La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    8 mars: le Président Tebboune honore des femmes algériennes    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie est prête à coopérer
APRÈS LA SERIE D'ATTENTATS CONTRE LES USA
Publié dans L'Expression le 17 - 09 - 2001

En prévision d'une attaque massive et coordonnée contre le pays susceptible d'avoir orchestré les attaques sur son sol, les Etats-Unis ont engagé des discussions avec les dirigeants arabes, notamment avec les pays qui ont été victimes de la violence terroriste et islamiste.
C'est le cas notamment de l'Algérie et de l'Egypte et à un degré moindre le Maroc et la Tunisie.
Les discussions entre le secrétaire d'Etat américain Colin Powell avec les dirigeants des pays arabes ont porté surtout sur un éventuel soutien dans le cas d'une attaque contre l'Afghanistan, principal pays suspecté dans la tragédie américaine.
Le scénario d'une participation arabe à une force internationale, à l'image de la guerre du Golfe, se précise.
Reste à connaître le pays qui aura le courage et la force politiques d'affronter la contestation populaire, sensible à tout ce qui touche à l'islam et d'adhérer à une entreprise aussi risquée politiquement que militairement. Encore faudrait-il que les Etats-Unis le demandent?
L'Algérie, d'ailleurs, a, à maintes reprises, alerté Washington du danger terroriste et de la présence sur son sol de personnes qui ont toujours approuvé ou revendiqué les attaques terroristes en Algérie. Même les rapports de leur ancien ambassadeur, David Hume établis sur la situation sécuritaire en Algérie et qui a visité les lieux des massacres à Bentalha et Raïs, n'ont pas réussi à convaincre ses dirigeants de la menace grandissante que peut constituer le terrorisme transnational sur l'Amérique, mais aussi sur le monde.
Lors de sa récente visite aux Etats-Unis, le Président de la République, M.Bouteflika, a soulevé l'hypothèse de l'organisation d'un sommet international de lutte contre le terrorisme. Une idée que partage le président égyptien Hosni Moubarak, qui lors de la guerre du Golfe, avait engagé plus de 5.000 hommes dans la coalition internationale pour attaquer l'Irak.
A l'époque, les Egyptiens et les Syriens étaient envoyés en première ligne du front de la guerre par le général Norman Schwarzkoff, chef des armés de coalition, sous prétexte qu'ils parlaient arabe et pouvaient convaincre les Irakiens de se rendre.
Aujourd'hui, le contexte est très différent et l'Egypte comme l'Algérie et la Syrie se trouvent confrontées à une nouvelle situation.
Une situation qui touche pratiquement tous les pays qui souffrent du terrorisme et dont l'action militaire ne fera qu'attiser davantage la haine des terroristes et prolonger la lutte pour une décennie encore.
L'Algérie, qui soutient toute action visant à éradiquer le terrorisme est prête à coopérer dans le cadre d'échanges d'information et de renseignement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.