Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Financement du Projet Complexe Phosphate Tébessa    Le MCA rate son premier match    Rabat prête à relever le défi    «Abeid est apte à jouer»    Personnalités et experts adhèrent au dialogue national    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    RUSH DES ALGERIENS VERS LA TUNISIE : Le poste frontalier d'Oum Teboul pris d'assaut!    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Sarko and co    Les monarchies du Golfe « arrosent» le Maroc !    La Russie propose un moratoire aux Etats-Unis    L'ex-wali de Tipasa Ghelaï Moussa en détention provisoire    La rencontre de la société civile reportée, faute d'autorisation    Les Oranais en mode "yetnahaou gaâ"    Des administrateurs pour assurer la gestion    Les Algériennes en stage à Blida    Le labyrinthe    Huawei-Algérie espionnait des personnalités de l'opposition    Hausse de 13% des touristes algériens    Les souscripteurs au programme 300 logements AADL dénoncent    L'éternel frein des tarifs prohibitifs    Bakbouka algéroise    Le rappeur Enima rentre en Algérie    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    20 août 1956 : «La primauté du civil», comme testament de Abane    NAHD 0 - JSK 0 : Ennuyeux !    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Jijel : Les corps des deux disparus en mer repêchés    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Lutte contre la corruption: Zeghmati insiste sur la récupération des fonds détournés    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    DES ATTRIBUTS DE ZOMBIES    Le frère de Abdelghani Hamel arrêté à Oran    Une série de projets de loi et de décrets exécutifs    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    Le Maroc tente d'induire en erreur l'opinion publique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «chaâbi» recomposé
D'ZAIR NOUVEL ALBUM DE RACHID KHALI
Publié dans L'Expression le 05 - 04 - 2009

L'artiste nous revient cette fois-ci, avec de beaux textes de notre intarissable patrimoine culturel, mais aussi avec toute la finesse d'un parler très sage.
Après l'agréable surprise de son succès auprès du public pour son premier album Echebka, où il a occupé la première place durant des semaines au Hit Parade de la radio El Bahdja, ainsi que pendant la tournée organisée dans le cadre de «Alger, capitale de la culture arabe», qu'il a effectuée à travers les villes de l'intérieur du pays, cet artiste discret, a décidé de sortir de l'anonymat pour se faire une place sur l'échiquier artistique.
Connu pour sa culture musicale, chantant toujours avec la même conviction pour la mère patrie, laissant les fans bercés par les inflexions, Rachid nous revient cette fois-ci avec un bouquet de titres, de beaux textes de notre intarissable patrimoine culturel. Aussi avec toute la finesse d'un parler très sage, avec un mode musical lié à une sorte de nostalgie et de tristesse, associé à un ensemble d'expressions plus complexes qui varient considérablement selon la couleur, l'ambiance ou l'état d'esprit, mais qui termine bien sûr, avec une certaine énergie, de la joie et de l'allégresse. Dans ce nouveau-né intitulé D'zaïr, Rachid Khali donne à lire une critique dense et ramassée de cette notion et de son usage.
Le texte est complété par des illustrations propres à séduire un public plus large, abordant déjà partiellement le sujet, mais dans une présentation plus réconciliatrice et réunificatrice. Sa réflexion, principalement centrée sur une Algérie en tant que patrie, s'est progressivement étendue, par une capillarité des comparaisons à d'autres périodes, en d'autres lieux, jusqu'à la guerre de Libération et la tragédie nationale. En ce qui concerne les versions instrumentales, Rachid a eu bien du mal à nous les justifier. Après coup, il nous explique que l'idée de départ était de réaliser ce single et que celui-ci avait quelque peu gonflé en cours d'élaboration. Il n'en demeure pas moins que le produit est de qualité.
D'ailleurs, un bon nombre de musiciens a été sollicité pour mettre sur pied ce nouvel album, ce qui prouve que ni les efforts ni les moyens financiers n'ont été lésinés pour relever ce défi. A cet effet, des sections musicales, cuivre, violons et guitares sèches étaient de la partie. Rachid Khali, de son vrai nom Rachid Kraïmèche, est né en 1966 dans un quartier de la basse Casbah d'Alger. Il commence sa carrière artistique en 1971 à l'école de musique andalouse, qu'il quitta en 1986. En se frottant aux grands noms du milieu artistique il a réussi à peaufiner ses différents talents grâce à ses capacités d'assimilation et à ses dons multiples en la matière. Il a participé à de multiples concerts à l'échelle nationale et internationale, sa première prestation fut en 1983 à Paris. Ensuite, l'Allemagne, le Portugal, les Etats-Unis, l'Italie, la Russie... en imitant le grand maître, le défunt Hadj El Hachemi Guerrouabi. Comme souvent dans ses chansons, l'artiste nous réserve des surprises en perspective et une occasion, encore une fois, de renouer avec un patrimoine musical à la richesse et à la saveur irrésistibles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.