Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'enseignement musical récompensé
HOMMAGE À SID AHMED SERRI
Publié dans L'Expression le 02 - 11 - 2002

Pour son jubilé, une cérémonie aura lieu demain en l'honneur de ce maître de la musique classique algérienne.
A l'occasion de l'hommage qui sera rendu demain au grand artiste Sid Ahmed Serri, pour ses cinquante ans d'enseignement de la musique andalouse (1952-2002) un point de presse, en présence du maître et de ses disciples, a eu lieu mercredi dernier à la salle Frantz-Fanon de Riadh El-Feth. Sid Ahmed Serri revisitera son parcours en évoquant «ses débuts artistiques et son engouement précoce pour la musique malgré les tabous et les préjugés en usage à l'époque au sein des familles». Il narrera sa volonté tenace, sans cesse renouvelée, de conserver notre patrimoine musical, cet art qu'est la musique andalouse.
Un héritage qu'il a récupéré durant plusieurs années et qu'il a fini par enregistrer grâce à de fervents défenseurs de cette musique. «Le temps n'a pas compté pour lui», dit-on. Ainsi Ahmed Serri a passé une bonne partie de sa vie à répertorier, classer puis enregistrer quasiment tout le patrimoine musical andalou. Son livre paru en 97 - accompagné de 45 CD - a vite été épuisé. «Tout ce qui a été publié dans le recueil a été enregistré en dépit de tous les obstacles rencontrés», affirme Sid Ahmed Serri. Compte tenu de son épuisement, l'Enag révèle-t-il, a pris à son compte sa réédition avec un CD qui sera sur le marché incessamment tout comme un autre enregistrement daté de 1998 et confectionné en France faute de moyens à l'époque.
Très mal distribué, il va être bientôt sur le marché .«C'est ça le travail de conservation du patrimoine. Ce sont des textes dont la mélodie existe», confie le grand maître de la musique andalouse. Insistant sur l'absence de ce riche document dans nos librairies et la nécessité de le renouveler, M.Sid Ahmed Serri dira qu' «il n'y a que l'Etat qui doit le prendre en charge pour le mettre à la disposition du large public». A ses côtés, un Marocain, Dris Saraï, docteur d'Etat en chimie mais surtout, un fan, un mordu de notre musique. Ce dernier a tenu à être présent pour exprimer toute sa joie, son admiration pour Sid Ahmed Serri qu'il qualifie d' «étoile lumineuse dans...l'univers musical arabe et maghrébin de façon générale».
Dans la même lignée que Mohamed Fetahi, Dahmane Ben Achour, Sfindja, Abdelkrim Dali et bien d'autres encore, Sid Ahmed Serri a tenu par son travail à perpétuer ce patrimoine musical et l'offrir aux générations futures à travers tout le pays, reconnaît ce Marocain, fier du parcours artistique du voisin méditerranéen. «Son talent riche et productif a porté ses fruits, la preuve, tous ses disciples continuent à persévérer dans cette voie musicale. L'orateur a également mis en exergue la «vitalité» de cette musique citant le nombre de festivals, séminaires et concerts consacrés à ce genre musical. Un genre très prisé par la télévision algérienne qui possède dans ses archives un ensemble de Laroubi préservé de tout endommagement et perte. «Notre maître de la musique classique algérienne a introduit quelques touches tlemcéniennes dans la musique andalouse algéroise», a-t-il indiqué. Un brillant échange qui sera récompensé demain à la salle Ibn-Zeydoun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.