La chute de la maison Bouteflika    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19 : l'utilisation du numéro vert 3030 élargie aux 48 wilayas    Décret présidentiel: la valeur des présents dans le cadre protocolaire arrêtée    Arrivée à Alger du premier groupe d'Algériens bloqués en Turquie    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Boumerdès : Les agriculteurs se distinguent    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Au péril de leur vie    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à cinq temps
KATEB YACINE, 20 ANS DEJÀ
Publié dans L'Expression le 13 - 12 - 2009

Sous le générique, «Cinq escales pour une étoile», un hommage sera rendu à Kateb Yacine à partir d'aujourd'hui et ce, jusqu'au 17 décembre dans plusieurs villes du pays, à savoir Annaba, Souk Ahras, Constantine, Sétif et Alger.
En effet, il y a 20 ans, l'un des plus grands poètes et dramaturges algériens, Kateb Yacine, nous quittait. Poète, romancier, dramaturge, grand reporter et conférencier émérite, il laissait une oeuvre considérable, universellement reconnue, traduite dans de nombreuses langues et objet de dizaines de thèses universitaires dans le monde. En Algérie comme à l'étranger, plusieurs hommages sont actuellement rendus à cet homme de lettres exceptionnel qui demeure une référence autant qu'une figure de proue de la culture algérienne. Pour commémorer la mémoire de l'homme et de l'auteur et revisiter son oeuvre, l'Aarc (Agence algérienne pour le rayonnement culturel) organise, en partenariat avec les agences Neef Prod et Acmevent, un hommage à Kateb Yacine qui combinera plusieurs activités artistiques et intellectuelles. «A travers des lieux de son enfance et de sa jeunesse, il s'agira aussi de reconstituer spirituellement le parcours de son engagement pour l'Algérie et de son éclosion à la création littéraire». Ainsi, le public sera invité à faire connaissance avec l'oeuvre via l'homme et son terroir familial qui lui inspira le thème récurrent des ancêtres, la cité de son enfance près de parents qui lui apportèrent chacun des éléments fondamentaux de sa personnalité et de sa culture, ses années de lycée interrompues par les évènements du 8 mai 1945 et les massacres qui suivirent et durant lesquels il fut emprisonné et menacé d'exécution, la ville où il rencontra celle qui devint sa muse et lui inspira le personnage de Nedjma, symbole de l'Algérie, etc. Pour des raisons pratiques, nous dit-on, l‘hommage à Kateb Yacine ne retiendra pas le parcours géochronologique de son émergence mais son parcours symbolique. Ainsi, Annaba (aujourd'hui), Souk Ahras demain, Constantine le 15, Sétif le 16 et enfin Alger le 17 décembre, à la salle Cosmos seront, au nom de toutes les villes et villages du pays, les cinq escales de cet hommage, telles les cinq branches de Nedjma, donnant ainsi son nom à l'évènement: toutes les dimensions de son immense talent créateur seront abordées à travers le théâtre, la poésie, le cinéma, les conférences débats et la musique..«L'objectif principal est tout d'abord de rendre un hommage à cet homme de lettres mais aussi de faire connaître à la jeune génération l'oeuvre immensément riche de cet artiste entier qui a voué sa vie et ses créations à l'Algérie», nous affirme-t-on. Côté programme, on retient des conférences avec Catherine Brun et Ahmed Cheniki, des projections de documentaires et courts métrages sur Kateb Yacine dont Kateb Yacine, de Jean Prat, Kateb Yacine, l'amour et la révolution de Kamel Dehane, Kateb Yacine, poète en trois langues de Stéphane Gatti et La troisième vie de Kateb Yacine, de Brahim Hadj Slimane, mais également, une création théâtrale L'Etoile assombrie de Brahim Hadj Slimane par l'Atelier Imagine d'Oran, des lectures par Sid Ahmed Agoumi (extraits du «Cadavre encerclé» et autres textes de Kateb Yacine), des moments musicaux avec Amazigh Kateb et les Djmawi Africa et une exposition «Kateb Yacine, un théâtre et 3 langues» de Zebeïda Chergui et Amazigh Kateb. Pour les moments musicaux, son fils, Amazigh Kateb, artiste et chanteur, est bien sûr mis à l'honneur ainsi que les Djmawi Africa pour leur adage et chanson «C'est africain qu'il faut se dire». Que ce soit à la maison de la culture, (Annaba et Sétif) ou aux théâtres régionaux (Souk Ahras et Constantine), chaque journée débutera à 10h et se terminera à 18h30, excepté pour Sétif, où la journée se terminera à 17h30. Emouvantes seront incontestablement ces journées car l'hommage sera parrainé par son fils Amazigh Kateb qui a consenti à être présent pour son père, avec la participation du comédien Sid Ahmed Agoumi (qui a fait entrer la pièce Nedjma à la Comédie française) et des artistes et intellectuels de renom.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.