Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    PLFC 2020: des députés émettent des réserves sur la hausse des taxes sur les carburants    Banque Africaine de Développement : Augmenter les budgets agricoles pour éviter d'autres pandémies    Baraka Banking Group : Le magnat de la finance islamique n'est plus    Un nouveau baby-boom algérien    La 3e édition du Salon Almoto Expo reportée    Des prévisions rassurantes    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    2 500 écoles fermées et 350 000 élèves privés de cours    Ottawa veut renforcer sa coopération avec les pays africains    Porsche décline la 911 Targa    Irresponsables !    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    MC Oran : Les joueurs entre le marteau et l'enclume    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    "La reprise du championnat mérite une profonde réflexion"    On vous le dit    Bouinan : Une fête et des échauffourées en plein confinement    8 décès et 194 nouveaux cas en 24 heures    Le monde se déconfine à l'approche de l'été    L'exemple de l'Algérienne des Eaux de Mascara    The mask    Théâtre régional de Constantine : Représentations virtuelles    Ahmed Madi. Président du Syndicat national des éditeurs du livre (SNEL) : «Il faudrait créer une nouvelle politique culturelle»    Idir déterritorialisé ou la culture mondialisée par l'immigration    La valorisation de la ville archéologique de Tobna au programme    Recueillement sur la tombe de Tahar Djaout à Oulkhou    Logements sociaux en cours de réalisation: Plus de 50 milliards pour l'achèvement des travaux de VRD    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    Embarek Houcinat n'est plus    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    Les "barques de la mort" reprennent du service    Axe central de la stratégiede déconfinement en Algérie ?    3 candidats pour le poste de SG du FLN    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les tribunaux paralysés par une grève
MAROC
Publié dans L'Expression le 04 - 09 - 2010

Deux ONG ont appelé le gouvernement à ratifier la Convention contre les disparitions forcées.
Les tribunaux marocains étaient paralysés jeudi par une grève nationale à laquelle a appelé le Syndicat démocratique de la justice (SDJ, affilié à la Fédération démocratique du travail) afin de faire valoir les revendications du personnel de la justice qui vit une situation sociale critique à travers tous les tribunaux du Royaume, a-t-on annoncé au syndicat.
Le secrétaire général du syndicat, M.Saddek Saïdi a indiqué à la presse que le taux de participation a atteint les 85% dans le nord du Maroc, notamment à Tétouan et Tanger, alors qu'il a franchi les 90% à Casablanca, Marrakech et Fès et dépassé les 90% dans les villes du Sud. Il a souligné que le taux de participation dépassait largement les prévisions de son syndicat qui compte adopter un plan d'action graduel en vue de mettre le gouvernement et en particulier le ministre de la Justice devant ses responsabilités quant à la détérioration de la situation dans le secteur.
Le conseil national du syndicat convaincu de l'absence de toute volonté politique du gouvernement et de son désengagement, du manque de sérénité et d'efficacité du dialogue sectoriel et de l'absence de solutions objectives aux multiples problèmes des greffiers, a été contraint de recourir de nouveau à ce débrayage pour faire valoir ses revendications et avait appelé samedi à une grève de deux jours pour mercredi et jeudi.
Avant de décider ce débrayage, le syndicat avait souligné dans un communiqué que rien n'a été entrepris par le gouvernement marocain pour donner plus d'impulsion aux mesures du secteur, notamment la consécration de la moralisation, la révision du statut du corps de la magistrature et la promulgation du statut des greffiers.
Il avait également dénoncé les marchés pas assez clairs passés avec certaines entreprises de mauvais aloi ainsi que la marginalisation et le sentiment d'exclusion du personnel de la justice.
Plusieurs grèves ont eu lieu ces derniers temps dans divers tribunaux du Royaume pour protester contre les mauvaises conditions de travail dans lesquelles évoluent les fonctionnaires du secteur.
En outre, deux organisations non-gouvernementales marocaines ont appelé le gouvernement de leur pays à ratifier la Convention internationale de protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées et compte, pour cela, lancer des actions pour la concrétisation de cette convention de décembre 2006, rapporte la presse marocaine.
L'Organisation marocaine des droits de l'homme (Omdh) envisage le lancement d'une campagne avec la participation de partis politiques et des acteurs de la société civile afin d'exercer des pressions sur le gouvernement pour la ratification de cette convention qu'il s'est engagé à faire en août 2008.
De son côté, l'Association marocaine des droits de l'homme (Amdh) a réitéré son appel pour juger les auteurs des disparitions forcées et demandé la vérité sur le sort des disparus.
L'Amdh exige dans son communiqué de présenter à l'opinion publique nationale et internationale les listes complètes des noms de 742 disparus, citées dans le rapport final de l'instance équité et réconciliation (IER) dans lequel elle avait affirmé détenir des preuves évidentes concernant les circonstances, les lieux des enlèvements et les conditions des décès.
Le gouvernement marocain a pris des engagements pour ratifier cette convention lors de la présentation de sa candidature à siéger au Conseil des droits de l'homme relevant de l'Organisation des Nations unies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.