L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les feux du désespoir
DEÇUE PAR SES GOUVERNANTS, LA JEUNESSE ARABE S'IMMOLE
Publié dans L'Expression le 19 - 01 - 2011

Neuf immolations par le feu ont été enregistrées en Egypte, en Algérie et en Mauritanie après celui du jeune Tunisien décédé début janvier.
Encore, deux jeunes Egyptiens se sont immolés par le feu au moment où les chefs d'Etat arabes arrivaient hier, en Egypte pour prendre part au 2e Sommet économique arabe. Hier, un avocat âgé d'une quarantaine d'années a tenté de mettre fin à ses jours avec le même mode devant le siège du gouvernement au Caire, tandis qu'à Alexandrie (nord de l'Egypte) un chômeur de 25 ans est décédé à l'hôpital de ses brûlures. Un cas supplémentaire a été évité le même jour, avec l'arrestation d'un homme qui se dirigeait vers le Parlement au Caire avec deux bidons d'essence. Avant-hier, un autre Egyptien avait tenté de se suicider par le feu devant le siège de l'Assemblée du peuple dans la même ville. Des actes de désespoir et d'une extrême détresse de cette jeunesse pour interpeller les gouvernants. Le cas du jeune marchand ambulant tunisien décédé début janvier après s'être immolé par le feu le 17 décembre a été suivi par neuf autres actes semblables dans différents pays arabes: un mort et deux blessés en Egypte, cinq blessés en Algérie (en plus de trois tentatives qui ont eu lieu avant-hier) et un blessé en Mauritanie. Ainsi, ce mode d'expression, cet acte de désespoir absolu pour dénoncer une situation de détresse sociale est utilisé, de plus en plus, par les citoyens de l'Afrique du Nord et du Monde arabe, en mal de perspective et d'écoute de la part des autorités. En Algérie, le phénomène de l'immolation par le feu prend des proportions alarmantes, devant le regard ahuri de l'opinion publique et des responsables politiques. La recrudescence de ces actes (huit cas en moins d'une semaine) ne doit laisser personne indifférent. Suicide ou sacrifice suprême, la question interpelle tout le monde. La détresse sociale pousse les malheureux à s'immoler par le feu de manière spectaculaire, comme ultime geste pour dénoncer leurs conditions sociales. Avant-hier, trois jeunes ont tenté de s'immoler par le feu pour interpeller les autorités locales et nationales sur l'impasse sociale dans laquelle ils végètent. Un jeune âgé de 23 ans a tenté de se donner la mort en s'aspergeant d'essence dans la daïra de Berriane, au nord de la wilaya de Ghardaïa. Secouru par des habitants, ses jours seraient hors de danger. Le même procédé a été également utilisé par un jeune à Mascara. Vendeur informel, il a été prié par des policiers de cesser son activité. Un cas similaire a touché aussi la wilaya d'El Oued, limitrophe de la Tunisie où un jeune père de famille de 36 ans, chômeur, n'ayant pas trouvé d'écho auprès des autorités, a tenté de s'immoler en présence d'un élu. Ce jeune qui réclamait un logement s'est vu refuser une rencontre avec le wali. Il semble que l'immolation du jeune Tunisien de Sidi Bouzid, à l'origine de la révolution de Jasmin qui a fini par chasser Ben Ali, a fait tâche d'huile en Algérie. Plus grave et plus inquiétant encore, vingt harraga ont tenté un suicide collectif, dans la nuit de dimanche à lundi après avoir été repérés par les gardes-côtes, en mettant le feu à leur embarcation de fortune. Ces trois cas s'ajoutent aux cinq autres enregistrés ces derniers jours dans différentes wilayas du pays. Jeudi dernier, un citoyen, A. M., 41 ans, et père de six enfants, a tenté de mettre fin à ses jours en s'immolant par le feu dans l'enceinte du siège de la daïra de Bordj-Ménaïel, à 30 km à l'est de Boumerdès. Vendredi soir, à 21 heures, un jeune de 26 ans, répondant aux initiales H.S., a eu recours au même procédé en plein centre-ville de Jijel, sur l'avenue Emir Abdelkader pour dénoncer la mouise qui le ronge au quotidien. Samedi, un jeune a mis le feu à la maison familiale à Alger pour protester contre sa condition sociale et demander un logement décent et digne d'une Algérie indépendante. A Tébessa, un jeune répondant aux initiales A. B., résidant dans la commune de Boukhadra, s'est immolé lui aussi pour protester contre le chômage. Dimanche, c'est un jeune de 34 ans de la wilaya de Mostaganem qui s'est suicidé, devant le siège de la Sûreté de wilaya de Mostaganem. Les parlementaires qui refusent un débat général sur la situation politique et à sociale doivent assumer leurs responsabilités face à l'impasse et l'horizon bouché de ces jeunes sacrifiés qui les ont élus. L'heure est à l'action. Les rencontres dans des salles fermées et les appels de détresse réduits à de simples faits divers ne font qu'exacerber le sentiment de révolte.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.