Le Président Tebboune préside une séance de travail au siège du MDN    Entre indifférence et inconscience    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Un webinaire interactif pour la région Mena    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Manchester City : Mahrez victime d'un cambriolage à plus de 500 000 euros    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    Mila : 73 enfants victimes de violences depuis le début de l'année    On vous le dit    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Skikdis renouent avec les salles obscures
JOURNEES DU CINEMA ALGERIEN
Publié dans L'Expression le 28 - 02 - 2010

Les trépidations de la vie nocturne se font à nouveau, progressivement, sentir dans les rues de l'antique Rusicada.
De nombreux Skikdis, cinéphiles, simples profanes, ou nostalgiques des années d'or du cinéma en Algérie, rencontrés en marge des Journées du cinéma national, se sont dit «ravis» de découvrir ou de retrouver cette ambiance particulière des salles obscures. Au sortir de la projection de Moissons d'acier, de Ghaouti Benddedouche, au nouveau Palais de la culture et des arts de Skikda, Ali, 55 ans, cadre dans une entreprise privée, semblait particulièrement ému. «Ce n'est pas tant le film de Benddedouche, superbe au demeurant, qui me fait tout drôle, c'est plutôt cette délicieuse sensation de bien-être qui me prend au moment de l'extinction des lumières de la salle, se confondant avec le cliquetis de l'appareil de projection et les premières images sur l'écran», dit-il. Cette sensation lui rappelle «l'époque où les week-ends étaient souvent mis à profit pour une séance de ciné, en famille ou entre amis». Une époque, ajoute Ali, où «la télévision n'avait pas le monopole des divertissements nocturnes, comme aujourd'hui». Grâce à la semaine du film algérien, les trépidations de la vie nocturne se font à nouveau, progressivement, sentir dans les rues de l'antique Rusicada qui redouble d'animation à mesure que se déroule ce petit festival dédié au 7e art algérien. Par quelque effet d'entraînement, les citoyens qui, au début de cette manifestation, ne se dirigeaient guère vers le nouveau Palais de la culture, y affluent, ces derniers jours, en grand nombre, ce qui semble redonner voix au chapitre cinéma, à Skikda. Mohamed Boutabane, directeur du Palais de la culture et des arts, affirme qu'il a suffi d'un film algérien de grande qualité, dont le succès a fait le tour de la ville, pour que le public habitué des salles de cinéma de la ville, fermées depuis plusieurs années, comme l'Eden, l'Empire, le Rivoli, le Lido ou le Rialto, reviennent au cinéma.
«Une autre facette de la magie du 7e art», estime ce responsable. Visiblement encouragé par l'enthousiasme des Skikdis, M.Boutabane assure que le Palais de la culture «projettera désormais deux films par semaine, histoire d'entretenir la flamme».
Rien que pour cela, conclut le directeur du Palais de la culture et des arts, les Journées du cinéma algérien auront remporté un «succès retentissant». Un succès qui devrait être confirmé si l'on considère l'impatience du public de découvrir Mon colonel de Costa-Gavras et Mascarades de Lyès Salem qui seront respectivement projetés vendredi et samedi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.