Tripoli : 9 morts dans le bombardement d'un dépôt militaire    Crise libyenne : Alger et Tunis affichent leurs inquiétudes    Sports mécaniques : Le CSMB s'illustre    Delort, quelle bonne pioche de Belmadi !    BAC 2019 dans la capitale : Plus de 58 000 candidats    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Baghlia : Manque de transport public    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    L'AACC s'oppose à la dissolution de l'Office central de répression de la corruption    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    114 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Tlemcen: Un jeune tué à coups de couteau et de sabre    83,31% de réussite à la «5ème»    La saga judiciaire continue    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Quelques scénarios de sortie de crise    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Pour renforcer prochainement la cartographie et la télédétection : Une caméra numérique de nouvelle génération à Oran    Hommage à Ahmed Kellil    Karim Djoudi et Amar Tou, placés sous contrôle judiciaire    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le président déchu comparaîtra la semaine prochaine    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    ACTUCULT    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à cinq temps
KATEB YACINE, 20 ANS DEJÀ
Publié dans L'Expression le 13 - 12 - 2009

Sous le générique, «Cinq escales pour une étoile», un hommage sera rendu à Kateb Yacine à partir d'aujourd'hui et ce, jusqu'au 17 décembre dans plusieurs villes du pays, à savoir Annaba, Souk Ahras, Constantine, Sétif et Alger.
En effet, il y a 20 ans, l'un des plus grands poètes et dramaturges algériens, Kateb Yacine, nous quittait. Poète, romancier, dramaturge, grand reporter et conférencier émérite, il laissait une oeuvre considérable, universellement reconnue, traduite dans de nombreuses langues et objet de dizaines de thèses universitaires dans le monde. En Algérie comme à l'étranger, plusieurs hommages sont actuellement rendus à cet homme de lettres exceptionnel qui demeure une référence autant qu'une figure de proue de la culture algérienne. Pour commémorer la mémoire de l'homme et de l'auteur et revisiter son oeuvre, l'Aarc (Agence algérienne pour le rayonnement culturel) organise, en partenariat avec les agences Neef Prod et Acmevent, un hommage à Kateb Yacine qui combinera plusieurs activités artistiques et intellectuelles. «A travers des lieux de son enfance et de sa jeunesse, il s'agira aussi de reconstituer spirituellement le parcours de son engagement pour l'Algérie et de son éclosion à la création littéraire». Ainsi, le public sera invité à faire connaissance avec l'oeuvre via l'homme et son terroir familial qui lui inspira le thème récurrent des ancêtres, la cité de son enfance près de parents qui lui apportèrent chacun des éléments fondamentaux de sa personnalité et de sa culture, ses années de lycée interrompues par les évènements du 8 mai 1945 et les massacres qui suivirent et durant lesquels il fut emprisonné et menacé d'exécution, la ville où il rencontra celle qui devint sa muse et lui inspira le personnage de Nedjma, symbole de l'Algérie, etc. Pour des raisons pratiques, nous dit-on, l‘hommage à Kateb Yacine ne retiendra pas le parcours géochronologique de son émergence mais son parcours symbolique. Ainsi, Annaba (aujourd'hui), Souk Ahras demain, Constantine le 15, Sétif le 16 et enfin Alger le 17 décembre, à la salle Cosmos seront, au nom de toutes les villes et villages du pays, les cinq escales de cet hommage, telles les cinq branches de Nedjma, donnant ainsi son nom à l'évènement: toutes les dimensions de son immense talent créateur seront abordées à travers le théâtre, la poésie, le cinéma, les conférences débats et la musique..«L'objectif principal est tout d'abord de rendre un hommage à cet homme de lettres mais aussi de faire connaître à la jeune génération l'oeuvre immensément riche de cet artiste entier qui a voué sa vie et ses créations à l'Algérie», nous affirme-t-on. Côté programme, on retient des conférences avec Catherine Brun et Ahmed Cheniki, des projections de documentaires et courts métrages sur Kateb Yacine dont Kateb Yacine, de Jean Prat, Kateb Yacine, l'amour et la révolution de Kamel Dehane, Kateb Yacine, poète en trois langues de Stéphane Gatti et La troisième vie de Kateb Yacine, de Brahim Hadj Slimane, mais également, une création théâtrale L'Etoile assombrie de Brahim Hadj Slimane par l'Atelier Imagine d'Oran, des lectures par Sid Ahmed Agoumi (extraits du «Cadavre encerclé» et autres textes de Kateb Yacine), des moments musicaux avec Amazigh Kateb et les Djmawi Africa et une exposition «Kateb Yacine, un théâtre et 3 langues» de Zebeïda Chergui et Amazigh Kateb. Pour les moments musicaux, son fils, Amazigh Kateb, artiste et chanteur, est bien sûr mis à l'honneur ainsi que les Djmawi Africa pour leur adage et chanson «C'est africain qu'il faut se dire». Que ce soit à la maison de la culture, (Annaba et Sétif) ou aux théâtres régionaux (Souk Ahras et Constantine), chaque journée débutera à 10h et se terminera à 18h30, excepté pour Sétif, où la journée se terminera à 17h30. Emouvantes seront incontestablement ces journées car l'hommage sera parrainé par son fils Amazigh Kateb qui a consenti à être présent pour son père, avec la participation du comédien Sid Ahmed Agoumi (qui a fait entrer la pièce Nedjma à la Comédie française) et des artistes et intellectuels de renom.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.