Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une organisation terroriste aux origines troubles
GIA
Publié dans L'Expression le 10 - 02 - 2002

Le GIA est né dans des conditions confuses à la suite de la scission d'éléments du MIA de Chebouti au lendemain de la grève insurrectionnelle décrétée par le FIS et des événements qui s'en sont suivis.
Ces derniers, élargis dans le cadre de l'amnistie promulguée par le Président Chadli Bendjedid qui avait permis aux anciens compagnons de Mustapha Bouyali de sortir de prison, avaient gardé le contact pour saisir la première occasion politique et revenir sur la scène.
Mansouri Meliani, l'un des fondateurs du GIA, dans sa déposition, le 20 mai 1993, devant le tribunal d'Alger, dans le cadre du procès de Hocine Abderrahim et consorts accusés d'avoir préparé et perpétré un attentat à l'explosif contre l'aéroport d'Alger, avait déclaré que la «jamaâ islamia mousalaha» est née pour casser la logique déviationniste du MIA qui voulait se lancer dans l'action armée avant que les conditions, tant religieuses que politiques, ne soient réunies. Au départ de cette entreprise criminelle, il y avait Leulmi (abattu par les forces de sécurité), Sid Ahmed Lahrani (éliminé au cours d'une opération à El-Biar), Ahcène Kaouane (le frère du chanteur chaâbi), un certain Abou Seïf, Mourad Si Ahmed (alias Djaâfar El-Afghani) et Meliani.
Leulmi se verra confier la direction de la région Ouest, Lahrani, impliqué dans l'affaire de l'attaque contre le chantier naval de l'Amirauté d'Alger, a été coopté émir de la région Centre, Abou Seïf chargé d'organiser les groupes de l'Est alors que Kaouane, Meliani et Mourad Si Ahmed se verront chargés d'entreprendre un travail de rapprochement avec les éléments du MIA commandés alors par Chebouti.
Après l'élimination de Leulmi, Lahrani et Kaouane et l'arrestation de Mansouri Meliani, le GIA se retrouve alors sous la coupe de Mourad Si Ahmed qui n'assumera son commandement que durant 22 jours puisqu'il sera éliminé lui aussi par les services de sécurité.
C'est Chérif Gousmi qui prendra la relève. Ce fut un tournant puisque «son règne» sera l'occasion pour les anciens afghans de faire main basse sur l'organisation terroriste. Moh Léveilley et certains caïds du milieu feront également leur entrée. Après son élimination à Bouzaréah en 1994, la porte est grande ouverte à Sayah Attia, un fils de harki établi avec son groupe à Médéa, qui divisera l'organisation terroriste en 6 zones.
Abdelhak Layada assurera, durant un certain temps, la direction du GIA avant de s'enfuir vers le Maroc où il sera arrêté avant d'être livré aux autorités algériennes.
Djamel Zitouni inaugurera son règne par l'enlèvement des diplomates français et l'attaque contre le CEG Max-Marchand de Aïn Naâdja, dans laquelle 6 gendarmes français avaient trouvé la mort.
Il sera derrière plusieurs attaques spectaculaires comme le détournement de l'Airbus d'Air France à l'aéroport d'Alger ou encore l'enlèvement des 7 moines trappistes à Tibehirine. Quelques mois après, il sera éliminé par ses pairs qui ne lui pardonneront jamais le fait d'avoir ordonné l'élimination de Mohamed Saïd et Redjem et de s'appuyer sur les fetwas d'un certain Abou Qotada el-Falistini, un guide des Khaouaridj selon la terminologie des groupes islamistes. Antar Zouabri prendra alors la direction du GIA et se lancera dans un véritable génocide contre le peuple algérien. Il lancera ses fetwas qui ouvriront la voie aux sanguinaires de cette organisation terroriste pour commettre les massacres à grande échelle comme à Bentalha, Raïs ou encore Hed Chekala et Remka. Par ses fetwas, il avait apostasié tout le peuple algérien coupable, à ses yeux, de n'avoir pas cédé à la terreur.
Plusieurs témoignages avaient, à l'époque, souligné que toutes les tentatives d'unification entre le GIA et le MIA avaient échoué . Meliani avait, dans sa déposition devant le tribunal de la cour spéciale d'Alger, évoqué deux réunions tenues avec les acolytes de Chebouti à Zbarbar et Tamesguida pour tenter de parvenir à unifier leurs rangs, mais sans résultat puisque la bataille de leadership entre les chefs des différents groupes faisait rage à l'époque.
Omar Chikhi, membre du bureau exécutif et ancien responsable du fis dissous, repenti, avait évoqué, lui aussi ces réunions qui n'avaient servi qu'à creuser davantage le fossé qui séparait les groupes de différentes obédiences.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.