FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid19: 434 nouveaux cas, 487 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Déclarations glorifiant le colonialisme: les Algériens ne doivent "absolument pas tomber" dans le jeu    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    MASCARA : Un nouveau directeur à l'hôpital ‘'Yssaad Khaled''    CORONAVIRUS A BECHAR : Des activistes manifestent devant le siège de la wilaya    COVID 19 : Oran sera doté d'un laboratoire d'analyses PCR    Meurtris par le Covid, réprimés par le pouvoir: la double peine des médecins égyptiens    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    Energie: préparation d'une feuille de route axée sur la stratégie énergétique    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Voilà que le loup sort du bois    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Colère et consternation    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dermatologie dans tous ses états
LES RAISONS DES MALADIES CUTANEES SONT DIVERSES
Publié dans L'Expression le 09 - 11 - 2006

«L'Algérie connaît un manque flagrant de dermatologues». C'est ce qu'ont affirmé, hier, MM.Smaïl Benkaïdali et M'hamed Benradouane, respectivement président de la Société algérienne de dermatologie (SAD) et chef de l'unité de consultation de dermatologie au CHU Mustapha, lors du 19e congrès national de dermatologie organisé à l'hôtel El Aurassi.
Ce manque est traduit par des chiffres qui nous donnent le tournis, car sur l'ensemble du territoire national, l'on comptabilise seulement 350 dermatologues, un chiffre qui était de 20 si on revient 21 ans en arrière, et, pis encore, seulement 4 professeurs dans la dite spécialité. Lesquels sont répartis entre deux wilayas, en l'occurrence Alger et Tlemcen. Quelle explication peut-on apporter pour éclairer les cas des grandes villes dépourvues de professeurs telles Béjaïa, Sétif, Tizi Ouzou, pour ne citer que celles-ci? Parmi les maladies les plus répandues dans notre pays, on cite l'acné dont un tiers des jeunes filles et garçons sont atteints, la psoriasis qui est une dermatose qui perturbe les malades par ses lésions chroniques. Ladite maladie est aussi héréditaire et dangereuse, car elle peut toucher pratiquement tout le corps (visage, genoux...).
D'ailleurs 1,5 million en sont atteints en Algérie. A cela s'ajoutent, les onychomycoses qui ne sont autres que les maladies de l'ongle causés par des champignons microscopiques, la chute de cheveux, les sinusites maxillaires aiguës de l'adulte, les brûlures causées par le soleil...et finalement la gale, elle aussi très répandue en Algérie vu l'absence des conditions d'hygiène adéquates. Ces maladies ne sont pas dues seulement à des infections cutanées mais certaines sont liées à divers problèmes dont les troubles du psychisme.
A ce sujet, les deux spécialistes se sont mis d'accord sur l'importance des contacts entre les médecins. «Deux solutions me paraissent nécessaires. Travailler en collaboration avec des psychologues et psychiatres, eux aussi sont appelés en appoint pour soigner le patient, ou former des dermatologues avec des connaissances en psychologie et vice versa», nous a déclaré M.Benradouane. Par ailleurs, le traitement de ces infections demeure, en lui même, un problème. La raison est aussi simple qu'on le pense. Les produits cosmétiques vendus ont Algérie sont, dans leur majorité, contrefaits. Cela est dû à la cherté des produits qui nous viennent de l'autre coté de l'Hexagone. Les consommateurs préfèrent, à contre-coeur, les produits locaux, vendus dans des conditions misérables, qui compliquent la situation du malheureux patient. «Ne vous soignez-vous pas vous-même» rétorque M.Benradouane. En termes de traitement toujours, les deux spécialistes exhortent les patients à éviter la chirurgie esthétique qui, en cas d'une simple erreur, devient intolérable. «La chirurgie esthétique est une spécialité médicale qui doit être pratiquée par des médecins ayant reçu une formation adéquate» a averti ledit professeur. Avant d'ajouter «Il ne faut pas que tout le monde s'aventure dans ce créneau». Pour sa part, le chef de l'unité résume ses mots pour dire: «Je ne la pratique que par extrême nécessité» a-t- il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.