouloud Mammeri, Mohamed Arkoun, Abdellah Mohia, Brahim Izri, Idir, etc. Aussi, pour sa beauté naturelle féérique qui permet aux visiteurs et aux participants de joindre l'utile à l'agréable.
La deuxième édition du Salon du livre d'Ath Yanni a donc été marquée par une réussite, notamment du côté des écrivains. Ces derniers sont repartis très satisfaits d'avoir pu partager de mémorables moments et des échanges culturels et amicaux avec leurs confrères ainsi qu'avec les lecteurs. Certes, du côté des lecteurs, on n'a pas eu droit aux très grandes affluences, mais cet aspect n'influe en rien sur la qualité de ce Salon du livre qui se veut plus un rendez-vous culturel qu'un événement commercial. Sur le plan culturel, la réussite est totale au vu aussi de la qualité incontestable, mais aussi du nombre de communications, conférences et tables-rondes qui s'y sont déroulées depuis la première journée du salon, mardi dernier.
Un programme respecté
D'ailleurs, le programme concocté au préalable par les organisateurs a été respecté et exécuté dans sa totalité. Chose très rare quand on sait que, même dans des événements culturels à caractère national, il y a toujours des défaillances de dernière minute, notamment des conférenciers qui ne tiennent pas leur promesse. C'est loin d'être le cas pour ce Salon du livre où on a vu défiler des écrivains de toutes les générations, des auteurs connus, d'autres moins connus, des écrivains en herbe, etc.
La littérature amazighe revisitée
C'est le cas, d'ailleurs, durant la dernière journée, samedi, où une conférence ayant pour thème «Ecrire jeune, comment et pourquoi?» a été animée par un groupe de très jeunes auteurs, à savoir Katia Saâdi, Chanez Dahlal, Yacine Lamani et Kahina Temzi.
L'avant-dernière et la dernière journée ont été l'occasion pour de nombreux auteurs connus de dédicacer leurs livres et d'échanger avec leurs lecteurs. C'était le cas d'Amine Zaoui, Tassadit Yacine, l'écrivain-réalisateur Ali Mouzaoui, Lynda Chouiten, Mahmoud Boudarène, Salima Mimoun, Djawad Rostom Touati, etc.
Le Salon du livre d'Ath Yanni a été une opportunité pour revisiter la littérature amazighe. En effet, une part non négligeable a été réservée au roman amazigh. Les organisateurs ont réussi à réunir un nombre important de romanciers amazighophones durant ces rencontres, à l'image de Chabha Ben Gana, Lyès Belaïdi, Zohra Aoudia, Rachida Ben Sidhoum, Lynda Hantour, Habib Allah Mansouri, Zahir Meksem, Hacène Helouane, Hamid Bilek...
Ces derniers, en plus d'avoir dédicacé leurs livres, ont animé un débat extrêmement riche et enrichissant sur la situation du livre amazigh et les perspectives. Ils ont raconté, chacun en ce qui le concerne, sa propre expérience dans le domaine de l'écriture romanesque en langue amazighe. Des expériences qui s'apparentent dans la majorité des cas à une aventure. Mais une belle aventure!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.