L'Algérie pays à fortes potentialités    Les attentes prononcées des professionnels    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    La nouvelle stratégie    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les incendies de retour    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Inondations au Soudan: l'Algérie présente ses condoléances    Ligue 1/CS Constantine: Madoui restera l'entraîneur de l'équipe    Soudan: au moins 52 morts dans des inondations    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    L'Algérie présente ses condoléances    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    Une association sahraouie condamne les violations de l'occupant marocain contre la famille du militant Ghali Bouhela    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie s'incline face à l'Arabie saoudite (2-1)    Journée nationale de la poésie: riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Maroc: plus de 60% des jeunes diplômés universitaires sont au chômage    Egypte: 41 morts dans l'incendie d'une église au Caire    Secousse tellurique de magnitude 2,5 degrés dans la wilaya de Tipaza    Onze foyers d'incendies enregistrés ce dimanche à travers six wilayas    Festival de musique et chant Chaouis de Khenchela: la 10è édition en août    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): "Excellente organisation ", estiment les participants    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Lancement d'une campagne nationale de sensibilisation à la bonne utilisation du GPLc    AS Rome : Mourinho se félicite du mercato    Régénération verte    Plusieurs wilayas concernées: Températures caniculaires et mises en garde    Pr Mahyaoui - Covid-19: l'épidémie n'est pas encore terminée    L'inversion des rôles et l'Etat    Après deux ans de suspension: Le Salon international du tourisme de retour    Hors jeu semi-automatique: Un nouveau test avant le Mondial 2022    Port d'Oran: 4.250 portables saisis    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La grande vadrouille
Virée dans le background des urgences
Publié dans L'Expression le 30 - 06 - 2022


Le système de santé en Algérie, continue de susciter moults interrogations, tant de la part des usagers, que des professionnels et praticiens du secteur. Et pour cause, les multiples dysfonctionnements qui continuent de caractériser la gestion quotidienne de ce secteur névralgique. Les récits des aventures nocturnes de quelques citoyens, recueillis dans deux grands CHU de la capitale, renseignent sur cette tendance qui ne fléchit pas. En effet, lors d'une virée dans les CHU de Kouba et Nefissa Hammoud, ex-Parnet, on découvre le background des urgences médico-chirurgicales de ces deux grands hôpitaux de la capitale. Mardi 03h40 du matin, nous sommes devant les urgences médico-chirurgicales du CHU de Kouba. C'est le calme plat. Il n'y a pas âme qui vive. Nous avançons à l'intérieur, nous rencontrons deux jeunes assis, l'un à côté de l'autre. Leur père avait fait un malaise en début de soirée. Nous avançons à l'intérieur, il n'y a presque personne pour nous orienter. Le bureau de la permanence est vide, des papiers, ordonnanciers, stylos et autres ornent les lieux défaits. Au loin, dans une sorte d'abri dont la porte est entrouverte, un agent assis sur une chaise nous demande d'attendre un peu. Au bout d'un moment, quatre à six minutes, approximativement, un jeune résident apparaît dans le bureau. Au même moment, un homme arrive avec une fillette portée sur les bras. Elle souffre de douleurs au ventre. L'homme est prié de rebrousser chemin vers le CHU Néfissa Hammoud, ex-Parnet à Hussein Dey. Nous quittons les lieux, sans remarquer une quelconque autre présence qui peut nous renseigner sur le nombre de personnels mobilisées ou concernées par les urgences dans cet hôpital. L'astuce étant qu'un ou deux résidents assurent la permanence, tandis que les autres piquent un petit roupillon. Le père de la fillette nous expliquera plus tard comment, il y a deux années de cela, son fils avait été traité dans ces mêmes urgences. «Mon fils présentait une crise aigue de l'appendicite... À mon arrivée sur les lieux, personne ne voulait me parler... Pourtant, il n'y avait pas foule cette soirée-là... Au bout d'un moment, grâce à l'intervention d'un policier, une interne acceptera d'ausculter mon fils, plié en deux par la douleur...», dira-t-il. Il nous racontera aussi, comment ce médecin interne lui avait réclamé une échographie à 02 heures du matin, «alors que le service dispose de tout le matériel d'imagerie nécessaire...». Ceux qui ne disposent pas de véhicules, ni de moyens pécuniaires ne survivront pas à pareilles réflexes. Il nous apprendra que son fils patientera avec sa douleur, jusqu'au lendemain, où il sera opéré vers 18 heures. Arrivé à Néfissa Hammoud, les urgences pédiatriques sont, un peu plus, animées. Trois salles de soins sont réservées à l'auscultation et à la prise en charge médicale. Des internes s'affairent à recevoir et à prendre en charge les patients. De temps à autres, des médecins de garde sont réveillés pour s'enquérir de cas suspicieux ou difficiles. À l'entrée vide, on rencontre une infirmière assise portable à la main, plongée dans les réseaux sociaux... On lui demande s'il y a des médecins de garde, elle nous oriente vers les salles en question. Au bout d'un moment, le père de la fillette ressort, quelque peu soulagé. «El Hamdoulilah... Ce n'est pas l'appendicite... Mais, ils auraient pu lui administrer un calmant... Je dois aller chercher le médicament prescrit», nous confiera-t-il. Là, débute une toute autre aventure. En guise de soutien, nous tentons de l'aider à trouver les pharmacies de permanence dans les alentours, en faisant appel aux réseaux sociaux et à la Toile. Sans grands succès. Toutes les pharmacies indiquées en permanence sur la Toile sont, en fait,fermées. Nous nous dirigeons, malgré tout, vers Bir Khadem où nous sillonnerons les grandes ruelles, mais en vain. Tout est fermé. À Kouba et Hussein Dey également, c'est le désert total. Toutes les pharmacies de garde indiquées sur les réseaux sociaux, sont fermées. On décide alors de voir le quartier «Les Sources» pour s'acheminer ensuite vers Bir Mourad Raïs, El Mouradia, Didouche- Mourad, le boulevard Amirouche, Che Guevara jusqu'à la place des Martyrs et de rebrousser chemin vers la rue Ben M'hidi, aboutissant à la Grande Poste... Il est 05h50, la circulation automobile commence à peine dans le centre-ville. Mis à part les cafés, les pâtisseries, les boulangeries et les bureaux de tabacs, les autres commerces restent fermés, y compris les pharmacies. Nous décidons d'emprunter de nouveaux le boulevard Amirouche, en passant par la place du 1er Mai, jusqu'au quartier de Belouizdad. Là, des véhiculent sont à l'arrêt devant une pharmacie, dont l'enseigne verte clignote encore. Un bon signe. Grillage fermé et vitre ouverte, le préposé à la pharmacieie s'affaire à livrer les médicaments sollicités. Un grand ouf de soulagement pour ce père, qui n'est pas au bout de ses peines, puisqu'il est 06h10 du matin et il devra reprendre le travail à 07h00. Malgré la tenue d'une Conférence nationale sur la santé, il y a quelques mois, dévoilant le malaise dans lequel baigne la santé, l'état des lieux ne semble pas s'améliorer pour autant.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.