Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chercheur es-tu là?
UNIVERSITE
Publié dans L'Expression le 25 - 06 - 2006

Parler de recherche semble facile. Mais la réalité semble loin de ce tableau idyllique.
Les chercheurs algériens existent et on les a rencontrés. Certes, et selon la presse, près de 40.000 d'entre eux se sont expatriés et des chercheurs confirment ce malaise. Pour mieux connaître la situation, on a rencontré quelques-uns de ces «coureurs de fond». Ainsi, le Dr Hamada Boudjemaâ de l'INH de Boumerdès, directeur du laboratoire de synthèse pétrochimique, en parle à coeur ouvert. Cet homme passe sa vie entre les calculs et les éprouvettes, diplômé de l'Institut pétrolier d'Azerbaïdjan il dirige aujourd'hui, six équipes de recherche dans les domaines de la pétrochimie. Le Dr affirme rencontrer des problèmes liés à l'organisation de la recherche, comme il ajoute qu'il y a des lacunes dans la gestion des laboratoires de recherche.
Le laboratoire que dirige le Dr Hamada est des plus importants car il travaille sur des sujets très pointus liés principalement à la recherche pétrolière et aussi à des domaines sensibles tels que la décontamination des pesticides périmés, un angle de recherche pris en charge par les Nations unies.
Le Dr Hamada et son équipe et notamment le Dr Gherbi, le chef d'équipe de recherche travaillant dans la même équipe que lui, ont bien du pain sur la planche avec en sus de leurs activités normales des prestations pour les entreprises du secteur pétrolier, le laboratoire se voulant également un cadre d'expertise pour les problèmes d'environnement.
La recherche c'est aussi d'autres secteurs, pas seulement le pétrole. C'est ainsi que l'on a rencontré le Dr Dourari ayant fait la Sorbonne d'où il est sorti comme docteur et l'université d'Alger où il a décroché son doctorat d'Etat. Aujourd'hui, M.Dourari est professeur en sciences du langage à l'université d'Alger et directeur du Centre national pédagogique et linguistique pour l'enseignement de tamazight à Alger. Selon lui, «le chercheur est d'une manière générale un solitaire. Certes, le second aspect de la chose est le fait qu'il soit presque marginalisé par la société qui ne lui accorde aucune place. Il n' y a pas de valorisation du savoir et pas d'autonomie du champ scientifique. C'est sur ce plan qu'on peut dire que le chercheur est solitaire chez nous.» Pour ce qui est des moyens mis à la disposition des chercheurs, M.Dourari affirme qu'ils n'ont aucun moyen. Et comme pour étayer ses dires ce chercheur dira: «Le gros problème reste la documentation nécessaire et qui manque cruellement, aucune bibliothèque ne fonctionne correctement dans nos universités du fait que le fonds documentaire n'est pas actualisé et que l'essentiel des documents n'est pas en ligne.» Le Dr Dourari émet le voeu de voir les bibliothèques dotée d'un réseau intranet afin que les uns et les autres puissent consulter tel ou tel document là où il se trouve.
Cependant, ce qui donne un aperçu de l'état de la recherche c'est cette phrase du Dr Dourari: «Aujourd'hui je ne suis pas en mesure de recruter des chercheurs pour le centre que je dirige car je ne peux pas les payer en tant que chercheurs» M.Dourari soulève le problème du statut légal des chercheurs.
Enfin il revient sur cette lancinante question du salaire du chercheur, c'est vrai que l'argent est le nerf de la guerre, selon M.Dourari. «Quand on compare le salaire du chercheur normalement payé on s'aperçoit que chez les voisins immédiats, Maroc et Tunisie, le chercheur est dix fois mieux payé que leur homologue algérien.» Et de conclure: «Le chercheur est aujourd'hui, du moins en l'état actuel des choses et en Algérie, un véritable militant.» Quant à M.Brahim Salhi, maître de conférences au département d'architecture de l'université Mouloud-Mammeri et chercheur associé au Crasc d'Oran, il dira: «Le vrai problème de la recherche chez nous est le statut du chercheur. Il est sous-rémunéré et en fait tout l'environnement de la recherche, tant les institutions que l'environnement social, fait que cette dernière n'arrive pas à se faire entendre. Comment expliquer qu'hélas, à cette allure, l'on a l'impression de faire de la recherche pour la recherche. Il y a des compétences mais elles ne sont pas sollicitées. Le produit de la recherche ne circule pas. Ainsi c'est le manque de revues scientifiques qui fait que les choses se passent en vase clos. Comme il faut aussi dire que l'absence de consécration est un autre sujet à méditer. On peut passer jusqu'à vingt ans face à ses préoccupations ou autour des problèmes liés à un sujet sans que l'on sache si cela a abouti et surtout sans que l'on profite réellement des résultats. C'est dire que l'on a une recherche atrophiée et manquant de visibilité. Cela veut dire en gros qu'il n'y a pas de politique de bonification des produits de la recherche.» M.Salhi espère et souhaite vivement que les choses évoluent, et vite, car actuellement il dit ne pas voir l'horizon se dessiner et la recherche est selon lui comme «une voie de garage». M.Salhi évoque l'écart entre le chercheur algérien et les autres ailleurs. C'est ainsi qu'il déplore que, pour le moment, la seule possession d'un ordinateur portable, qui est désormais aussi utile qu'un crayon, reste du domaine du rêve. Il en est de même pour l'accès à Internet car, selon lui, mis à part l'université, le chercheur n'a que le cybercafé pour...travailler.
Des chercheurs existent et font part du malaise qui les prend à la gorge, et tous disent souhaiter que les responsables se penchent davantage sur toutes ces questions, en fait des petits riens qui mis bout à bout deviennent des montagnes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.