Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19 : confinement partiel dans dix communes de Tipasa à partir de vendredi    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    9 juillet 1962    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Hommage aux détenus d'opinion algériens à Montréal    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Cap sur un nouveau plan de relance    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nous sommes engagés avec la Palestine»
7E SALON NATIONAL DU LIVRE
Publié dans L'Expression le 12 - 03 - 2008

«Ce salon national est un message pour soutenir les Palestiniens en tant qu'Etat, peuple et idées. Il s'agit d'un acte plus politique qu'intellectuel» dira Amine Zaoui.
La septième édition du Salon national du livre qui ouvrira officiellement ses portes aujourd'hui et se tiendra jusqu'au 18 mars, aura pour cachet cette année, une coloration hautement politique. Organisée par le Syndicat national des éditeurs de livres (Snel), en étroite collaboration avec la Bibliothèque nationale d'Algérie, ce Salon «se tiendra dans un contexte assez particulier aussi bien par sa date que par son objet» nous a-t-on souligné hier, à la faveur d'une conférence de presse tenue à la Bibliothèque nationale d'El Hamma par le directeur de celle-ci et le président du Snel M.Guerfi.
La 7e édition du Salon national du livre se tiendra, faut-il le noter, à la même période que le Salon international de Paris (14-09 mars), boycotté massivement par l'ensemble des éditeurs algériens à l'instar d'autres éditeurs et intellectuels dans le monde arabe et en Europe.
La raison est l'invitation d'Israël en tant qu'invité d'honneur mais surtout à l'occasion du soixantième anniversaire de la création de l'Etat hébreu. Un pays qui se trouve être l'invité d'honneur à la fois du Salon de Paris et de la foire du livre de Turin, faut-il le rappeler.
Le Snel expliquera le boycott des écrivains algériens du Salon français par la «surpolitisation démesurée et partiale de ce grand carrefour culturel qu'est le Salon de Paris» et prend de ce fait la décision de rendre hommage contre toute attente à la Palestine lors de notre Salon national du livre. Il réserve en effet un stand baptisé «Palestine: terre et culture» durant tout le Salon où seront exposés des livres, des photos et des oeuvres artistiques.
Le jeudi 13 mars se «voudra une journée de solidarité avec le peuple palestinien». Au programme, des témoignages et des communications conjugués simultanément à une exposition de peinture commune de plasticiens algériens. Une projection de film cinématographique suivie d'un débat aura lieu en présence de cinéastes, artistes et universitaires. «Une riposte» en bonne et due forme contre l'autre invité de Paris «Israël» que bizarrement, M.Guerfi refuse de nommer. Plus courageux peut-être, M.Amine Zaoui dira d'emblée que «ce Salon national est un message pour soutenir les Palestiniens en tant qu'Etat, peuple et idées..» A propos des écrivains algériens qui ont choisi de prendre part quand même au Salon de Paris, à l'image de Bouelam Sansal et Maïssa Bey, le directeur de la Bibliothèque nationale fera part de son mécontentement. «je suis contre, car il s'agit d'un acte plus politique qu'intellectuel. C'est d'être au côté des Palestiniens et de l'humanité. Mais cela reste un engagement personnel...» Abordant le reste du programme, celui-ci comprendra aussi plusieurs conférences et séances de ventes-dédicaces. L'expérience de l'édition à travers la manifestation «Alger, capitale de la culture arabe» sera présentée et débattue dans un espace qui lui est consacrée.
Les livres édités à cette occasion seront exposés aux visiteurs et lecteurs. Une journée professionnelle réunissant éditeurs et gens des médias aura lieu dimanche prochain. Un hommage aussi aux doyens de l'édition en Algérie aura lieu lors d'une cérémonie conviviale, le lundi 17 mars à 16h, à la grande salle rouge de la Bibliothèque nationale.
Enfin, des dizaines de maisons d'édition soutenues par un nombre important de diffuseurs de livres, nous apprend-on, participeront à cette manifestation culturelle et scientifique par l'exposition d'environ 3000 titres. Le Salon accueillera son public tout les jours, de jeudi à mardi, de 10h à 18h.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.