Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Iran lance la production d'uranium enrichi à 20%
MALGRE LES PRESSIONS OCCIDENTALES
Publié dans L'Expression le 09 - 02 - 2010

Cette décision a été prise, selon Téhéran, en raison du blocage des discussions avec le groupe des Six sur la fourniture à l'Iran du combustible enrichi.
L'Iran doit commencer à produire aujourd'hui de l'uranium hautement enrichi malgré les pressions internationales mais s'est affirmé prêt également à arrêter ce processus s'il obtient des grandes puissances le combustible nucléaire qu'il réclame. Le lancement des opérations visant à porter à 20% l'uranium faiblement enrichi à 3,5% dont dispose Téhéran a été annoncé dimanche soir par le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (Oiea), Ali Akbar Salehi, qui avait reçu un peu plus tôt des directives du président Mahmoud Ahmadinejad. Cette décision a été prise, selon Téhéran, en raison du blocage des discussions avec le groupe des Six (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne) sur la fourniture à l'Iran du combustible enrichi à 20% dont il dit avoir besoin pour un réacteur de recherche nucléaire. «La production de l'uranium hautement enrichi commencera aujourd'hui à l'usine de Natanz», a annoncé M.Salehi en précisant que Téhéran devait en informer hier l'Agence internationale de l'énergie atomique (Aiea) par un courrier officiel. L'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz (centre), qui est sous la surveillance de l'Aiea, compte plus de 8000 centrifugeuses, dont quelque 4600 en activité. Les installations souterraines de Natanz peuvent contenir 50.000 centrifugeuses. M.Salehi a toutefois souligné que la «proposition (iranienne d'échange d'uranium faiblement enrichi contre du combustible enrichi à 20%) est toujours d'actualité». «Nous sommes prêts à recevoir le combustible, et lorsque nous le recevrons nous arrêterons l'enrichissement» à 20%, a-t-il affirmé. Le président Ahmadinejad avait lui aussi affirmé, en annonçant en direct à la télévision dimanche qu'il avaient ordonné la production d'uranium enrichi à 20%, que «la porte reste ouverte aux discussions» sur un échange de combustible. Il avait toutefois souligné qu'un éventuel échange ne pourrait être qu' «inconditionnel».
L'enrichissement d'uranium est au coeur du conflit entre l'Iran et les grandes puissances, la République islamique étant soupçonnée de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert de son programme civil en dépit de ses dénégations répétées. L'Iran a rejeté en novembre une proposition des Six sur l'envoi, en une seule livraison, de la plus grande partie de son stock d'uranium faiblement enrichi en Russie et en France pour y être transformé en combustible pour son réacteur de Téhéran. Les Six avaient donné jusqu'à la fin 2009 à Téhéran pour accepter cette proposition, sous peine de nouvelles sanctions internationales. Mais l'Iran a fixé en retour un ultimatum aux Six pour qu'ils acceptent avant fin janvier de lui livrer du combustible à ses conditions-un échange simultané et en petites quantités. Faute de quoi, avait averti M.Ahmadinejad dès décembre, l'Iran commencerait à produire lui-même cet uranium.
Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a appelé dimanche soir la communauté internationale à «faire front commun pour faire pression sur le gouvernement iranien» à travers de nouvelles sanctions, tandis que Londres a exprimé sa «profonde préoccupation».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.