Golan occupé.. Les habitants du Golan dénoncent Washington    Eliminatoires CAN 2019 U23 (match aller).. Guinée Equatoriale 0 Algérie 0    ligue 1.. Lamine Kebir : «L'USMA a toujours son destin entre les mains»    Journée internationale des forêts.. Près d'un million d'arbres ont été plantés en Algérie    Festival «lire en fête» à Khenchela.. Grande affluence    Tébessa.. Deux bombes artisanales détruites    En amical hier à Paris.. La JSK s'incline face au Red Star (1-0)    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Trucs et astuces    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“L'Avenue des palmiers blessés”, première coproduction algéro-tunisienne
Cinéma : Le premier tour de manivelle aura lieu à Tunis le mois prochain
Publié dans Liberté le 01 - 12 - 2008

La société de production audiovisuelle et de communication Procom international et la société tunisienne Dumar Films s'associent et signent une coproduction sous forme d'un long métrage fiction d'une durée de 1h45 intitulé l'Avenue des Palmiers blessés. Le premier tour de manivelle de ce film scénarisé et réalisé par le cinéaste tunisien Abdellatif Ben Ammar aura lieu le 8 janvier prochain dans la capitale tunisienne, Tunis, et le tournage de cette fiction fortement inspirée du réel, durera huit semaines.
L'action se passe dans la ville historique de Bizerte. La fiction de Abdellatif Ben Ammar remonte son spectateur vers l'année 1991, dans un contexte de première guerre d'Irak, et présente des personnages entiers… en quête de vérités.L'héroïne, Chama, est une jeune Tunisienne fraîchement diplômée en sociologie et confrontée à l'inévitable problème du chômage. Elle accepte de dactylographier le manuscrit d'un romancier de Bizerte et loge temporairement chez Nabila, une de ses proches amies, mariée à Noureddine, un talentueux musicien désabusé d'origine algérienne. Chama entame le travail et découvre petit à petit le contenu trépidant du manuscrit qui revient sur les évènements de Bizerte 1961, à savoir le conflit qui a opposé la France à la Tunisie (indépendante depuis 1956) autour de la base navale militaire de Bizerte restée en main française. Un affrontement bref mais qui a fait des milliers de morts et de blessés. Parmi eux, le père de Chama… En fait, à travers cette fiction qui se pose entre deux formes de colonisation, deux évènements déterminants de l'histoire du monde d'aujourd'hui, à savoir, Bizerte 1961 et la guerre du Golfe, Abdelatif Ben Ammar traite des “faux intellectuels” qui falsifient l'histoire pour se glorifier eux-mêmes. L'avenue des Palmiers blessés sera interprété par des comédiens des deux côtés, c'est donc une distribution mixte. Pour le casting algérien, Hassan Khachache, qui a notamment incarné Ben Boulaïd dans le dernier Ahmed Rachedi et qui a la cote par les temps qui courent, sera Noureddine. La comédienne Aïda Kechoud campera elle aussi un rôle phare. La musique sera également signée par un Algérien, Farid Aouameur. Quant à l'équipe technique, elle sera également mixte.Financé à 80% par la Tunisie et à 20% par l'Algérie. En effet, le ministère algérien de la Culture a déjà débloqué les fonds, mais l'équipe du film attend toujours le reste du financement de la part de la Télévision algérienne, en pleine mutation avec un nouveau directeur général. Rendez-vous est pris pour le 8 janvier prochain pour le premier tour de manivelle d'un film qui se veut engagé et démystificateur.
Sara Kharfi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.