Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les habits neufs de Poutine
IL A ACCEPTE DE DIRIGER LE PARTI «RUSSIE UNIE»
Publié dans L'Expression le 16 - 04 - 2008

Le président Poutine qui cède son poste, le 7 mai, à son successeur élu, Dmitri Medvedev, a accepté la charge de responsable du parti au pouvoir.
Sortir pour mieux revenir. C'est la gageure que vient de réussir le président sortant russe, Vladimir Poutine, qui s'est vu introniser, hier, à la tête de «Russie unie», à l'occasion du IXe congrès du parti au pouvoir.
M.Poutine, qui sera également installé au poste de Premier ministre, le 8 mai prochain - au lendemain de la prise de pouvoir de son successeur élu, Dmitri Medvedev - contourne de la sorte la loi fondamentale russe qui ne lui permet pas de conserver le pouvoir au-delà des deux mandats légaux. De fait, l'unique enjeu du congrès de Russie unie - convoqué à la va-vite - était de ménager un poste sur mesure au désormais ex-chef du Kremlin, lui assurant la main-mise sur les affaires du pays.
D'ailleurs, le président du parti, Boris Gryzlov - en même temps président de la Douma (chambre basse du Parlement ou «Russie unie» dispose de la majorité) - n'a pas caché que la présidence du parti devait revenir à Vladimir Poutine. Lundi, à l'ouverture du congrès M.Gryzlov, qui fait ainsi offrande de son poste au président sortant, a déclaré: «Aujourd'hui, nous parlons des fonctions concrètes que nous sommes prêts à proposer à Vladimir Poutine. Il s'agit de celles de président du parti». Prenant hier la parole, Vladimir Poutine, d'emblée a accepté avec «gratitude» cette nouvelle charge, indiquant devant le congrès du parti: «J'accepte avec gratitude la proposition des membres du parti et de leur direction (...) Je suis prêt à prendre cette responsabilité supplémentaire et à diriger Russie unie.» Cette nouvelle donne du champ politique russe est l'aboutissement de plusieurs mois de travail et de campagne, pour permettre à M.Poutine de conserver des prérogatives politiques et rester le «numéro1» après l'achèvement de sa mission à la tête du Kremlin. Mais, avant d'en arriver là, le parti a dû amender son règlement intérieur, séparant, notamment, les fonctions de chef du parti de celle de président du Conseil suprême du parti - charges jusqu'ici assumées par le seul Boris Gryzlov - organiser une campagne soutenue en faveur du président sortant.
De fait, l'ascension à la tête du parti, «Russie unie», a été préparée de longue main pour permettre à Vladimir Poutine, ancien colonel du KGB (service de renseignements soviétique) de rester dans la périphérie du pouvoir, sans doute surtout, de le contrôler. Pour ce faire, une longue campagne a été initiée tout au long de l'année écoulée pour que le président, qui achevait son deuxième mandat de quatre ans, conserve son leadership national. Rester dans les arcanes du pouvoir c'est encore diriger le parti le plus puissant en Russie, «Russie unie» considéré comme le véritable «héritier» du PC soviétique. C'est la voie qu'a choisie Poutine, plutôt que d'amender la Constitution - chose qui aurait été mal comprise par les observateurs et vue comme une entorse à l'alternance de pouvoir - a joué avec intelligence sur les «reliquats» de l'ère soviétique, encore prégnants, de «l'homme fort». Lors des législatives de décembre 2007, Vladimir Poutine, qui n'était pas membre du parti, dirigeait néanmoins la liste de «Russie unie». Il fallait donc concrétiser «l'idée de leader national» de M.Poutine comme cela a été résumé par une source proche de «Russie unie».
La direction du parti était la première étape, formalisée hier. Reste la seconde étape qui verra l'installation de Vladimir Poutine à la tête du gouvernement.
A ce propos, Boris Gryzlov, président de la Douma déclarait, le mois dernier: «Nous garantissons que nous choisirons Vladimir Poutine pour qu'il puisse exercer les fonctions de chef du gouvernement; le 7 mai cette proposition sera adressée à la Douma et le 8 nous allons l'adopter.»
La boucle sera donc bouclée le 8 mai avec l'installation de M.Poutine en tant que Premier ministre, lequel se voit ouvrir une voie royale pour pérenniser son pouvoir.
Le nouveau président, Dmitri Medvedev, qui sera installé le 7 mai dans ses nouvelles fonctions, observe un profil bas et estime «prématuré» son adhésion au parti, déclarant, en marge du congrès de Russie unie: «Je considère que mon adhésion au parti serait pour l'instant prématurée» soulignant au passage que «Russie unie était un parti de personnes qui partagent les mêmes idées (que lui)».
M.Medvedev ajoute: «Je suis convaincu qu'après mon élection au poste de chef de l'Etat, il serait correct de rester en dehors de toute appartenance directe à un parti politique.» Il a estimé cependant «logique et opportun» que Vladimir Poutine accepte de prendre la tête du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.