L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kerkar El Araïs se souvient
PROJECTION DU FILM-DOCUMENTAIRE SYPHAX À LA SALLE IBN ZEYDOUN
Publié dans L'Expression le 30 - 08 - 2007

Le but d'une identité consiste en la réalisation de tout ce qui peut être réalisé dans un pays, pour élever, soutenir et éveiller les consciences.
L'égard des journalistes et des spectateurs est renforcé et son immersion dans l'histoire est plus consistante. Dans ce cas précis, nous amener à tout voir ou presque pour découvrir ce qui peut éventuellement s'y cacher, d'où une scène où l'angoisse est assez soutenue. Le film-documentaire Syphax du réalisateur Mokrane Aït Saâda, retraçant le parcours historique du roi de la Numidie occidentale, dont la capitale fut Siga, a été projeté mardi soir à la salle Ibn Zeydoun (Ryad El Feth).
D'une durée de 38 minutes, le film-documentaire évoque,
à travers des témoignages d'historiens, à l'instar d'Abderrahmane Khelifa et Saïd Dahmani, les moments ayant marqué l'époque où le roi Syphax a régné, entre les années 213 à 202 avant Jésus-Christ, à la tête du Royaume de la Massaessylie. Le roi berbère Syphax, roi des Masséssyliens, un royaume qui englobait les deux tiers de l'Algérie et une partie du Maroc. Les historiens le décrivaient comme étant «le roi le plus riche de cette terre d'Afrique».
Lors des guerres puniques, au cours desquelles l'Afrique a pris une part active, Massinissa, ennemi de Syphax et roi des Massyliens dont la capitale était Cirta (Constantine), s'allie à l'empereur romain, Scipion, tandis que Syphax se déclare l'allié de Carthage; ce fut un mauvais choix car il sera vaincu et fait prisonnier.
Après cet échec, Massinissa deviendra roi d'une partie du royaume de Siga. Syphax avait fait construire, au-dessus de la colline qui surplombait sa capitale, un mausolée qui porte aujourd'hui le nom de Kerkar El Araïs. Le roi n'eut pas la chance d'y être enterré, puisqu'il mourut prisonnier dans une petite localité près de Rome.
Le réalisateur Aït Saâda a expliqué à la presse que cette production, qui s'inscrit dans le cadre de la manifestation «Alger, capitale de la culture arabe 2007», «est un travail qui fait partie d'une série de documentaires sur le parcours des rois berbères.» «Le roi Syphax est très mal connu, les historiens, qu'ils soient Algériens ou étrangers, n'ont pas beaucoup écrit sur lui», a-t-il fait savoir, affirmant que ce documentaire, réalisé à partir d'éléments d'informations assez réduits, retrace les événements les plus marquants du règne de Syphax, notamment la deuxième guerre punique. M.Aït Saâda a, par ailleurs, indiqué que d'autres projets du genre seront réalisés prochainement et qu'ils s'intéresseront à la vie, entre autres, de Juba II et de la Kahina.
Le but d'une identité consiste dans la réalisation de tout ce qui peut être réalisé dans un pays, pour élever, soutenir et éveiller les consciences.
Le retour aux sources est une action noble. Mais cet héritage est ouvert à l'interprétation par des classes diverses, des partis politiques et des idéologies qui le voient selon leurs intérêts et conceptions. C'est important de céder cette noble mission aux historiens et aux spécialistes en la matière pour faire face aux expériences régressives qui se présenteront à une étape plus avancée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.