Real Madrid: Zidane positif à la Covid-19    La Roma sanctionné par une défaite sur tapis vert    Real : Un coach argentin en cas de départ de Zidane ?    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ennui près de la grande Bleue
L'ETE S'EST INSTALLE TIZI OUZOU
Publié dans L'Expression le 08 - 07 - 2006

Les fêtes de mariage ou de circoncision comblent continuellement les journées.
La saison estivale arrive, la chaleur aussi commence à devenir torride dans la mesure où la recherche de moyens susceptibles d'y faire face est inéluctable. En effet, si nombreux qui sont ceux qui préfèrent convoiter la grande Bleue pour savourer les moments de fraîcheur, il n'en demeure pas moins que certains n'arrivent point à se permettre même une virée du côté de la baie.
Il s'agit bien évidemment des citoyens habitant les villages de l'intérieur de la wilaya de Tizi Ouzou. Effectivement, l'été est rude, voire même très rude, dans les contrées de la Kabylie profonde. Outre les affres de la chaleur où le baromètre frôle parfois les 40°, les riverains ne savent aucunement où donner de la tête.
Car, partir sous d'autres cieux plus cléments, c'est-à-dire à la plage, revient excessivement cher pour ces pauvres citoyens cloîtrés, conditions intenables obligent, chez eux. C'est le cas des habitants d'Aït Bouadou, une localité distante d'environ 50 kilomètres au sud du chef-lieu de wilaya. Ici, la classe juvénile prend son mal en patience ces jours-ci, en raison d'absence des moyens de distraction pour faire oublier un quotidien plein d'aléas. Il en est de même pour les régions limitrophes à savoir les Ouacifs, Beni Yenni et les Ouadhias livrées au gré de la chaleur estivale qui ronge les journées monotones des citoyens. Toutefois, en vue de chasser la routine et rompre un tant soit peu, avec une situation «peu reluisante», des initiatives paraissent par-ci et par-là. Le mouvement associatif se mobilise, en effet, pour redonner un climat plus ou moins supportable à la cité.
Ainsi, au grand bonheur des chérubins, des excursions sont souvent organisées, particulièrement durant les week-ends, vers la plage.
Donc, les membres des associations culturelles notamment, essayent, avec des moyens dérisoires bien sûr, d'offrir des instants de plaisir aux bambins, cette catégorie de la société avide de la primauté que donne la grande Bleue. D'autre part, la trêve estivale consiste véritablement en une période propice pour les activités sportives d'antan. L'on note d'ores et déjà le début des tournois intervillages à travers les quatre coins de la wilaya, histoire d'occuper les adeptes de la balle ronde. D'ailleurs, pratiquement toutes les communes de la Grande Kabylie renouent avec la compétition footballistique. Les rencontres quotidiennes drainent, faut-il le dire, des nuées considérables des férus du sport-roi.
C'est en somme une occasion même pour les équipes communales évoluant en championnat de wilaya pour «dénicher les oiseaux rares». Par ailleurs, l'autre fait saillant qui caractérise les périodes estivales en Kabylie reste indubitablement les cérémonies de mariages. Ainsi, avec l'arrivée des émigrés, les fêtes commencent dans les villages.
En outre, au-delà des affres de la saison, la fiesta reprend bel et bien ses droits pour égayer le quotidien des riverains. En effet, depuis le début du mois en cours, les fêtes de mariage ou de circoncision comblent continuellement les journées, comme les nuits avec l'animation des disc-jockeys, un instrument très convoité pour ce genre de circonstance. Enfin, on peut dire qu'en dépit d'absence de moyens «d'évasion», le citoyen en Kabylie arrive toutefois à surmonter les multiples aléas de la chaleur en cette période estivale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.