Tour de Syrie 2022: Yassmine El Meddah victorieuse, Houili toujours maillot jaune    Championnat arabe de Kayak: 7 médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Déclaration de politique générale du gouvernement: les députés saluent les efforts de l'Etat pour la préservation de la stabilité socioéconomique    Mémorandum d'entente entre l'Algérie et l'OMT en vue d'ériger l'ESHRA en "pôle" de formation    Classement Fifa: l'Algérie, 37e, gagne quatre places    Algérie-Unesco: Belaabed participe à un débat de "haut niveau" sur l'avenir et les mutations de l'éducation    Belmahdi reçoit une délégation du groupe parlementaire d'amitié Arabie saoudite-Algérie    "NO LOGO", un projet itinérant de promotion culturelle, présenté à Alger    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    In memoriam Octobre 88    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Ligue1 - CSC-MCA : Un choc qui promet    Tracteurs de moins de cinq ans    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    En perspective de l'attribution des logements sociaux en cours de réalisation: Mise en service d'un nouveau logiciel pour l'étude des dossiers    Embrouille    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    QUESTIONS DE LANGUE(S) ET D'IDENTITE(S) !    Paix au Mali : le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie en tant que chef de file de la médiation internationale    Alerte à l'instabilité!    Fin imminente des travaux    Ounas élu joueur du mois de septembre    Goudjil instruit la délégation parlementaire    Washington ne mettra jamais Alger dans son viseur    Le droit du peuple sahraoui réaffirmé    Les émissaires de la CEDEAO satisfaits des échanges    L'état des lieux    Une semaine chargée pour l'ANP    L'UGTA se rebiffe    D'où viennent ces chiffres fantaisistes?    Le projet prend forme    De l'énergie entre Alger et Berlin    Le président Tebboune félicite les enseignants    Le MSP menace d'une «motion de censure»    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    Chercheurs en langue amazighe: une denrée rare    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Le Président Tebboune félicite les enseignants à l'occasion de leur Journée internationale    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le diktat des chauffeurs de bus privés
Constantine
Publié dans L'Expression le 17 - 08 - 2022

En l'absence d'une stratégie de contrôle, les chauffeurs de bus privés imposent aujourd'hui leur loi aux usagers. Ces derniers sont sommés, à chaque fois, de quitter les lieux, en plein trajet, afin qu'ils prennent un autre bus. Une attitude devenue quotidienne sur la ligne Constantine-nouvelle ville, à partir de la cité Boussouf.
Outre la mise en danger de la vie des utilisateurs, tant par la qualité des bus que par l'excès de vitesse, ces «terroristes de la route» ne respectent nullement les trajets auxquels ils sont astreints. Aucune considération pour le citoyen qui s'acquitte pourtant du prix du voyage, nonobstant le temps du trajet.
Le citoyen se voit ballotté d'un bus à l'autre. Pis encore, les voyageurs s'entassent, aucune hygiène à bord et par ces chaleurs s'ajoutent les odeurs insupportables.
Ainsi, depuis qu'il est venu pour renforcer le transport public urbain, le transport privé a gagné plus en termes d'anarchie qu'en valeur ajoutée. Aucun respect des clauses du cahier des charges qu'il est censé observer ni aucune considération pour les directives de la tutelle.
Maltraité et secoué, l'usager est exposé à tous les dangers. Quant au Code de la route, il est devenu un concept dépassés. Feux rouges grillés, dépassements dangereux, changement de direction sans aucun avertissement, itinéraires aléatoires sous prétexte de la densité de la circulation.
Malheur à celui qui ose réclamer. Il est aussitôt la cible d'insultes et d'injures.
À qui s'adresser, afin de mettre un terme à ce genre de comportement? Pourquoi la direction des transports ne réagit-elle pas, en dépit des multiples plaintes? D'autant que certains bus devraient être retirés de la circulation. Quelques-uns prennent même feu, notamment en période de chaleur.
Le pire est qu'à partir de 18 heures, tous les bus rentrent au garage. Ces nouveaux faiseurs de lois, qui n'accordent aucun respect aux lois de la République encore moins aux usagers, doivent impérativement être rappelés à l'ordre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.